Test de Yu-Gi-Oh! Legacy of the Duelist : Link Evolution

CONCLUSION

Certes très complet, avec de nombreux duels à jouer, plus de 10.000 cartes à collectionner et un système de jeu addictif, Yu-Gi-Oh ! Legacy of the Duelist : Link Evolution aura bien du mal à convaincre, si ce n'est les fans les plus hardcore du manga. Konami livre ici un titre à la réalisation plus que datée, au dynamisme proche du zéro absolu et à l'équilibrage assez aléatoire quand on décide de prendre le deck historique. Pour pas un rond, Yu-Gi-Oh ! Duel Links fait les choses bien mieux sur iOS et Android, c'est dire...

Déjà disponible sur Nintendo Switch depuis plusieurs mois, Yu-Gi-Oh! Legacy of the Duelist: Link Evolution profite de ce mois de mars pour sortir sur d’autres supports, à savoir PC, PS4 et Xbox One. Au passage, cette édition rajoute encore un peu de contenu, venant augmenter le nombre de cartes à plus de 10.000. Mais est-ce suffisant pour convaincre ?

C’est l’heure du duel !

Yu-Gi-Oh! Legacy of the Duelist : Link Evolution PS4, Xbox One, PCEn couvrant les six saisons de la série animée, Yu-Gi-Oh! Legacy of the Duelist: Link Evolution se veut extrêmement complet et permet de redécouvrir les duels les plus emblématiques via le mode Campagne (même si certains oublis sont à noter). De quoi ravir les fans, qui auront le choix à chaque fois entre un deck personnel et le deck « historique », même si hélas Konami a ici fait le minimum syndical en ce qui concerne la réalisation pour attirer le chaland.

Impossible de voir ici autre chose qu’un free-to-play mobile : pas de doublages, des dialogues expédiés, zéro mise en scène et des menus austères. Les phases de duels ne s’en sortent pas vraiment mieux, avec des musiques sans aucun intérêt, des environnements vides, sans parler des animations des cartes importantes, d’un autre âge et impossibles à passer. Sachant que chaque grosse invocation n’a qu’une seule vidéo d’animation, autant vous dire que le Magicien des Ténèbres va finir par vous sortir par les yeux…

Cartes sur table bancale

Ancré dans le passé en ce qui concerne sa réalisation, cet opus de Yu-Gi-Oh ! remonte un peu le niveau en ce qui concerne son gameplay, même si là encore tout n’est pas tout rose. Le jeu de cartes de ce manga est immédiatement addictif et l’on prend un vrai plaisir à participer à chacun des duels, à placer des pièges, à invoquer des monstres puissants, à voir se réduire à zéro la barre de vie de l’adversaire ou encore à lui prendre sa carte maîtresse une fois la victoire remportée (oui, c’est moche).

S’il est possible, on le répète, d’opter pour le deck du héros que l’on incarne sur le moment, il est plus que conseillé de choisir son deck personnel, d’autant plus qu’avec plus de 10.000 cartes il y a vraiment de quoi se faire une main de rêve et de relever les défis les plus relevés, avec toute une flopée de boosters, monstres et autres malus pouvant être combinés en chaînes et donc se montrer plus efficaces.

Ancré dans le passé en ce qui concerne sa réalisation, ce Yu-Gi-Oh! remonte un peu le niveau en ce qui concerne son gameplay.

L’âme des cartes

Il est d’autant plus conseillé de se faire son deck personnel que celui du héros est très souvent mal construit, avec des cartes mineures disponibles parfois en trois ou quatre exemplaires, empêchant de correctement se préparer et de faire face à un adversaire qui est souvent sans pitié. Dans ce cas-là, les duels se jouent en général dès la première pioche et c’est plus une question de chance que de stratégie, ce qui va totalement à l’encontre de ce qu’est Yu-Gi-Oh ! à la base.

On perd également pas mal du charme des duels de la série animée, la faute ici à l’absence de doublages durant les affrontements ou encore à l’impossibilité d’accélérer la vitesse des différentes phases (pioche, attaque, etc), qui peuvent parfois s’éterniser chez l’opposant. Bref, il n’y a pas d’autre terme : c’est mou et ça ne rend clairement pas hommage à la série…

Ce test a été réalisé à partir d’une version dématérialisée, fournie par l’éditeur, sur PS4.

Avatar
Shauni
All your base are belong to us.

L'ACTUALITÉ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

quatre − 4 =