Test de Urban Trial Playground (Nintendo Switch)

Ce test a été réalisé à partir d’une version dématérialisée, fournie par l’éditeur, sur Nintendo Switch.

Casse-cou du dimanche

Faire des cascades à deux-roues dans des niveaux qui sentent bon la Californie, le programme proposé par Urban Trial Playground sent bon les vacances. Du scoring ou des épreuves qui misent sur le chrono, à accomplir en solo et en profitant de la coopération en local, il y a, a priori, de quoi s’occuper. Les niveaux basés sur les figures sont clairement les plus amusants du jeu et fournissent tout ce dont on est en droit d’attendre d’un stunt bike racer game, à savoir des sauts (en hauteur ou en longueur), des roues (avant ou arrière) et des figures qui rapportent un certain nombre de points si elles sont réalisées sans encombre. Pour quiconque a déjà abordé le genre, la prise en main est immédiate et atteindre le score demandé dans chaque niveau n’a absolument rien de compliqué. Pour trouver un peu de challenge dans Urban Trial Playground, il faut plutôt se tourner du côté des objectifs bonus (ne pas se crasher, réaliser X flips avant, parcourir X mètres en longueur, etc.) mais là encore, quelques essais suffisent à en venir à bout.

Trop simple Urban Trial Playground ? Un peu trop à notre goût en tout cas, surtout que les tricks réalisables ne demandent jamais au joueur de s’y reprendre des dizaines de fois d’affilée. Vous vous souvenez de ce ravin infranchissable dans Trials Fusion et pour lequel vous deviez habilement jouer des pouces, jauger subtilement de l’accélération et du frein ? Il n’y a rien de tel dans le jeu de Tate Multimedia, juste des figures simples à réaliser où c’est le score qui prime. Les secondes épreuves dont se compose le soft, à savoir les courses contre-la-montre, n’apportent hélas pas grand-chose de plus. Tout d’abord parce qu’elles se déroulent dans les mêmes niveaux que les épreuves principales mais surtout parce qu’il suffit d’avoir une bécane personnalisée avec n’importe quel accessoire boostant la vitesse de notre engin pour battre les chronos imposés.

Le gameplay est là et les mécaniques sont bien présentes mais la profondeur de jeu n’y est pas.

De manière générale, ce qui empêche Urban Trial Playground de réellement franchir un pallier, ce sont tous ces levels certes colorés et ensoleillés mais finalement assez peu nombreux (car recyclés à foison) et surtout trop convenus. Aucune fantaisie et pas d’éléments qui obligent à avoir un peu de skills, autant dire que la traversée est trop tranquille. Le gameplay est là et les mécaniques sont bien présentes mais la profondeur de jeu n’y est pas. Il n’y a guère que des objectifs bonus (sous forme de jetons), cachés dans chaque niveau, pour nous donner réellement envie de retourner sur les tracés parcourus, chose qui ne rallonge de toute manière pas énormément la durée de vie assez faible du titre. La coopération elle-aussi apporte son lot de satisfactions, heureusement, et Urban Trial Playground tient plutôt la route techniquement parlant que ce soit en mode TV ou console dans les mains. Rien de flamboyant, mais c’est solide.

LE VERDICT
WHAT THE BIKE
5
Jerem
Passionné de jeux vidéo depuis qu'il est en âge de tenir un pad, adepte de la news publiée 24h/24 et du test relu 10 fois. Râleur pro et gros consommateur du café.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here