Test de Total War : Warhammer 2 – Rise of the Tomb Kings (PC)

Ce test a été réalisé à partir d’une version dématérialisée sur PC, fournie par l’éditeur.

Où en étions-nous ?

Ce qui est sûr, c’est que Creative Assembly n’a pas chaumé. Le studio a déployé dans un premier temps la mise à jour (gratuite) Empires Mortels, ajoutant la campagne du même nom pour profiter d’une carte de campagne immense (la combinaison des cartes de campagne du premier et second jeu). Certes, cette mise à jour était assez limitée, car ce mode comportait son lot de bugs avec une absence évidente d’équilibrage, mais cela permettait d’étoffer grandement le contenu de Total War : Warhammer 2 pour pas cher, et le jeu en avait besoin. Ensuite, Le Laboratoire a lui-aussi été proposé aux joueurs gratuitement. Un mode où le joueur peut s’amuser à modifier des caractéristiques (taille et nombre des unités, par exemple), en bref un foutoir assez rigolo où l’équilibrage se fait péter dans tous les sens juste pour le fun.

Avec Rise of the Tomb Kings (Les Rois des Tombes), il semblerait que Creative Assembly revienne à ses premiers amours, à savoir le DLC qui rajoute une faction de manière payante. Proposé au prix fort (environ 17 euros), ce contenu ne propose pas de nouvelle campagne mais débloque juste la possibilité de jouer avec les fameux morts-vivants.

Et les morts ont un empire

Dans Rise of the Tomb Kings, vous pouvez donc découvrir les quatre chefs de la nouvelle faction et leur quatre situations initiales légèrement différentes, chacune avec leurs spécificités et difficultés. Votre but est simple, mettre la main sur la Pyramide Noire tandis que les autres factions se battent pour le contrôle du Vortex. Mais pour contrôler cet artefact ancien et mettre vos mains décrépies sur l’objet de vos désirs, votre quête vous impose de vous rendre aux quatre coins du nouveau monde à la recherche des livres sacrés, indispensables pour réaliser un rituel lui-aussi primordial.

La faction des Rois se joue d’une manière différente des autres races. Ici, vous ne payez plus un seul denier pour vos troupes mais la contrepartie est que vous êtes limité par vos bâtiments pour générer vos unités. Par exemple, un bâtiment militaire ne vous fournit qu’une ou deux unités en simultané. Ainsi, pour la caserne des archers, vous ne pouvez dans un premier temps n’avoir que quatre unités d’archers. Il est certes possible d’upgrader sa capacité au rythme de votre évolution mais en attendant, il va falloir vous débrouiller avec. Libre à vous donc d’aiguiller votre stratégie sur une temporisation, histoire de vous faire une économie solide pour upgrader vos bâtiments et ainsi mieux fournir vos armées, ou de sacrifier vos rentrées de pièces d’or pour multiplier le nombre de bâtiments fournissant des unités. Sachez aussi que vous ne pouvez pas créer de nouvelles armées à la demande, comme c’est le cas avec les autres factions, obligeant donc à avancer dans l’arbre technologique et à remplir parfois certaines quêtes pour pouvoir recruter de nouveaux généraux.

Faut pas pousser momies dans les orties

En soit, le gameplay proposé par la faction de Rise of the Tomb Kings est rafraîchissant et propose un challenge qui casse avec les habitudes que l’on pourrait avoir. La façon d’aborder la campagne est intéressante et Creative Assembly montre encore une fois qu’ils ont des idées pour faire évoluer la franchise Total War. Cependant, le DLC se trouve hélas limité à l’ajout de cette nouvelle faction. Certes, nos sessions sont un peu bousculées en jouant les fameux rois et reines en lambeaux mais le contenu reste maigre pour un pack coûtant quasiment le tiers du jeu de base. Les problèmes relevés dans notre test de Total War : Warhammer 2 ne sont pas encore réglés, le combat naval est toujours chiant comme la mort et le jeu reste un peu fade face à ses grands-frères que sont Attila et Rome 2. Au chapitre des désagréables surprises, on note aussi que l’optimisation du moteur tarde à venir et que DirectX 12 est toujours en bêta. Après tout, ça ne fait que deux jeux que l’on attend la version finale et optimisée…

Cliquez ici pour (re)découvrir notre test de Total War : Warhammer 2.

Creative Assembly continue sur sa lancée et propose encore, avec Rise of the Tomb Kings, un DLC hors de prix se composant d’une seule et unique faction. Même s’ils restent agréables à jouer, les morts-vivants ne relancent pour autant pas l’intérêt du jeu dans sa globalité. C’est vraiment dommage, d’autant plus que l’on a déjà eu droit à cet exercice pour le premier volet et qu’une campagne spéciale faisait au moins partie du lot. Ici, on a ni plus ni moins droit à l’équivalent du très bon free-lc de la Bretonnie, mais au prix fort. C’est déroutant, car Total War : Warhammer II est vraiment soigné sur bien d’autres plans et il ne mérite pas un tel traitement. En attendant d’éventuelles offres, on vous conseille de prendre votre mal en patience avant de mettre la main sur Rise of the Tomb Kings.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here