Test de Through The Woods (PS4, Xbox One)

Ce test a été réalisé à partir d’une version dématérialisée, fournie par l’éditeur, sur Xbox One.

Mon fils, ma bataille

Fraîchement arrivée dans sa résidence secondaire du nord de la Norvège pour s’y ressourcer et travailler en paix, une mère lutte contre la fatigue alors que son fils, lui, tente de vaincre l’ennui en explorant les horizons. Arrive ce qui devait arriver : le môme disparaît alors que sa maman s’est assoupie, kidnappé par un homme étrange qu’elle va se mettre à traquer au cœur d’une bien inquiétante forêt. Un enlèvement sur fond d’événements inspirés par les contes populaires norvégiens et une mère qui ne cesse de se questionner sur ses sentiments maternels, voilà comment Through the Woods pose les bases de cette aventure horrifique qui ne dure hélas que quelques heures à peine. « Hélas » parce que le jeu d’Antagonist met un peu de temps à réellement nous plonger dans une ambiance oppressante, les situations peu rassurantes étant en effet trop chiches au début alors qu’elles se succèdent un peu plus rapidement juste avant de voir les crédits de fin défiler. De la peur, oui un peu, mais aussi et surtout de la tension et un brin d’angoisse, l’ambiance fait le job sans toutefois être capable d’horrifier les plus expérimentés des joueurs.

Le problème de Through the Woods, c’est que ce ne sont pas les Huldra, Frères Loups et autres créatures qui nous effraient. Non, ces rencontres peu chaleureuses apportent surtout un petit côté action au titre mais les frissons, eux, viennent davantage de tous les textes/récits qu’Antagonist partage avec nous tout au long du périple. Un hommage au folklore norvégien que l’on se plaît à découvrir, assurément. L’ambiance aurait toutefois été bien plus réussie si la partie sonore du jeu était au rendez-vous. Or, à l’exception de trop rares pistes audio (pourtant de qualité), le sound design donne malheureusement l’impression d’avoir été relégué au second plan. C’est d’autant plus vrai lorsque le son part en vrille, bugs sonores qui donnent un coup à l’immersion tout comme cette réalisation vieillotte avec des animations indignes de cette génération et une technique globalement trop moyenne. Pour un titre qui eu droit à son lot d’ajustements sur PC et qui a pris son temps avant de débouler sur consoles, on en espérait davantage.

Folle Klore

Assez intéressant sur le plan narratif, Through the Woods assure l’essentiel dans ses mécaniques de jeu. Rien de bien compliqué cela dit puisque notre mère désespérée ne peut que courir/s’accroupir et utiliser une lampe torche, avec parfois une touche d’action qui met à contribution un bouton de plus. On peste en revanche contre ces séquences qui sortent du cadre habituel et sont clairement “trop” orientées action, la souplesse de la jouabilité en prenant alors un coup. Non, Through the Woods n’a pas les qualités d’un jeu à l’action trop soutenue.

Pour le reste, la caméra est assez bien gérée, un bon point pour une expérience qui se veut horrifique, et la progression tente de cacher sa linéarité en nous donnant l’impression d’évoluer dans une dense forêt aux embranchements multiples. L’effet fonctionne, surtout quand il s’agit de trouver un document « caché » ou un objet à récolter, jusqu’au moment où l’on tente de passer par un chemin qui n’en est pas un mais qui nous fait traverser le décor jusqu’à voire notre personnage rester bloquer dans des textures. Aïe. Encore une fois, on n’attendait pas de Through the Woods qu’il casse la baraque sur le plan technique, mais une copie plus propre n’aurait pas été de refus. Enfin, si la durée de vie n’excède pas la poignée d’heures, les chasseurs de Succès et autres Trophées pourront étendre l’expérience en partant à la chasse aux collectibles.

LE VERDICT
MÊME PAS PEUR
5
Jerem
Passionné de jeux vidéo depuis qu'il est en âge de tenir un pad, adepte de la news publiée 24h/24 et du test relu 10 fois. Râleur pro et gros consommateur du café.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here