Test de The Silver Case 2425 (Nintendo Switch)


Développeur : Grasshopper Manufacture

Éditeur : NIS America

Sortie : 09/07/2021

Support : Nintendo Switch

CONCLUSION

Si le travail de Suda51 ne vous est pas familier, la plongée dans l'univers de The Silver Case 2425 peut paraître périlleuse en 2021. C'est d'autant plus vrai que les jeux, bien qu'ils se présentent sous leur meilleur aspect, n'ont pas eu droit à une refonte en profondeur sur la forme. Mais quand on prend le temps de réaliser ce que sont, sur le fond, The Silver Case et The 25th Ward, alors on se rend compte que l'on a droit à des expériences uniques, aux histoires marquantes et aux idées souvent réussies, parfois géniales. Une duologie pas à la portée de tous, avec certaines mécaniques vieillottes, et c'est d'autant plus regrettable qu'elle paraît un brin paresseuse pour les fans.

S’ils ont déjà eu droit à de nouvelles éditions, notamment sur PC et PS4, c’est sous forme d’une duologie que The Silver Case et The 25th Ward : The Silver Case débarquent sur Nintendo Switch. Une compilation baptisée The Silver Case 2425 qui vient mettre en lumière l’une des premières réalisations de Suda51 et de son studio de Grasshopper Manufacture, et sa suite peut-être plus confidentielle.

The Silver Case, l’origine du mal

The Silver Case 2425 screenshot test jeuxvideo24Avant de nous embrouiller avec Killer7, de nous amuser avec No More Heroes, de nous distraire avec Lollipop Chainsaw ou encore de nous faire frissonner avec Shadows of the Damned, pour ne citer qu’eux, Suda51 était déjà allé sur le terrain de l’atypique avec The Silver Case. Bien éloignée des jeux précédemment cités, l’expérience ici proposée lorgnait plutôt sur le visual novel en l’abordant comme un jeu d’aventure. Il y est question d’un tueur en série sévissant dans le Ward 24 dans la région du Kantō. Le genre d’individu capable de s’évader de prison et de foutre à cran les forces de l’ordre locales.

C’est dans ce contexte particulier que l’on va tout d’abord incarner un enquêteur pour ce qui est la première partie de The Silver Case. Le jeu est en effet lui-même divisé en deux parties (l’une écrite par Suda51, l’autre non), la seconde ayant comme protagoniste principal un journaliste investiguant la même affaire que notre policier. Dans l’une comme dans l’autre partie, on compose avec une intrigue mature, grave par moments, voire surréaliste, et qui n’hésite pas à explorer plein de thèmes quitte à y perdre le joueur. Dans certaines phases, l’histoire se déroule comme un roman visuel classique avec un environnement en toile de fond et des personnages qui dialoguent. Au moment de passer à l’action, on évolue en vue subjective, on regarde tout autour de nous et on bouge, mouvement par mouvement, jusqu’à la prochaine interaction.

The Silver Case 2425 screenshot test jeuxvideo24Peu importe le type de séquence jouée, The Silver Case surprend encore par la maîtrise de son déroulé, par la mise en scène soignée et ingénieuse. Le jeu possède une identité qui lui est propre et même en 2021, cela se ressent encore autant sur le fond que sur la forme. Si les dialogues sont omniprésents, la dynamique de la présentation globale ainsi que la présence de scènes dessinées, parfois animées et quelques fois en live-action, rend l’ensemble terriblement immersif. Seules quelques énigmes ont véritablement mal vieilli et bien qu’on apprécie passer à l’acte, il faut reconnaître que la composante action a pris du plomb dans l’aile. Surtout en comparaison aux phases principalement textuelles, toujours aussi stylées.

The Silver Case surprend encore par la maîtrise de son déroulé ainsi que par la mise en scène soignée et ingénieuse.

The 25th Ward, pour prolonger le plaisir ?

The Silver Case 2425 screenshot test jeuxvideo24Si The Silver Case représente le plus gros morceau du gâteau, The Silver Case 2425 est bel et bien une duologie. Initialement pensé pour les mobiles, The 25th Ward : The Silver Case est donc le second titre de cette compilation. Un jeu qui prend place cinq années après les événements du premier volet et qui se compose de trois parties distinctes. Trois différents points de vue, mais une seule histoire toujours aussi bien construite et prenante si tant est qu’on arrive à passer outre le reste.

La mayonnaise a en effet plus de mal à prendre. Non pas à cause des environnements toujours aussi marquants, des scènes soignées et d’une présentation générale qui claque. Le problème vient plutôt des puzzles, encore plus vieillissants que dans The Silver Case, et dans la navigation qui s’opère via une sorte de dé à faire pivoter. C’est peu intuitif alors que, paradoxalement, il y a moins de mouvements possibles que dans le précédent volet (on ne peut par exemple pas se tourner ni regarder en haut ou en bas). Tout passe par ce fameux dé et c’est bien dommage.

 À retrouver : Notre vidéo des Premières Minutes de chacun des deux jeux de The Silver Case 2425.

Bonus, ou pas

The Silver Case 2425 screenshot test jeuxvideo24The Silver Case 2425 a beau proposer les meilleures versions des deux jeux, ces remises à niveau ne sont pour autant pas inédites. Il n’y a techniquement rien de plus que dans les dernières moutures déjà proposées, individuellement, sur nos PC et PS4. N’espérez également pas de bonus. Si l’édition physique de la duologie de Grasshopper Manufacture se présente dans un joli packaging avec bande-son et artbook à la clé, le disque/la cartouche n’embarque rien d’autre. Pas de vidéos bonus, de commentaires de Suda51 ou d’autres petites surprises du genre qui auraient comblé n’importe quel fan. Et toujours pas de traduction française, d’ailleurs.

Ce test a été réalisé à partir d’une version physique, fournie par l’éditeur, sur Nintendo Switch.

Jerem
Passionné de jeux vidéo depuis qu'il est en âge de tenir un pad, adepte de la news publiée 24h/24 et du test relu 10 fois mais avec coquilles quand même. Râleur pro et caféinoname.

L'ACTUALITÉ

Laisser un commentaire...