Test de The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel IV (PS4)

CONCLUSION

Difficile de passer après l'épisode trois qui plaçait la barre très haut concernant la narration, mais ce The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel IV vient tout de même conclure avec brio la saga. Si l'on peut regretter un casting trop fourni (et donc certains personnages pas assez travaillés), une réalisation d'un autre temps ou encore de grosses baisses de rythme, le système de combat est toujours aussi addictif, le contenu proposé est gargantuesque et l'histoire se montre malgré tout passionnante à suivre.

Série lancée en 2013 au Japon (2016 chez nous), The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel touche à sa fin en cette année 2020 via un quatrième opus de sortie sur PlayStation 4, pas moins de deux ans après sa sortie sur l’archipel. L’occasion de mettre un terme aux aventure de Rean, de la Classe VII, et de globalement toute la panoplie de personnages ayant fait leur apparition au fur et à mesure des épisodes.

End of an era

The Legend of Heroes Trails of Cold Steel IV screenshot test PS4C’est l’une des caractéristiques de la série Trails of Cold Steel  : son casting énorme et en perpétuelle évolution. Forcément, qui dit quatrième épisode venant clore la saga dit un peu menu Maxi Best-of, et les fans seront aux anges ici au vu de ce que leur propose Falcom. On retrouve ainsi des personnages jouables ou secondaires tirés d’un peu tous les autres opus, mais aussi des invités des séries Ao no Kiseki et Sora no Kiseki, pour un roster tout bonnement énorme.

Malheureusement, et même si ce quatrième épisode lorgne allègrement vers la centaine d’heures de jeu, tous ces personnages n’ont pas droit à un traitement similaire. Le travail effectué sur le background de chacun varie énormément d’un personnage à l’autre, certains auparavant très importants sont ici en retrait, certains ne sont disponibles que durant un certain laps de temps, et ainsi de suite. Forcément, cette manière de faire entraînera de la frustration chez certains joueurs qui verront leur chouchou être mis sur le banc de touche, et on aurait préféré un casting moins important mais qui aurait profité d’un travail un peu plus homogène.

The Legend of Heroes Trails of Cold Steel IV screenshot test PS4C’est d’ailleurs un problème que l’on retrouve aussi au niveau du scénario. Que l’on se comprenne bien : l’histoire de The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel IV se montre passionnante à suivre et l’on apprécie d’enfin avoir une conclusion à cette saga, mais les scénariste ont ici abattu un travail en deçà de ce que proposait l’épisode 3. On se retrouve ainsi avec un jeu divisé en plusieurs arcs assez inégaux, avec de grosses baisses de rythme ressemblant fort à du remplissage, à un côté manichéen très décevant ou encore à moins de complexité, de surprises et de moments forts que dans l’opus précédent. Alors que le continent est frappé par une malédiction s’étalant peu à peu et qu’une guerre risque (ENCORE) d’éclater, nos héros prennent malgré tout le temps de temps à autres de se faire une petite partie de cartes ou de se battre entre eux pour voir qui est le plus fort. Un aspect que l’on retrouve certes dans la plupart des RPG japonais mais qui semble ici encore plus exacerbé et incohérent, surtout concernant tout le côté harem.

Guerre épée

The Legend of Heroes Trails of Cold Steel IV screenshot test PS4Si Trails of Cold Steel III se voulait accessible au plus grand nombre et ce, même s’il était plus que conseillé d’avoir déjà fini les deux épisodes précédents pour pouvoir vraiment comprendre tous les tenants et aboutissants de l’histoire, ce quatrième et dernier opus ne fait absolument aucun effort à ce niveau. Certes, des résumés sont disponibles avant de se lancer dans l’aventure pour tous ceux qui voudraient se rafraîchir la mémoire, mais ceux-ci ne peuvent pas être exhaustifs à 100%.

Trails of Cold Steel IV débute là où le troisième épisode s’est arrêté et part sur une très longue introduction d’une bonne demi-heure durant laquelle le joueur est assailli de noms de personnages, de régions et autres mises en situation. Autant dire qu’il faut tenir le choc et que les nouveaux venus seront totalement perdus par ce prologue. D’autant plus s’ils ne parlent pas anglais, Falcom n’ayant pas traduit cet opus en français, contrairement à la troisième itération qui y avait pour sa part eu droit.

The Legend of Heroes Trails of Cold Steel IV screenshot test PS4En ce qui concerne les affrontements, les développeurs n’ont pas changé la formule gagnante de ce que l’on trouvait dans Trails of Cold Steel III. On se retrouve donc toujours avec des combats au tour par tour dans lesquels le placement des personnages a son importance, personnages disposant de plusieurs types d’attaques à débloquer notamment via les quartz (sortes de matérias à équiper). Les liens entre les héros sont toujours aussi importants puisqu’ils permettent d’avoir droit à des bonus passifs (contre-attaque, soin, etc), tout comme les BP à utiliser pour donner des ordres, et on passera toujours des heures dans les menus à optimiser tout ça. Certaines petites nouveautés sont néanmoins de la partie et viennent encore approfondir le gameplay, comme la possibilité d’améliorer les ordres ou le fait que les boss se montrent bien plus agressifs que par le passé. On regrette toutefois le changement apporté aux combats de méchas, qui sont maintenant longs et peu intéressants.

Rean saves the day

Sauver le monde, c’est bien, mais souffler de temps à autres c’est bien aussi. Évidemment, The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel IV propose quelques à-côtés venant rallonger une durée de vie déjà colossale. La pêche est ainsi de retour, aux côtés du jeu de cartes qui se montre toujours aussi profond, et les joueurs découvriront également un petit nouveau prenant la forme d’un clone de Puyo Puyo particulièrement addictif. Et, bien entendu, ce n’est même pas la peine d’évoquer la liste longue comme le bras de quêtes annexes plus ou moins intéressantes.

En revanche, pas vraiment de changements ni de nouveautés concernant la réalisation. Cet épisode se montre aussi vilain que ses prédécesseurs, avec des décors vides, des animations sommaires et une mise en scène quasi inexistante. On apprécie en revanche la présence d’un mode High Speed disponible à tout moment ou encore la B.O. qui profite de quelques thèmes particulièrement efficaces.

Ce test a été réalisé à partir d’une version dématérialisée, fournie par l’éditeur, sur PlayStation 4.

Avatar
Shauni
All your base are belong to us.

L'ACTUALITÉ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

vingt − cinq =