Test de Strawberry Vinegar (Nintendo Switch, PS4, Xbox One)

CONCLUSION

Un peu maladroit et surtout très cliché, Strawberry Vinegar n'en reste pas moins un mini-visual novel plutôt agréable à parcourir, une petite tranche de vie mignonne et sans prise de tête, qui a en plus le mérite de profiter de très jolis artworks. Définitivement pas l'expérience de l'année pour les amateurs du genre, mais une petite friandise traitant de l'amitié et de la gourmandise qui fait le job, ni plus ni moins, même si on aurait aimé un peu plus de profondeur.

Bien connu des fans de visual novel, le studio ebi-hime profite de ce début juin pour sortir son Strawberry Vinegar sur consoles. Déjà disponible sur PC depuis plusieurs années, ce titre traitant de nourriture et d’amitié tente de conquérir de nouveaux fans sur PS4, Xbox One et Nintendo Switch. Tout en leur donnant faim.

If you don’t feed me, I’ll reap your soul !

Strawberry Vinegar screenshot test nintendo switchRie est une jeune fille de 9 ans tout ce qu’il y a de plus normal. A ceci près que sa mère est une actrice un peu trop volubile, que son père est un homme au foyer beaucoup trop émotif et qu’elle est elle-même bien plus mature qu’elle ne devrait l’être (sauf bien entendu si parler Divine Comédie de Dante, économie ou encore mythologie grecque est normal à cet âge au Japon). Sans parler du fait qu’elle n’a jamais eu d’amis de sa vie, préférant rester seule lorsqu’elle est à l’école.

Sauf que voilà, sa petite vie bien rangée va changer du tout au tout lorsqu’elle va faire la connaissance de Licia, un démon de son âge lui demandant de lui faire à manger pendant une semaine si elle veut rester l’heureuse propriétaire de son âme.

En se concentrant sur l’amitié naissante entre deux jeunes filles de moins de dix ans et sur leur passion commune pour la nourriture, Strawberry Vinegar pose une ambiance légère, mignonne, sans surprise ni réels enjeux. Il s’agit plus ici d’une tranche de vie, une petite bulle d’air frais bienvenue que l’on parcourt en moins de cinq heures, un peu plus si l’on veut découvrir toutes les fins. Six fins différentes sont disponibles et se débloquent en fonction des choix effectués de temps à autres par le joueur, venant améliorer ou détériorer la relation entre Rie et Licia. Évidemment, de nombreux emplacements de sauvegarde sont proposés pour s’aider, tout comme un système d’avance rapide pour ne pas avoir à tout relire à chaque fois.

Itadakimasu

Strawberry Vinegar screenshot test nintendo switchSi le scénario de Strawberry Vinegar et ses personnages renferment un certain charme, le scénario d’ebi-hime n’est toutefois pas exempt de défauts. Tout d’abord, cette durée de vie très courte empêche non seulement le scénario de réellement s’étoffer, mais le rend aussi assez souvent incohérent. Dès le départ, Rie est ouvertement hostile à Licia, et aux gens de son âge de manière générale. Pourtant, il suffit de deux ou trois jours pour que tout à coup, pouf, elle se rende compte qu’elle s’attache de plus en plus à la petite démone… Tout en continuant à lui lancer des piques de manière régulière et à dire à quelle point elle a hâte de la voir retourner en Enfer (littéralement). Rie est d’ailleurs relativement antipathique du début à la fin, notamment lorsqu’elle s’amuse à faire pleurer son père.

Les personnages sont d’ailleurs aussi, en un sens, l’un des soucis de Strawberry Vinegar. Les caractères des uns et des autres ne peuvent guère s’étoffer en cinq petites heures, aussi se montrent-ils tous incroyablement clichés, au point pour certains d’en devenir de vraies caricatures gênantes. C’est surtout le cas pour le père de Rie : homme au foyer émotif à l’extrême, il apprécie plus que tout cuisiner en portant des tabliers roses à petites fleurs, passe son temps à nourrir les chats du quartier, à pleurer et à chercher l’approbation de sa femme et de sa fille. On aurait aimé un peu plus de nuance, ce qui est aussi vrai pour les autres. Rie est avant tout cynique, Licia ne pense qu’à manger, etc. On regrette aussi la ré-utilisation jusqu’à l’écœurement de certaines blagues qui n’étaient déjà pas spécialement drôles la première fois.

Charlotte au natto

Strawberry Vinegar screenshot test nintendo switchEn revanche, Strawberry Vinegar ne déçoit pas en ce qui concerne ses illustrations, même si une overdose de rose risque de se faire sentir pour les moins endurcis. Les quelques personnages présents sont plutôt mignons, même si la star du jeu reste les plats préparés avec amour. Un vrai soin a été apporté pour leur donner un aspect réaliste et force est de constater que la chose est réussie et que les artworks donnent tous plus faim les uns que les autres.

On aurait en revanche aimé retrouver la même rigueur au niveau de la bande-son. Le nombre de musiques et de bruitages peuvent se compter sur les doigts d’une main, et le doublage est totalement inexistant. Dommage, un peu de variété à ce niveau aurait été appréciable.

Ce test a été réalisé à partir d’une version dématérialisée, fournie par l’éditeur, sur Nintendo Switch.

Avatar
Shauni
All your base are belong to us.

L'ACTUALITÉ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

7 + 2 =