Test de Story of Seasons : Pioneers of Olive Town (Switch)

Développeur : Marvelous

Éditeur : Marvelous Europe

Sortie : 26/03/2021

Supports : Nintendo Switch

CONCLUSION

Story of Seasons : Pioneers of Olive Town risque de diviser les joueurs. D'un côté, les habitués regretteront cet aspect industrialisation – basé sur la récupération de matériaux et le craft à outrance au lieu de la ferme - qui enlève un peu du charme de la série. De l'autre, son côté très accessible et ses activités annexes aideront les nouveaux venus à rentrer dans le bain tout en douceur, la répétitivité arrivant moins vite que dans d'autres épisodes puisque les éléments se débloquent petit à petit, dont de nouvelles zones à explorer. Pour notre part, nous trouvons ce titre prenant, varié, facile à prendre en main et mignon malgré quelques petits soucis.

En cette année 2021, la série des Story of Seasons fête ses 25 ans. 25 années de fermes à cultiver, d’animaux à élever et de candidats au mariage à draguer. Et quoi de mieux pour fêter un anniversaire que de sortir un nouvel épisode ? Cette fois-ci, c’est sur Nintendo Switch que ça se passe avec un certain Pioneers of Olive Town.

There is a new farmer in town

Story of Seasons Pioneers of Olive Town screenshot testComme environ 99% des héros de jeux du genre, le personnage principal de Story of Seasons : Pioneers of Olive Town décide un beau jour de quitter la ville pour se rendre dans la ferme délabrée de son grand-père. Et pas n’importe quelle ferme, puisqu’elle se trouve dans la petite bourgade d’Oliville fondée par des pionniers… dont le fameux grand-père ! Autant dire que le joueur est accueilli les bras ouverts par le maire, qui voit là une bonne occasion de faire connaître sa ville et d’y attirer toujours plus de monde. Évidemment, le nouveau venu est rapidement mis à contribution, même si le cœur du titre est censé être de s’occuper de sa ferme et d’en tirer de l’argent (ce qui est encore plus facile avec le mode Jeune Pousse).

Les habitués du genre seront donc immédiatement en terrain connu ici, ce nouvel épisode ne bousculant pas une formule qui marche. Après un court tutoriel s’étalant sur plusieurs jours in-game (même si certains éléments ne se découvrent qu’au bout d’un peu plus de temps, comme par exemple les lutins), le joueur dispose de tous les outils nécessaires à sa nouvelle activité, comme la hache, le marteau ou encore l’arrosoir, ainsi qu’un petit sac de graines pour bien démarrer. Mais avant toute chose, il s’agit de découper les arbres se trouvant dans les alentours et de détruire les rochers histoire de faire de la place. Ce qui permet par ailleurs de récupérer des matériaux qui seront utiles pour réparer le poulailler délabré se trouvant à proximité et donc de récupérer un premier animal. Un petit boulot qui devient vite une routine quotidienne tant la nature reprend ses droits à une vitesse absurde.

La mondialisation en marche

Story of Seasons Pioneers of Olive Town screenshot testLes matériaux représentent d’ailleurs le point central de cet épisode, bien plus que dans les autres, au point même de laisser totalement de côté l’exploitation de la ferme. Car de petites nouvelles font ici leur apparition : les machines. Ces dernières ont la capacité de transformer les matières premières en éléments nécessaires au craft, par exemple les herbes hautes en fil, fil qui sert ensuite à créer du tissu.

Une idée déjà vue dans un Stardew Valley, mais qui prend ici rapidement une ampleur ridicule tant il y a des machines pour tout : le fil, les lingots, les briques, la mayonnaise, les yaourts, les condiments, les farines, et ainsi de suite. Et comme la transformation prend un certain temps (et nécessite pas mal de matériaux), on aura tôt fait pour optimiser le tout de multiplier ces machines, ainsi que les coffres nécessaires pour entreposer toutes les créations. Résultat, la petite ferme champêtre prend rapidement des allures d’usine. Autant dire que le côté dépaysant en prend un coup

Story of Seasons Pioneers of Olive Town screenshot testL’autre point essentiel de cet épisode repose sur l’exploration, la ferme que l’on découvre en début de partie n’étant que la partie émergée de l’iceberg. Une fois que l’on a suffisamment de bois et de fer (à récupérer dans la mine), on peut en effet réparer un pont qui débloque une toute nouvelle zone de jeu. Et qui dit nouvelle zone dit aussi nouveau bâtiment à reconstruire, nouvelle mine et nouvelles matières premières à découvrir.

Une idée vraiment intéressante puisqu’elle permet de renouveler l’intérêt pour le jeu, les simulations de vie à la ferme ayant rapidement tendance à tomber dans la routine et, donc, la lassitude. Autre bonne idée, là encore reprise d’un Stardew Valley, le personnage principal débloque au fur et à mesure de ses actions de nouvelles recettes, le poussant à se diversifier et à toujours faire un petit quelque chose et à s’améliorer dans différents domaines.

Farmer crossing

Story of Seasons Pioneers of Olive Town screenshot testFil rouge de cet épisode, la transformation d’Oliville en paradis touristique s’avère finalement plutôt décevant tant l’on ne voit pas vraiment de différence. Certes, de nouveaux magasins apparaissent peu à peu (grâce aux dons de matériaux faits par le joueur), mais cela ne fait pas spécialement venir plus de personnes et donc ne donne pas réellement plus de vie au village. Un problème que l’on peut retrouver dans le musée : comme dans un Animal Crossing, le joueur est chargé de le remplir en amenant des trésors, des poissons ou encore des photographies d’animaux qui seront ensuite changées en statues. Mais peu importe les efforts qu’il fournit, il ne verra jamais personne se balader dans les allées du musée en s’émerveillant de ces découvertes. Les touristes ne sont toutefois pas les seuls en cause puisque l’on regrette également le côté très effacé des habitants, qui se baladent sans trop rien faire et ne débitent que de courtes phrases sans personnalité.

Optant pour une esthétique très kawaï ressemblant à celle de Friends of Mineral Town, Pioneers of Olive Town est très joli, tout en rondeurs et très coloré. Difficile de ne pas craquer face aux adorables animaux présents en jeu, des alpagas touffus aux petits lapins. Les musiques sont pour leur part moins champêtres que par le passé, mais elles s’avèrent tout de même plutôt plaisantes, même si celle de la mine reste en tête pendant des jours…

En revanche, techniquement, tout n’est pas tout rose, hélas. Les temps de chargement sont nombreux et plutôt longs, même si un patch day one devrait venir quelque peu régler le souci, et il n’est pas rare de constater de grosses chutes de framerate, surtout lorsque l’on débarque dans un endroits regorgeant d’éléments. Espérons que des correctifs seront rapidement déployés, d’autant plus que ce titre n’est clairement pas un monstre technique.
Story of Seasons Pioneers of Olive Town art
Ce test a été réalisé à partir d’une version dématérialisée, fournie par l’éditeur, sur Nintendo Switch.

Shauni
All your base are belong to us.

L'ACTUALITÉ

Laisser un commentaire...