Test de Sonic Mania Plus (Nintendo Switch, PS4, Xbox One)

Ce test a été réalisé à partir d’une version dématérialisée, sur Nintendo Switch, fournie par l’éditeur.

Un an auparavant, à l’occasion des 25 ans de Sonic, la maison SEGA faisait appel à un créateur indépendant du nom de Christian Whitehead pour offrir aux joueurs un voyage nostalgique avec Sonic Mania. Grand fan de la série, le jeune développeur australien s’est fait notamment remarqué par l’éditeur grâce à ses très bonnes adaptations de Sonic The Hedgehog sur mobiles. Pour ce projet dirigé par Takashi Lizuka de Sonic Team, les studios Headcannon et Pagoda West Games ont également apporté leur soutien technique. Cette collaboration donna lieu à un bel hommage à la plateforme 2D des années 90 ; l’âge d’or du genre qui fut d’ailleurs porté par les premiers épisodes de la série.

A travers cette aventure à l’esprit d’antan, les fans de la première heure ont pu retrouver la charmante esthétique pixelisée et colorée des épisodes de la Megadrive, tout cela en 1080p et 60fps. Pour couronner le tout, le gameplay survitaminé était remis au goût du jour et surtout rythmé par les OST mythiques de la saga. Alors que Sonic Mania aurait pu prendre la forme d’une banale compilation remastérisée des aventures 16 bits du hérisson bleu, les développeurs ont su prouver leur maîtrise du sujet en proposant une expérience à la fois, en harmonie avec son temps et respectueuse des codes d’une génération ancienne. Et ce rapport est d’autant plus évident dans cette nouvelle édition.

L’édition “C’est plus fort que toi” !

Comme indiqué par son sous-titre Plus, le jeu est en quelque sorte une déclinaison Game of The Year de Sonic Mania. Il offre un contenu plus étoffé que celui de la version de base, avec non seulement un mode de jeu inédit, des niveaux exclusifs mais également des personnages supplémentaires. Du côté des nouveautés, les joueurs peuvent notamment accueillir deux nouveaux personnages jouables : Mighty, un tatou super rapide, capable d’escalader des parois et disposant d’une carapace rouge qui lui permet de détruire certaines surfaces et d’être invulnérable à des attaques ennemies ; Ray, un écureuil volant au pelage doré dont la particularité est de pouvoir se transformer en mode super qui, sans avoir de quoi faire rougir les saiyans, a pour effet d’augmenter la vitesse et la résistance de notre héros.

Nos nouveaux compagnons de jeu ne sont pas inconnus au bataillon puisqu’ils avaient déjà montré le bout de leur nez dans d’anciens titres tels que le spin-off Knuckles’ Chaotix (32X – 1995) pour Mighty et SegaSonic (Arcade – 1993) pour Ray (Mighty y étant également présent). Loin de révolutionner l’expérience de jeu, leur venue offre des styles de jeu alternatifs, ce qui pousse à la rejouabilité. Même si certains passage peuvent manquer de lisibilité avec de temps à autre des mécanismes imprécis, les courses de nos animaux extraordinaires sont funs, voire addictives pour les amoureux du genre. D’ailleurs, l’aventure comblera facilement tout joueur en quête de gameplay à la fois nerveux et quelque peu exigeant.

Zone verte pour un hérisson bleu

Dans la lignée de ses prédécesseurs et des titres qui ont défini le genre, Sonic Mania Plus présente une histoire dont la trame fait office de prétexte à l’aventure. Aux commandes de son armé de robots d’élite baptisés les Hard-Boiled Heavie, le Docteur Eggman alias Ivo Robotnik s’est donné pour objectif de mettre la main sur une incroyable énergie tout en poursuivant sa chasse aux animaux. Bien décidé à contrecarrer les plans de ce machiavélique docteur, Sonic, Tails et Knuckle partent à la recherche de la source énergétique qui semble plus puissante que les émeraudes du chaos réunies. Le trio va ainsi dévaler les niveaux en libérant les innocentes bébêtes capturées par leur ennemi juré et en éliminant les pions mécaniques de ce dernier. Si la narration peut paraître en second plan malgré des thèmes sérieux abordés tels que l’écologie, Sonic Mania est avant tout marquant par son game design bien ficelé. Tels de véritables attractions de fête foraine, les stages offrent une bonne dose d’adrénaline. En plus de pouvoir défier le temps dans un mode contre-la-montre, il est également possible de parcourir les niveaux avec un ami à travers un mode coopération. Puis, pour ceux qui préfèrent le duel, le mode compétition permet de faire affronter deux joueurs en écran splitté, le gagnant étant celui qui enregistre le meilleur score (temps de complétion, anneaux collectés, points d’attaque). Petit bémol, il est inutile de se préparer pour une virée en ligne car seul le local est disponible pour les parties en multijoueur.

Une impression de déjà-vu ?

L’une des grandes innovations de cette édition Plus est le mode Bis (Encore) qui permet de voir l’aventure de nos héros d’un œil neuf. Au préalable, il s’agit de sélectionner deux personnages parmi les cinq qui, une fois sur le terrain de jeu, auront la possibilité de switcher. A défaut de pouvoir découvrir une nouvelle zone de jeu complète, Sonic et ses amis ont décidé pour cette version de s’offrir une petite course dans la fameuse Angel Island Zone que les connaisseurs pouvaient parcourir dans le troisième volet. C’est d’ailleurs à travers cet environnement que commence ce mode inédit. Le jeu fonctionne sur le principe d’une zone en deux actes avec un mini-boss de transition entre chaque partie et un big boss à vaincre en bout de course. Si les environnements de Sonic Mania ont pour modèle ceux des épisodes originels, leurs tracés prennent des formes et directions différentes tout en réservant leur lot de surprises avec de nouveaux obstacles et mécaniques de gameplay. En d’autres termes, même les plus aguerris devront revoir leur approche puisque de nombreux pans du level design ont été revus pour l’occasion.

Entre les niveaux, les joueurs auront la joie de (re)visiter de nombreux stages bonus comme les fameux circuits aux sphères bleues, inspirés de Sonic CD et du troisième opus, ou encore les délirants clones de Tetris façon Sonic Team. Mettant en avant un certain fan service bien assumé et une volonté de saluer une ère historique du genre plateforme, Sonic Mania Plus fait partie de ces jeux exemplaires qui allient parfaitement le passé et le présent.

Pour info
A titre indicatif, les collectionneurs ont sans doute remarqué qu’une version physique en édition limitée de Sonic Mania Plus a été commercialisée. Celle-ci contient un artbook de 32 pages ainsi que le jeu avec une jaquette réversible façon packshot Megadrive, tout cela dans un magnifique fourreau holographique. Parallèlement, pour ceux souhaitant découvrir davantage l’univers de Sonic Mania, sachez qu’une web série d’animation intitulée Sonic Mania Aventures est en libre diffusion sur Youtube. La série est réalisée par Tyron Hesse à qui l’on doit notamment la splendide cinématique d’introduction du jeu.
LE VERDICT
LE SEIGNEUR DES RINGS
8
Mr.J
Aucun super-pouvoir, gameplay limité, fait partie du comité de protection des licornes. Recherche en vain cet alter ego qui lui permettra de mener à bien sa vendetta - "The monster you created has returned to kill you"

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here