Test de Soldats Inconnus : Mémoires de la Grande Guerre (PC, PS3, PS4, Xbox 360, Xbox One)

Ce test a été réalisé à partir d’une version dématérialisée sur PC.

War never changes, but men do

En se basant sur des faits réels et des écrits authentiques, Soldats Inconnus : Mémoires de la Grande Guerre n’a pas d’autre but que de nous raconter l’histoire de cinq personnages à travers une aventure singulière. Cette histoire c’est celle de Karl, un fermier allemand vivant en France, contraint de retourner chez lui pour combattre dans les rangs de son pays en abandonnant, forcé, sa femme et son jeune fils. Suivra ensuite Émile, le père de la femme de Karl, lui aussi appelé pour intégrer les rangs de sa patrie. Un peu plus tard dans l’aventure, on retrouvera Anna, une infirmière belge dont le scientifique de père a été enlevé par l’armée allemande pour faire progresser l’armement germanique. Enfin, on fera également la connaissance de Freddie, un soldat américain qui a perdu sa femme lors d’un bombardement à Paris. Il n’aura de cesse de poursuivre le baron fou à l’origine du décès de sa tendre épouse. A cette petite troupe s’ajoute Walt, un chien secouriste qui a perdu son maître et se lie facilement d’amitié avec nos quatre protagonistes humains qu’il rencontrera à tour de rôle. Éloignés les uns des autres au départ, ces cinq larrons vont bien évidemment très vite voir leur destin se croiser et vont traverser, ensemble, cette terrible épreuve de la Grande Guerre. Le joueur dirige donc tour après tour, l’un ou l’autre des personnages et le fait progresser dans des niveaux tout en 2D en résolvant des énigmes. Ces dernières sont généralement très simples et demandent juste un peu de bon sens et d’observation pour être résolue sans trop devoir se creuser les méninges.

Chaque personnage possède ses propres compétences et la résolution des puzzles passera par l’utilisation de chacune d’elle. Freddie est le roi de l’explosif. Il utilisera souvent des grenades ou de la dynamite pour détruire les installations allemandes et permettre aux régiments qui le suivent de progresser sans trop de mal. C’est également lui qui, le plus souvent, coupera les fils barbelés pour ouvrir de nouveaux passages aux troupes alliées. Émile, équipé d’une louche ou d’une pelle, sera plus à même de creuser des tunnels pour contourner les troupes adverses et user de chemin détournés. Karl, son gendre, se veut être un spécialiste de l’infiltration. Il peut également changer de costume et ainsi accéder à des espaces à l’accès restreint. Enfin Anna, infirmière de métier, passera la plus part de son temps à sauver des vies sans jamais tenir compte du camp auquel elles appartiennent. Pour se faire il faudra réussir un mini jeu présenté sous la forme de QTE avec des séquences à réaliser qui défilent sur un électrocardiogramme, le tout rythmé par les pulsations cardiaques de son patient. Enfin Walt, s’il est très souvent présent à l’écran, n’est pas directement jouable. En revanche le joueur peut à tout instant par une pression sur L1 ou R1, le faire interagir avec des leviers ou lui demander de rapporter des objets inaccessibles. Le déroulement du jeu est totalement linéaire et on ne peut pas changer de personnage à la volée. Le joueur suit donc, tour à tour, les aventures du ou des personnages imposés en début de chapitre. Il en découle une résolution unique de chaque énigme qui, malheureusement, réduit à néant toute rejouabilité (hormis pour trouver tous les petits objets cachés pour les amoureux du 100%).

Pour ne pas oublier

Mais cette linéarité n’est en fait pas du tout un défaut. Soldats Inconnus : Mémoires de la Grande Guerre se veut avant tout un jeu qui raconte une histoire et nous invite à la vivre de manière interactive. Pour le studio français, le pari était donc de réussir à faire en sorte que le joueur se sente impliqué et ne s’ennuie jamais durant les dix heures qu’il faut pour boucler l’aventure. Un objectif parfaitement rempli grâce à une appréciable variété des situations que l’on rencontre à travers les quatre chapitres du jeu. Certains passages nous laissent le temps de contempler les décors, quand d’autre nous demanderont de courir sous des pluies de bombes pour ne pas tomber sur le champ de bataille ou pour ne pas être rattrapé par nos poursuivants. On a même le droit à des missions en véhicule où il faut éviter des obstacles arrivant sur nous tout en se débarrassant de nos poursuivants. Amusantes comme tout, ces phases de jeu possèdent une bande son toujours en rapport avec le rythme de l’échappée. Un vrai régal. De plus, en limitant volontairement la difficulté de son titre, Ubisoft Montpellier évite d’ennuyer le joueur qui passerait trop de temps à tourner en rond en espérant trouver la solution d’une énigme dans un petit détail qu’il aurait raté. Enfin, et surtout, cela permet au studio d’utiliser le jeu comme un outil pédagogique. Régulièrement tout au long des niveaux, des détails historiques sont présentés aux joueurs. En ramassant des objets cachés on en apprendra un peu plus sur les événements présentés et les lieux traversés et on découvrira comment s’organisait le quotidien de la Grande Guerre. Optionnels, ces éléments à ramasser deviennent rapidement un vrai centre d’intérêt tant l’information distillée est de qualité et montre la richesse du travail réalisé en coopération avec la Mission du Centenaire. D’autres éléments d’informations, débloqués automatiquement cette fois, se chargent d’expliquer le déroulement des batailles, la vie des Poilus et des autres soldats de tout pays.

Attention à la vidéo ci-dessous, spoiler !


Parce que la volonté d’Ubisoft Montpellier n’est pas d’imposer un jeu historique, on n’est jamais forcé de lire le contenu de ce que l’on débloque. Mais il faut avouer que la qualité de l’écriture et l’authenticité avérée des faits présentés rend la chose particulièrement intéressante et il serait vraiment dommage de passer à côté d’une leçon d’histoire si bien présentée. Une richesse que l’on retrouve au niveau de la direction artistique du jeu. Les graphismes tout en 2D sont absolument magnifiques et renforcent l’aspect bande dessinée interactive qui permet au joueur de rester concentré sur l’essentiel. On vit l’histoire d’une planche à l’autre, prenant parfois le temps d’étudier les différents plans en profondeur. Les dialogues sont réduits à leur plus simple expression, chaque nationalité possédant une sorte de dialecte qui, associé aux différentes bulles, permettent de comprendre sans soucis toutes les situations. Le jeu s’offre même des petites touches d’humour dispersées ici ou là, comme pour éviter de laisser le joueur sombrer dans une tristesse certaine. Car il faut le reconnaître, sous ses airs de petit jeu mignon en 2D, Soldats Inconnus : Mémoires de la Grande Guerre prend aux tripes. De par son contexte évidemment, mais aussi par sa bande son tout à fait remarquable. Aussi bien le thème principal de Chance Thomas que la voix-off du comédien Marc Cassot, toute l’ambiance sonore, à la fois posée et intense, tend à rendre particulièrement attachants ces cinq personnages dont le destin, parfois tragique, finira de nous émouvoir en fin de partie.

Mention HIT jeuxvideo24, les meilleurs jeux

LE VERDICT
NE PAS OUBLIER
7
Ludo
Rédacteur/Testeur/Râleur tendance sociopathe avec un sérieux penchant pour le troll méchant. A développé une sale dépendance à Rainbow Six Siege et Darkest Dungeon.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here