Test de SEGA Mega Drive Classics (PS4, Xbox One)

Ce test a été réalisé à partir d’une version dématérialisée, fournie par l’éditeur, sur Xbox One.

Petits nouveaux et grands absents

Comme à chaque nouvelle édition d’une telle compilation, la question est de savoir si la liste des 53 jeux qui composent SEGA Mega Drive Classics est à la hauteur de la génération dorée à laquelle elle s’attaque. Et comme d’habitude, on serait tenté de dire que cela dépend du goût de chacun. Impossible pour autant de ne pas s’apercevoir que Sonic 3 et Sonic & Knuckles manquent à l’appel, de même que les titres Ecco, alors que certains déploreront les absences de jeux brillants à l’époque mais basés sur des licences sur lesquelles SEGA n’a pas plus aucun droit. De notre côté, on n’aurait pas été contre un petit Earthworm Jim par exemple. Pour autant, cette imposante liste de jeux a de la gueule et elle prend soin de mettre tous les genres, ou presque, à l’honneur. On regrette simplement qu’elle soit si proche et guère plus fournie de ce qui nous a déjà été proposée.

Tous ces jeux, on les retrouve dans une collection rangée via une interface que les joueurs Steam connaissent bien (d’ailleurs, SEGA continue sa politique de mises à jour sur PC et propose gratuitement aux joueurs les fonctionnalités de SEGA Mega Drive Classics). Une chambre virtuelle qui fait un peu vieillotte, l’esprit années 90 est peut-être là mais on n’aurait pas été contre des menus un peu plus soignés. À défaut d’avoir sa propre interface, la compilation débarque sur PS4 et Xbox One avec son lot de bonus, le plus important à nos yeux étant la présence des versions localisées de certains titres.

Beyond Oasis, Landstalker, Ristar, Dynamite Headdy ou encore Streets of Rage 2 et 3 ont ainsi droit à une présence multiple, en français pour certain, en japonais pour d’autres ou encore en version US. Des versions d’un même jeu que SEGA et d3t nous proposent parce qu’elles ont de réelles différences, les fans apprécieront. Toujours du côté des bonus, on note la présence de défis à accomplir sur une bonne partie des jeux de la compil’. Des challenges vraiment relevés pour certains, assez basiques pour d’autres, qui ont le mérite de nous permettre d’aborder les jeux non plus pour le simple plaisir nostalgique mais avec un objectif bien réel. Le multijoueur répond lui-aussi à l’appel, en ligne pour profiter de certains des titres qui avaient déjà la bonne idée (ou pas) de proposer du jeu à deux.

Le rewind que l’on aurait souhaité à l’époque

Fonctionnalité pas forcément inédite dans ce genre de compilation mais toujours aussi appréciable, le “rembobinage” est de mise dans SEGA Mega Drive Classics. Une mort bien malheureuse ? Un échec cuisant à cause d’une décision discutable ? Pas de problème, la simple pression de la gâchette gauche suffit à revenir en arrière au moment désiré. Mieux encore, c’est aussi possible dans l’autre sens. La gâchette droit sert en effet à accélérer l’action, ce qui plaira à n’importe quel joueur qui s’est par exemple mis en tête de se retaper tout un Phantasy Star. Côté ergonomie, on apprécie également beaucoup la facilité avec laquelle on peut sauvegarder/charger une partie : en dirigeant le stick droit vers le haut ou vers le bas. Enfin, les nombreuses options visuelles/techniques permettent à chacun de jouer en fonction de ses préférences : avec des bordures, en appliquant une mise à l’échelle des pixels (bilinéaire, EPX, HQ4X, XBR), en activant des lignes de scan ou encore en désactivant la limite des sprites.

LE VERDICT
MÊME JOUEUR JOUE ENCORE
6
Jerem
Passionné de jeux vidéo depuis qu'il est en âge de tenir un pad, adepte de la news publiée 24h/24 et du test relu 10 fois. Râleur pro et gros consommateur du café.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here