Test de RUINER (PC, PS4, Xbox One)

Ce test a été réalisé à partir d’une version dématérialisée sur PC, sous Steam.

Blade Ruiner 2091

2091, Rengkok. RUINER nous plonge au cœur d’une cybermétropole où une corporation du nom de HEAVEN contrôle tout sur tout, manipulant de pauvres citoyens en les noyant dans le virtuel et corrompant tout ce qui peut l’être. Bref, le genre de firme qui incarne le mal et qui n’a pas besoin de kidnapper le petit frère de notre héros pour être détestée. C’est pourtant ce que HEAVEN a fait. Le prétexte est alors tout trouvé pour que l’on parte à la recherche des vilains et que l’on enchaîne des niveaux en vue isométrique dans une ambiance très soignée. Avouons-le tout de suite, RUINER a de la gueule, son ambiance cyberpunk est réussie et sa bande-son électro déchire. Les effets visuels lors des combats jouent également leur rôle dans cette esthétique générale que l’on apprécie du début à la fin, quitte à en oublier parfois une narration un peu lourdingue et des personnages trop génériques ou trop caricaturaux.

Ce que l’on aime également dans RUINER, ce sont toutes ses bonnes intentions côté gameplay. Incroyable fournie, mais trop complexe par moment et c’est bien là le problème (nous y reviendrons), la jouabilité du twin stick shooter de Reikon Games jouit d’un imposant arbre de compétences qui permet au joueur de personnaliser son expérience en fonction de la manière dont il veut aborder l’action. Grossièrement, ceux qui préfèrent encaisser des dégâts mais veulent foncer dans le tas avec une grosse force brute auront de quoi se forger un personnage taillé pour le corps à corps, alors que les joueurs qui ont une meilleure affinité avec les armes pourront privilégier une approche moins directe grâce à des améliorations davantage taillées pour le combat à distance. L’équilibre entre les deux styles peut d’ailleurs être trouvé, même si les attaques à distance sont largement privilégiées, et la possibilité de jongler à la volée entre les différentes capacités est bien utile en fonction des ennemis que l’on affronte. D’autres bonnes idées, comme la planification du dash, tentent également de rendre RUINER attrayant mais on se rend compte au fil des heures de jeu que c’est rapidement le foutoir.

Cyberbordel

Bien que son gameplay évolue au fil des heures et des compétences débloquées, RUINER fonctionne toujours de la même manière lorsqu’il s’agit de progresser dans ses niveaux. Malgré la présence d’un hub où l’on explore presque librement une partie de la ville de Rengkok, nous laissant croire que de belles escapades sont au programme, tout n’est finalement qu’un enchaînement similaire de couloirs et de salles plus larges où les vagues d’ennemis se succèdent. Dans le fond, on n’en veut pas vraiment à Reikon Games puisque cela se prête assez bien au genre, mais un peu de variété dans la structure des niveaux n’aurait fait de mal à personne. En réalité le plus gros problème de RUINER est son manque de lisibilité accentué par un gameplay maladroitement complexifié, avec cette impression que le plaisir de jeu peine à décoller une fois l’euphorie des premières heures passée.

Les ennemis, nombreux, et les boss, assez costauds, ont de quoi nous donner des sueurs froides mais cette difficulté est malheureusement appuyée par un système de visée franchement perfectible. Au pad, cette visée n’est clairement pas optimale et les déplacements ne sont jamais évidents puisqu’on ne se rend pas toujours compte dans quel sens notre personnage court. Pour un twin stick shooter ça la fout plutôt mal, surtout qu’en optant pour le duo clavier/souris les choses ne s’arrangent pas à cause d’un changement d’armes manuel trop problématique (et on ne parle même pas de l’impossibilité, au lancement du jeu, de passer le clavier en AZERTY pour un remapping efficace, chose heureusement corrigée avec le patch du 17 octobre). Oui, RUINER peut se targuer de jouir d’une jouabilité riche et pleine de promesse mais l’exécution est tellement laborieuse qu’on a surtout l’impression qu’il y a finalement trop de commandes et pas assez de touches pour tout ce que voudrait proposer le jeu.

LE VERDICT
BLADE RUINER
5
Article précédentWarhammer Vermintide 2 se dévoile avec du gameplay
Article suivantThe Evil Within 2
Passionné de jeux vidéo depuis qu'il est en âge de tenir un pad, adepte de la news publiée 24h/24 et du test relu 10 fois avant publication. Également râleur pro et (trop) gros consommateur du café.