Test de Phoenix Wright : Ace Attorney Trilogy (PC, PS4, Nintendo Switch, Xbox One

Ce test a été réalisé à partir d’une version dématérialisée, fournie par l’éditeur, sur Nintendo Switch.

Jeune procureur deviendra grand

Il semble bien lointain le temps où Phoenix Wright réalisait ses premières plaidoiries sur GBA. De l’eau a coulé sous les ponts, les portages ont été (très) nombreux et cette ultime (?) édition se présente sous son meilleur jour technique. C’est vrai si vous n’êtes pas du genre nostalgique des décors tout pixelisés des versions de base, dans ce cas-là ce ne sont pas les éléments souvent propres mais parfois grossiers en haute-définition qui risquent de vous faire changer d’avis. C’est très coloré et proprement animé, mais il ne faut clairement pas attendre une révolution visuelle avec Phoenix Wright : Ace Attorney Trilogy. Ça tombe bien, on n’avait aucune attente sur ce point-là.

Le plaisir est en effet ailleurs, celui de retrouver une trilogie culte dont le gameplay fonctionne toujours autant, quitte à rendre jaloux certains jeux d’enquête plus récents, et où l’ambiance est à chaque fois au rendez-vous. On se délecte encore de ces personnages peu communs, de ces affaires improbables et de ces situations rocambolesques au tribunal à faire pâlir n’importe quel fans de Law & Order. Tous les jeux ne sont pas de la même qualité, pas de miracle là-dessus, mais le plaisir est encore grand de faire nos premières armes dans Ace Attorney puis de conclure la trilgie en beauté dans le surprenant Trials & Tribulations.

Portage coupable

Pour son arrivée sur les consoles du moment, Phoenix Wright : Ace Attorney Trilogy ne fait hélas aucun effort. Le plaisir de retrouver les jeux de Capcom est bien présent, on se répète, mais difficile de ne pas regretter l’absence de bonus et/ou d’innovations optionnelles de gameplay, voire de ne pas avoir droit aux épisodes qui ont suivi cette trilogie. Seule carotte pour les fans de la licence, les Trophées/Succès à chasser qui prennent soin d’être liés à des scènes/événements bien précis de chaque jeu. Une véritable chasse, à laquelle ne peuvent pas prendre part les joueurs Switch cela dit…

Enfin, que dire de l’absence de sous-titres en français pour cette trilogie ? Difficile de le justifier, ce n’est pas comme si les jeux étaient inédits. Non, ils ont déjà été traduits à de multiples reprises mais le travail déjà mâché ne convenait visiblement pas à Phoenix Wright : Ace Attorney Trilogy. Comment palier à ce problème ? En patientant tout simplement puisque Capcom promet la diffusion d’une mise à jour cet été visant à introduire les sous-titres FR. C’est noté, mais qu’en est-il des sauvegardes actuelles ? Seront-elles compatibles ? Comptez sur nous pour faire le point lorsque le patch en question sera déployé.

LE VERDICT
PLAISIR COUPABLE
6
Jerem
Passionné de jeux vidéo depuis qu'il est en âge de tenir un pad, adepte de la news publiée 24h/24 et du test relu 10 fois. Râleur pro et gros consommateur du café.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here