Test de NBA 2K22 (PS5, Xbox Series X|S)


Développeur : Visual Concepts

Éditeur : 2K Games

Sortie : 10 septembre 2021

Supports : PS5 / Xbox Series X|S

CONCLUSION

NBA 2K22, c'est le plaisir retrouvé du basket virtuel. Après les errements de l'année passée, 2K et Visual Concepts ont su corriger le tir, littéralement parlant, pour nous proposer une cuvée bien agréable à jouer. Qu'elles soient offensives ou défensives, les phases de jeu font appel à un QI basket qui se montre gratifiant, quitte à frustrer ceux qui privilégient les coups de folie. Ajoutez à cela un menu gargantuesque, avec une chouette Ville en tête d'affiche, et vous obtenez un NBA 2K de très bonne facture. De quoi nous faire encore plus regretter l'omniprésence de ces maudits VC et la chronophagie mal récompensée d'un mode MyTeam qui lorgne trop sur le pay to win.

On ne sait jamais avec quelle main dribbler lorsque le nouveau NBA 2K pointe le bout de son nez. L’excitation est toujours là, parfois confortée (comme avec l’exaltant 2K20) mais quelques fois calmée (le décrié 2K21 en est l’exemple). Comment se situe NBA 2K22 sur cette balance-là ? Assurément du bon côté, puisque 2K et Visual Concepts livrent une cuvée résolument aboutie sur PS5 et Xbox Series X.

Retour aux shoots sérieux

NBA 2K22 screenshot test jv24Après un lancement plutôt compliqué avec 2K21, il était certain que 2K et Visual Concepts n’allaient pas commettre les mêmes erreurs pour l’arrivée de NBA 2K22. Vraiment ? La prise de risque est de nouveau au rendez-vous et la jauge de tir a encore droit à son lifting. Un arc de cercle tout en verticalité qui montre une zone d’efficacité du tir et un trait où la réussite est à son maximum. Le tout dépendant des qualités intrinsèques du joueur mais aussi du contexte (marquage, plus ou moins de fatigue, etc.). Le changement est moins violent que l’année dernière mais on déplore un manque de lisibilité criant avec cette jauge.

NBA 2K22 screenshot test jv24Pourtant, on arrive à s’en accommoder grâce aux sensations de shoot tout bonnement excellentes dans 2K22. Faites l’essai : désactivez la jauge en question et vous verrez que vous tirerez avec une efficacité tout aussi proche que lorsque les indicateurs sont présents. C’est sans doute parce que vous êtes doués (et nous aussi), mais c’est aussi et surtout parce que Visual Concepts fait tout pour rendre la mécanique de shoot naturelle, quasiment instinctive. Au revoir les aléas de la saison passée donc, le tir retrouve ses lettres de noblesse et c’est tant mieux.

Visual Concepts fait tout pour rendre la mécanique de shoot naturelle, quasiment instinctive.

Cet ajustement côté shoot ne se fait toutefois pas sans tracasserie. Si le jeu récompense largement ceux qui sauront se mettre en bonne posture pour tirer, comprendre par là en tir ouvert, il va en revanche se montrer impassible avec les joueurs faisant face à un marquage strict. Vous avez beau avoir les stats d’un MVP, 2K22 ne laisse probablement pas assez de marge aux faiseurs de miracles et autres adorateurs des shoots extraterrestres. Sans doute le prix à payer pour avoir une mécanique solide qui répond à une certaine logique.

La parole est à la tactique

NBA 2K22 screenshot test jv24Qui dit situation de tir ajustée dit défense forcément remaniée. On le répète, une défense agressive sur l’homme permet de drastiquement diminuer les chances de tirs adverses. Cela encourage à la vigilance et à la persévérance, surtout que le posage d’écrans n’est plus aussi efficace (et abusé) qu’avant. Plus que jamais, on trouve satisfaction à contrecarrer les offensives de l’équipe d’en-face et ce, peu importe le type de défense que l’on a sous la main. Vous contrôlez un contreur né ? Régalez-vous des comportements les plus imprudents. Vous aimez couper les lignes de passe ? Alors vous prendrez plaisir à anticiper une transmission foireuse pour partir en contre-attaque.

NBA 2K22 screenshot test jv24Impossible n’est toutefois pas collectif, et 2K22 met largement en avant les schémas de jeu tactiques d’une équipe. Que ce soit d’un côté ou l’autre du terrain, il faut donc user de la panoplie tactique de votre formation jusqu’à trouver où appuyer pour faire mal. C’est grisant, gratifiant et caractéristique d’un basket NBA qui, paradoxalement, aurait plutôt tendance ces dernières saisons à nous faire oublier que le collectif est roi. Ceux qui ne jurent en revanche que par les prouesses de leur superstar auront du mal à se satisfaire de cette formule. Nous, on l’adore.

Ma Carrière, au féminin ou au masculin

NBA 2K22 screenshot test jv24Brillant sur le parquet, manettes dans les mains, 2K22 n’est pas avare côté contenu. Le basket féminin tout d’abord, dont le traitement de la WNBA est aussi soigné que pour la NBA. En s’intéressant un minimum aux performances des joueuses US, vous en reconnaîtrez sans mal les grandes figures. Mieux encore, le mode carrière dédié (The W) fait son retour en force dans une version plus étoffée (avec davantage d’interactions et d’évènements hors matchs de saison régulière). Certes, on est encore loin de ce qui est proposé avec les hommes mais l’évolution est là. Solide et notable.

Quand on n’enchaîne pas les matchs de saison régulière, la Ville de NBA 2K22 nous propose tout un tas de sympathiques choses à faire.

Le gros morceau reste en effet le mode Carrière masculin. Dans NBA 2K22, notre petit prodige fraîchement créé dans une ville où il a tout à prouver. Influenceur/Youtuber de son état, il va falloir jouer des coudes avant de pouvoir rivaliser avec les pros de la NBA. En passant par l’université par exemple, puis en s’attardant sur la G-League avant de postuler à la fameuse Draft. Laquelle peut être tentée dès le début cela dit, mais avec une position bien moins favorable du coup. Le joueur peut réellement façonner sa carrière et des choix s’imposent sans cesse à nous, faisant autant pencher notre personnalité que notre capacité à briller sur ou en-dehors du terrain.

Quand on arrive en Ville

NBA 2K22 screenshot test jv24Quand on n’enchaîne pas les matchs de saison régulière, le mode Carrière de 2K22 propose tout un tas de sympathiques choses à faire. On évolue dans la Ville, une sorte de hub taille XXL. Une cité découpée en plusieurs quartiers d’où sont accessibles l’ensemble des activités du jeu dans lesquelles votre avatar peut prendre place. C’est bien fichu, chaque quartier possède son emprunte visuel et on aime se promener dans les recoins de ce hub malgré le manque de visibilité sur la carte.

NBA 2K22 screenshot test jv24Mieux encore, pour nous inciter à découvrir chaque playground, chaque boutique et chaque gymnase de la Ville, la carrière de NBA 2K22 a droit à ses quêtes à dégoter auprès de différents PNJ. Comme un RPG, le jeu nous propose différents objectifs (certains facultatifs, d’autres non) à accomplir et comme dans un jeu de rôles, les récompenses sont multiples. Cela va de quelques piécettes de VC (la fameuse monnaie virtuelle) à des insignes à attribuer à notre joueur, en passant par différents boosts et autres bonus temporaires. En parlant d’insignes, les badges que l’on développe pour notre joueur ont droit à une interface claire et il est aisé d’orienter sa néostar vers le profil de son choix. À condition de trouver le fameux menu cela dit, tant la navigation n’a rien de naturelle dans les sous-menus. Paradoxalement, l’interface générale du jeu n’a jamais été clean et compréhensible.

Mon Équipe, mes VC

NBA 2K22 screenshot test jv24Autre pièce maîtresse de NBA 2K22, le mode MyTeam / MonÉquipe et ses cartes à rendre accroc n’importe quel fan NBA. On n’a de cesse de le répéter (et de s’en inquiéter) année après année, la monnaie virtuelle (les VC) occupe une place prépondérante dans l’architecture de ce populaire mode de NBA 2K. Une monnaie intimement liée aux microtransactions, lesquelles continuent d’être sacrément mises en avant par 2K. Pas obligatoires, certes, mais presque incontournables pour qui veut se confronter à d’autres formations en ligne sans avoir peur de se prendre une rouste.

NBA 2K22 screenshot test jv24Preuve de cette frénésie vers la carte ultime et la formation parfaite, la mise en place d’événements saisonniers toutes les six semaines. Ce sont donc de nouveaux défis (et de nouvelles récompenses) qui se présentent très régulièrement aux joueurs, à condition d’avoir un niveau correct pour s’y coller (et donc les cartes qui vont bien). On peut aussi évoquer les versions holographiques (et boostées) de cartes basiques ou encore la présence d’un système d’évaluation (pour obtenir auprès de 2K un bonus en cas de cartes judicieusement associées). Il faut aussi et surtout compter sur un mode Draft assez exaltant, un véritable mode dans le mode qui permet de se forger une équipe avec davantage de bons joueurs que dans la base de MonÉquipe. Sans oublier des parties Domination et Triple Menace, elles-aussi étoffées cette année.

Bref, MyTeam/MonÉquipe empile les modes et les possibilités de jeu, et il le fait très bien. Dommage que cela soit aussi dépendant de ces satanés VC.

C’est beau le basket

NBA 2K22 screenshot test jv24Si NBA 2K22 passe un nouveau cap dans sa jouabilité, il souffre de quelques maux qui l’empêche de véritablement profiter des PS5/Xbox Series X|S. Peut-être parce que le jeu tourne encore sur les machines de la génération précédente, on doit se coltiner des transitions entre animations pas vraiment dignes des ambitions du jeu. Ne jouons pas les blasés de service, la technique sait séduire au moment de dribbler ou de postériser. C’est d’autant plus vrai avec une modélisation remarquable des joueurs (tous n’ont pas droit au même traitement, attention) et un sens des détails visuels qui impressionne. Le jeu est globalement beau, très beau même, et peu de simulations sportives atteignent cette qualité.

Ce test a été réalisé à partir d’une version dématérialisée, fournie par l’éditeur, sur Xbox Series X.

Jerem
Passionné de jeux vidéo depuis qu'il est en âge de tenir un pad, adepte de la news publiée 24h/24 et du test relu 10 fois mais avec coquilles quand même. Râleur pro et caféinoname.

L'ACTUALITÉ

Laisser un commentaire...