Test de Marvel’s Spider-Man : Miles Morales (PS5, PS4)

CONCLUSION

Si vous avez aimé Marvel's Spider-Man, ce Miles Morales devrait vous plaire à défaut de réellement vous étonner. Les bonnes sensations sont toujours là, que ce soit lorsque l'on se déplace ou que l'on combat les ennemis, l'histoire est agréable à suivre et on retrouve peu ou prou les mêmes choses à faire dans l'open world. On aurait toutefois apprécié avoir un peu plus de nouveautés, celles-ci se comptant sur les doigts de la main, et de combats épiques contre des boss ainsi qu'une durée de vie un peu plus adaptée au prix pratiqué pour ce standalone, même si la recherche du 100% permet de compenser un peu.

Un peu plus de deux ans après un Marvel’s Spider-Man plutôt sympathique, Insomniac Games remet le couvert avec le standalone Marvel’s Spider-Man : Miles Morales de sortie en même temps que la PS5 de Sony, mais aussi sur PS4. L’occasion pour l’araignée de tisser sa toile sur next-gen.

L’araignée qui monte

Marvels-Spider-Man-Miles-Morales_2020_06-11-20_004Ce qui était sans doute le plus gros point fort de l’épisode de fin 2018, c’était la maniabilité de Peter Parker lorsqu’il se déplaçait au sein de New York, courait au sommet des buildings, se balançait d’une rue à l’autre au bout des toiles qu’il tissait au fur et à mesure. Le constat est heureusement le même ici avec Miles Morales, seulement quelques minutes après avoir lancé l’aventure de Miles Morales.

C’est avec un véritable plaisir que l’on prend le contrôle de ce nouveau héros, que l’on se rend d’une mission à l’autre en voltigeant dans les airs ou que l’on se pose sur un toit pour observer la ville qui s’étale sous nos pieds. De ce côté, pas vraiment de nouveauté : on retrouve la même map que dans l’autre titre, à la différence près qu’elle est cette fois-ci sous la neige, Noël oblige. Dommage, on aurait aimé ne serait-ce qu’une seule petite zone supplémentaire à découvrir.

Marvels-Spider-Man-Miles-Morales_2020_06-11-20_001D’ailleurs, épisode indépendant oblige, Marvel’s Spider-Man : Miles Morales se montre extrêmement radin en ce qui concerne ses vraies grosses nouveautés, et au fil des heures on a davantage l’impression de se retrouver face à un gros DLC que devant une nouvelle petite aventure, pourtant vendue 60€. En dehors de petits joujoux inédits, d’une nouvelle faction d’ennemis (l’Underground) ainsi que des pouvoirs électriques de ce nouveau héros qui ont permis aux développeurs de proposer de sympathiques petits puzzles à base de pylônes, les joueurs retrouveront peu ou prou ce qui leur avait plu (ou pas) à l’époque, comme les activités, les événements ou encore les missions qui se basent toujours sur le triptyque exploration, infiltration, action. On note en revanche une difficulté légèrement revue à la hausse, les soldats de l’Underground étant lourdement armés et plus compliqués à attaquer frontalement.

Les bonnes sensations sont toujours là avec Marvel’s Spider-Man : Miles Morales mais on aurait toutefois apprécié un peu plus de nouveautés.

Spider-feignant

Marvels-Spider-Man-Miles-Morales_2020_06-11-20_003Les fans de l’homme-araignée ne seront par ailleurs que très peu surpris par le scénario de ce standalone, qui lorgne allègrement sur le film d’animation Spider-Man : New Generation ou encore sur les comics, notamment au niveau des relations que les personnages entretiennent entre eux. Là encore, c’est dommage, et quelques petits rebondissements n’auraient pas été de refus. Du grand classique, donc, mais tout de même admirablement bien fait, et ce dès le début de l’aventure qui plonge directement le joueur dans de l’action survoltée.

La mise en scène de cet opus se montre particulièrement réussie, avec certaines cinématiques proches de ce que l’on pourrait retrouver au cinéma. On apprécie également le doublage français toujours de très bonne facture, à l’exception de… Hé bien, Miles lui-même. L’acteur était-il mal dirigé ? Pas vraiment dedans ? Impossible à dire, mais ce n’est clairement pas un plaisir de l’entendre parler, d’autant plus qu’il ne se montre pas aussi amusant que Peter Parker.

Marvels-Spider-Man_-Miles-Morales_screenshot-test-PS5Puisque n’étant pas un vrai gros nouveau jeu, Marvel’s Spider-Man : Miles Morales se finit extrêmement vite en ligne droite : ne comptez ainsi pas plus de 8 heures pour en voir le bout et, une fois de plus, 60€ semble relativement cher payé. Mais, comme pour le titre d’origine, la durée de vie peut être facilement rallongée pour peu que l’on veuille atteindre le 100%. Là encore, comme dans Marvel’s Spider-Man, il y a quand même pas mal de remplissage, notamment avec des items à ramasser un peu partout dans Manhattan et des costumes à débloquer. Les développeurs ont même poussé le bouchon jusqu’à ne donner aux joueurs certains éléments qu’en phase de New Game+, notamment certains mouvements pour Miles. Autant dire que les plus acharnés amortiront le prix de leur titre. Petit regret au niveau du « remplissage », la quasi absence de boss qui auraient pu donner un tout autre relief à l’aventure.

La next-gen en action

Marvels-Spider-Man-Miles-Morales_2020_06-11-20_002Techniquement, sans grande surprise, ce standalone se montre sublime sur PlayStation 5. Mais, parce qu’il y a un mais, il faut savoir faire des choix, aussi cruels soient-ils. Marvel’s Spider-Man : Miles Morales ne peut en effet pas tourner à la fois en 60 fps ET proposer le ray tracing. Dans les menus du jeu, on a donc le choix entre le mode Graphismes qui affiche de la 4K, 30 fps et du ray tracing, et le mode Performance qui affiche de la 4K, du 60 fps mais sans ray tracing.

Le choix peut sembler un peu crève-cœur, mais il est en fait relativement simple à faire : entre des reflets dans les vitres ainsi que des lumières plus réalistes, et une fluidité de tous les instants lorsque l’on se balance au gré des buildings, c’est vite vu et le choix de la fluidité (60 fps) semble plus qu’évident. Ce qui est moins évident en revanche, c’est l’utilisation de la DualSense qui n’est pas franchement poussée et qui nous laisse un peu sur notre faim.

Ce test a été réalisé à partir d’une version dématérialisée, fournie par l’éditeur, sur PlayStation 5

Avatar
Shauni
All your base are belong to us.

L'ACTUALITÉ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

onze − trois =