Test de Mafia II : Definitive Edition (Mafia Trilogy)

CONCLUSION

Et si Mafia II avait vieilli comme le bon vin ? En retournant à Empire Bay dans cette Definitive Edition, on s'est retrouvé happé par l'atmosphère qui se dégage du titre. Du bon temps qui compense les choses beaucoup moins reluisantes : checkpoints maladroitement placés, quelques bugs grossiers, conduite discutable et gunfights aussi peu nombreux qu'ennuyeux, autant de défauts que Mafia II : Definitive Edition ne gomme pas. Ce que ce remaster fait en revanche, c'est passer un coup de polish sur Empire Bay, juste ce qu'il faut pour sublimer une histoire servie de belle manière avec quelques séquences sacrément prenantes. Le cadre idéal pour profiter du récit si vous n'en avez jamais eu l'occasion.

Aussitôt annoncés, aussitôt disponibles. En levant le voile sur la trilogie Mafia, 2K Games a directement lâché dans la nature les Definitive Edition de Mafia II et Mafia III en attendant la refonte complète du premier volet. Si Mafia III a simplement droit à une réédition avec tous les contenus, pour Mafia II il est en revanche question d’une remastérisation. Dix années après la sortie originale, comment se présente le retour de Vito Scaletta ?

(Re)Bienvenue à Empire Bay

Mafia II Definitive Edition artwork testPremière chose sur laquelle on porte un regard tout particulier lorsqu’on s’attaque à Mafia II : Definitive Edition, c’est évidemment la technique. Si la ville d’Empire Bay (ville fictive inspirée par New-York et Chicago) s’était montrée convaincante en 2010, avec un monde ouvert qui avait la particularité d’afficher deux versions bien distinctes selon la progression dans le jeu, cette édition 2020 signée D3T et Hangar 13 se contente d’enjoliver le tout sans apporter de gros changements.

Les textures sont évidemment plus reluisantes, les nouveaux effets de lumière font leur effet, les expressions des visages gagnent en détails et variété (uniquement pour les personnages principaux cela dit) et bien d’autres effets visuels rendent notre périple plutôt agréable sur le plan visuel. Pas étincelant, mais largement suffisant.

Là où Mafia II : Definitive Edition ne brille pas en revanche, c’est lorsqu’il nous sert les mêmes soucis qu’à l’époque. On pense notamment aux personnages aux comportements et animations parfois douteuses, comme ceux qui restent coincés dans les buissons ou qui font des demi-tours abruptes sur le trottoir. Difficile également de rester de marbre face aux PNJ dont les quelques modèles sont utilisés en abondance tout au long du jeu, offrant parfois des situations assez troublantes quand on pense faire face à un personnage déjà croisé le chapitre d’avant alors qu’il n’en est rien. Côté audio on note la présence d’un son mono pour les cinématiques, chose assez curieuse.

Monde ouvert et linéarité, duo de choc

screenshot Mafia 2 Definitive Edition Xbox One XMafia II souffrait aussi de son image d’open world totalement chiche en activités secondaires. C’est toujours le cas en 2020, même s’il faut bien se rendre compte que le jeu n’a rien d’un GTA-like et qu’il se positionne encore et toujours comme un jeu d’action volontairement linéaire où l’histoire principale est reine, tout étant articulé autour de l’intrigue de notre héros Vito Scaletta et de son acolyte Joe. On ne trouve toutefois pas d’excuses aux gunfights mollassons qui interviennent régulièrement, mais timidement, dans le jeu.

Le charme de Mafia II n’était pas là en 2010, il n’y avait pas de raison que cela change avec cette Definitive Edition.

Qu’est ce qui fait que Mafia II : Definitive Edition mérite amplement le coup d’oeil si vous n’avez jamais eu l’occasion de vous y attaquer ? Son atmosphère. Une ambiance qui sent bon les années 40-50 avec tous ces détails pleins de charme, une excellente bande-son et surtout une qualité d’écriture ainsi que de mise en scène qui font encore mouche maintenant.

Mafia 2, ton univers impitoyable (mais si attachant)

screenshot Mafia 2 Definitive Edition Xbox One XOn n’ira pas jusqu’à oscariser le scénario de Mafia II, loin de là, mais il faut reconnaître à 2K Czech d’avoir su proposer des situations de jeu vraiment brillantes servies par un excellent rythme. Certaines missions sont du genre à vous laisser un souvenir fort (on pense notamment à la séquence de la beuverie avec Vito, Joe et Eddie), d’autres réussissent tout bonnement à vous faire rire et d’autres encore prennent par les tripes. La Definitive Edition de D3T et Hangar 13 permet de retrouver cela, le confort visuel en plus.

Du côté des bonus c’est le calme plat. Comprenez par là qu’il n’y a rien d’inédit dans ce que propose Mafia II : Definitive Edition, juste une édition complète pour une durée de vie globale atteignant facilement les 20h. Le problème avec les DLC du jeu c’est qu’ils s’appuient davantage sur les mécaniques de combat bancales du jeu de base plutôt que de proposer une véritable expérience narrative. Il en résulte des contenus supplémentaires que l’on boucle sans saveur particulière, c’était déjà le cas à l’époque et c’est encore plus vrai maintenant.

Ce test a été réalisé à partir d’une version dématérialisée, fournie par l’éditeur, sur Xbox One X.

Avatar
Jerem
Passionné de jeux vidéo depuis qu'il est en âge de tenir un pad, adepte de la news publiée 24h/24 et du test relu 10 fois mais avec coquilles quand même. Râleur pro et caféinoname.

L'ACTUALITÉ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

trois + trois =