Test de Lost Words : Beyond the Page (PC, PS4, One, Switch)

Développeur : Sketchbook Games

Éditeur : Modus Games

Sortie : 06/04/2021

Supports : PC / PS4 / One / Switch / Stadia

CONCLUSION

Capable d'émouvoir avec sa narration soignée et la jolie mise en scène de son double scénario, Lost Words : Beyond the Page n'est toutefois pas à la hauteur de ses belles intentions. S'il se montre astucieux au moment d'explorer les pages d'un journal intime, le jeu de Sketchbook Games est beaucoup moins inspiré quand il se transforme en un banal jeu de plateformes. Les idées sont là, le concept accrocheur et la réalisation agréable, mais le gameplay n'est malheureusement jamais à la hauteur d'une histoire pourtant habilement racontée.

Exclusif à Google Stadia depuis plus d’un an, Lost Words : Beyond the Page a finalement trouvé le chemin des PC, PS4, Xbox One et Nintendo Switch en ce mois d’avril 2021. Après vous avoir proposé notre vidéo des Premières Minutes du jeu, il est grand temps de plonger dans cette aventure narrative Modus Games et Sketchbook Games. Une expérience poignante et touchante, mais pas inoubliable.

Cher journal

lost words beyond the page screenshot test jv24Izzy vient d’avoir un journal intime pour son anniversaire. Ça tombe bien, elle rêve de devenir écrivain et elle déborde d’imagination, prête à donner naissance à un conte fantastique. Mais avant d’envoyer son héroïne fictive au charbon, la fillette couche sur papier le déroulé de sa journée et ses états d’âme. L’occasion pour le joueur de découvrir les premières phases de jeu de Lost Words : Beyond the Page, lorsque l’on dirige une petite silhouette qui se promène dans les pages du journal d’Izzy, qui saute d’un mot à l’autre, interagit avec quelques-uns d’entre eux ou encore fait apparaître des dessins à l’aquarelle et d’autres animations très réussies (mention spéciale à la séquence relative à Star Wars en VHS).

Ici les interactions sont très simples, il n’y a pas de challenge à proprement parler et l’idée est tout bonnement de laisser l’histoire « réelle » suivre son cours jusqu’au début d’un nouveau chapitre de l’histoire « fictive ».

lost words beyond the page screenshot test jv24Deux histoires, deux narrations mais un seul fil rouge, le scénario imaginé par la populaire Rhianna Pratchett (Mirror’s Edge, Tomb Raider) exploite intelligemment cette double identité pour mettre en avant des thèmes communs : la quête identité, la perte d’un être cher et l’abnégation, entre autres. Lors des séquences d’écriture du journal intime, on se laisse happer par les mots de la fillette, aussi touchante lorsqu’elle décrit une scène exprimant toute sa naïveté de petite fille que lorsqu’elle dépeint une scène grave, triste, avec le regard et les paroles d’un enfant. Lors des phases dans l’histoire fictive, on a droit à quelques lignes narratives qui apparaissent à l’écran et appuient de belle manière les actions de l’héroïne.

 À retrouver : Notre vidéo des Premières Minutes de Lost Words : Beyond the Page.

Estoria, royaume en péril

Les scènes du journal sont les plus réussies de Lost Words : Beyond the Page, l’aventure fictive n’étant hélas qu’un jeu d’aventure/plateformes (à défilement horizontal) banal, aux caractéristiques largement sous-exploitées. Les mots étant au cœur du titre de Sketchbook Games, le conte fantastique que l’on joue nous propose d’évoluer en utilisant le pouvoirs de certains mots. Un obstacle sur le chemin ? On déploie le mot « casser » et on le déplace sur l’obstacle en question pour le briser. Un pont démoli ? Le mot « réparer » intervient pour remettre les choses en l’état. Besoin de prendre un peu de hauteur ? « Relever » entre en scène et permet de créer une plateforme de fortune. Et ainsi de suite, avec un total de 6 mots à découvrir et 2-3 autres ponctuels.

lost words beyond the page screenshot test jv24Sur le principe, l’usage de ces mots pour aider notre héroïne à progresser et à atteindre son objectif final (à savoir retrouver/combattre un dragon mettant en péril le fragile royaume d’Estoria) est une belle idée. Dans les faits, l’utilisation de cette mécanique est frustrante tant elle est minime et sans inventivité aucune. Même avec une volonté d’être accessible à tous, Lost Words : Beyond the Page aurait indéniablement gagné en attrait et en richesse s’il avait su faire meilleure usage de ces fameux mots. Au final on ne les applique que très rarement, il n’y a quasi pas d’énigmes qui en font appel et seul l’ultime chapitre du jeu nous impose de tous les utiliser.

Paradoxalement, si les séquences dans le journal intime peuvent paraître être les plus lentes, c’est parfois l’aventure imaginée par Izzy qui nous ennuie le plus et qui paraît bien longuette. Un rythme mis à mal que tentent de cacher des environnements colorés, variés et dans l’ensemble plutôt jolis, sans oublier une bande-son bien agréable qui accompagne comme il faut les sentiments traversés par la fillette et l’héroïne de son conte.

lost words beyond the page screenshot test jv24
Ce test a été réalisé à partir d’une version dématérialisée, fournie par l’éditeur, sur Xbox Series X (compatibilité ascendante).

Jerem
Passionné de jeux vidéo depuis qu'il est en âge de tenir un pad, adepte de la news publiée 24h/24 et du test relu 10 fois mais avec coquilles quand même. Râleur pro et caféinoname.

L'ACTUALITÉ

Laisser un commentaire...