Test de Lost Judgment (PS5, Xbox Series X|S)


Développeur : Ryu Ga Gotoku Studio

Éditeur : SEGA

Sortie : 21/09/2021

Supports : PlayStation / Xbox

CONCLUSION

Bien qu'il ne propose pas de réelles grosses nouveautés mais plutôt des améliorations, Lost Judgment reste un excellent titre et se place dans la lignée des autres productions du Ryu Ga Gotoku Studio : scénario prenant, système de combat solide, open world vivant, contenu plus que généreux, thématiques fortes abordées avec doigté et durée de vie conséquente. Espérons tout de même que le studio change son moteur pour ses prochains titres, ce dernier commençant réellement à dater, en particulier sur next gen.

En 2019, le Ryu Ga Gotoku Studio sortait le très réussi Judgment, sorte de spin-off de la licence emblématique des Yakuza. Deux ans plus tard, les développeurs ont décidé de remettre le couvert avec Lost Judgment. Un second opus se déroulant plusieurs mois après Yakuza : Like a Dragon et qui a pour vocation de se montrer aussi convaincant que son grand frère. Pari réussi ?

On va résoudre ce mystère !

Lost-Judgment-screenshot-annonceDans Lost Judgment, on prend les mêmes et on recommence : le joueur retrouve donc avec un certain plaisir Takayuki Yagami, ancien avocat devenu détective privé à Kamurocho. Mais ce dernier, accompagné par son compère Kaito, va bien vite devoir se rendre dans une autre ville pour une affaire d’apparence banale. D’apparence, car comme dans les Yakuza les choses vont rapidement se complexifier et cette affaire va se montrer finalement bien plus tentaculaire que l’on pourrait le croire au premier abord. Et, toujours comme dans les Yakuza, le danger n’est jamais très loin…

Pour cette suite, les développeurs ont décidé de traiter essentiellement d’un sujet hélas trop d’actualité au Japon et partout dans le monde : le harcèlement scolaire et les dégâts qu’il provoque. Un sujet particulièrement sensible mais qui est comme toujours traité à la perfection par le Ryu Ga Gotoku Studio, qui montre une fois de plus toute l’étendue de son talent en terme d’écriture mais qui n’oublie tout de même pas d’ajouter des touches d’humour absurde et des moments over-the-top. Le scénario est passionnant à suivre, rempli de rebondissements et autres révélations, la mise en scène est réussie et le jeu d’acteur se montre une fois de plus très convaincant (les doublages sont au choix en japonais et anglais, et les textes sont en français). De quoi renforcer l’impression de se retrouver devant une série ou un très gros film, le studio s’étant toujours inspiré du cinéma pour ses réalisations.

Petites cellules grises

Lost-Judgment-screenshot-annonceMais Lost Judgment, c’est aussi un système de combat solide et particulièrement agréable à prendre en main. On contrôle toujours Yagami dans des affrontements en temps réel durant lesquels on peut à loisir utiliser l’environnement contre les voyous, yakuzas et autres lycéens (oui, oui) qui nous cherchent des noises. En plus de ces objets et armes que l’on trouve un peu partout, on peut aussi compter sur trois styles de combat différents. Trois, car un petit nouveau vient se rajouter au Tigre et à la Grue : le Serpent. S’appuyant sur les déviations des attaques ennemies, ce style se montre redoutable contre des adversaires armés et vient donc compléter comme il se doit les deux autres, qui s’orientent plus sur le un contre un et sur les groupes. Et pour passer de l’un à l’autre, rien de plus simple puisqu’il suffit d’appuyer sur le bouton dédié.

Le scénario de Lost Judgment est passionnant à suivre, rempli de rebondissements et autres révélations.

Lost-Judgment-screenshot-annonceEn dehors de l’arrivée de ce style, qui débarque bien entendu avec ses mouvements spécifiques et toujours très impressionnants, il n’y a pas grand-chose de plus à signaler concernant les affrontements. On se retrouve donc avec un système qui a fait ses preuves et qui se montre nerveux et particulièrement jouissif à prendre en main, notamment grâce à la présence des Actions EX. Si les conditions sont remplies, ces actions contextuelles se débloquent et Yagami réalise un petit mouvement bien précis, par exemple une glissade se terminant par un coup de genou dans le visage d’un adversaire au sol. Enfin, le détective devient de plus en plus coriace au fur et à mesure où l’on dépense les points gagnés dans sa sorte d’arbre des compétences, par exemple en débloquant de nouvelles attaques ou des bonus passifs (barre de vie allongée, dégâts accrus, etc.).

Solid snake

Lost-Judgment-screenshot-annonce
Tous comme dans les Yakuza et dans le premier Judgment, le joueur est libre ici de faire plus ou moins ce qu’il veut dans l’open world de Lost Judgment. La bonne nouvelle, c’est que Kamurocho n’est plus le seul quartier que l’on peut arpenter puisque l’aventure se déroule aussi à Ijincho. Un quartier de Yokohama que l’on parcourait déjà dans Yakuza : Like a Dragon et qu’il est donc plutôt logique de retrouver ici. L’endroit regorge toujours de groupes d’adversaires, de boutiques où faire des emplettes ou encore de restaurants à tester pour se re-remplir la barre de vie. Une bonne dose de quêtes annexes sont aussi de la partie, aux côtés des traditionnels mini-jeux plus ou moins absurdes (danse, UFO catcher, salles d’arcade, boxe, etc.). De quoi se détendre entre deux cinématiques, ces dernières étant d’ailleurs souvent très longues, Lost Judgment devenant peut-être le jeu le plus bavard du studio.

Les joueurs retrouveront aussi sans grande surprise toutes les aptitudes de détective privé de Yagami lui permettant de résoudre ses enquêtes : courses-poursuites, filature de suspects avec prise de photos, infiltration ou encore recherche d’indices. Ici, quelques nouveautés sont tout de même de la partie, avec par exemple le Parkour – qui reste toutefois très dirigiste, la possibilité de faire appel au flair d’un adorable Shiba détective ou encore le fait de chercher les mots-clés qui font le buzz pour avoir un indice de où se déroulent certaines quêtes. Des nouveautés qui restent toutefois bien maigres et qui viennent plus compléter que renouveler l’expérience.

Like a sleuth

Lost-Judgment-screenshot-annonceTechniquement, Lost Judgment déçoit un peu, la faute au Dragon Engine qui commence à prendre de l’âge. On se retrouve donc avec quelque chose de très similaire à Yakuza : Like a Dragon, avec les mêmes qualités et défauts. Ainsi, les environnements sont toujours très fidèlement reproduits, les animations sont fluides, les jeux d’ombres et de lumières sont assez convaincants et les animations faciales rendent le jeu d’acteur encore plus crédible.

Mais à côté, on n’échappe pas aux textures parfois cracra, au clipping faisant de temps à autres apparaître des PNJ juste à-côté ou encore à la modélisation desdits PNJ qui est parfois très grossière. Dommage, surtout si l’on a la chance de jouer sur une machine next-gen …

Ce test a été réalisé à partir d’une version physique, fournie par l’éditeur, sur PlayStation 5.

Shauni
All your base are belong to us.

L'ACTUALITÉ

Laisser un commentaire...