Test de LEGO Ninjago, Le Film : Le Jeu Vidéo (PC, PS4, Xbox One, Nintendo Switch)

Ce test a été réalisé à partir d’une version physique sur Xbox One.

Kung Fu Fighting

Si vous connaissez un tant soit peu l’univers des LEGO, vous avez déjà certainement entendu parler de la licence maison Ninjago mettant en scène une bande de gamins apprentis ninjas : Llyod, Cole, Kai, Jay, Nya et Zane, leur maître Wu et le méchant Garmadon. Tous sont au rendez-vous dans cette adaptation d’un film lui-même créé à partir de la gamme des jouets Ninjago et de la série animée diffusée depuis de nombreuses années. Dans LEGO Ninjago, Le Film : Le Jeu Vidéo, les développeurs de TT Fusion nous proposent donc de vivre les principaux événements du long-métrage avec des extraits du film pour faire la transition entre les niveaux du jeu. Si on regrette l’absence des voix françaises officielles, les plus jeunes n’y verront que du feu et seront même heureux de retrouver des scènes du film. Les joueurs un peu plus âgés remarqueront quant à eux que les transitions entre images du film et cinématiques in-game ne sont pas toujours très harmonieuses, avec des décalages de son un peu grossier notamment.

Malheureusement pour LEGO Ninjago, Le Film : Le Jeu Vidéo, ce n’est pas son seul problème. S’il porte comme il faut son étiquette d’adaptation, le jeu en oublie parfois d’être cohérent et on se retrouve à enchaîner des niveaux sans trop savoir pourquoi. Encore une fois, les gosses n’y prêteront pas forcément attention et ils profiteront tout simplement de la quinzaine de chapitres du titre répartis dans différentes zones. Des environnements à la qualité inégale, avec une ville de Ninjago dont on aurait souhaité qu’elle soit un peu plus ambitieuse, une jungle assez amusante à parcourir mais des lieux bien plus ternes et moins attrayants pour le final de l’aventure. Bref on souffle le chaud et le froid, un peu comme avec les mécaniques du titre de TT Fusion qui, derrière un pseudo-système de compétences à débloquer au fil des heures de jeu, ne fait que proposer tout ce que l’on connaît déjà. Les fans des productions LEGO retrouveront notamment les éléments introduits avec LEGO Dimensions puis dans LEGO Star Wars VII, mais avec cette impression que LEGO Ninjago n’essaye jamais d’en faire davantage ni d’imposer son propre style. Seule véritable satisfaction, la présence d’une barre générale à la place du compteur individuel de pièces pour chaque niveau, donnant un aspect global à la progression assez plaisant mais qui mériterait là encore d’être creusé.

C’est d’autant plus regrettable que l’ambiance est là et qu’il n’aurait pas fallu grand-chose de plus pour réellement nous plonger dans un univers façon vieux film de kung fu. Même constat avec les fameux Spinjitzu, les pouvoirs dont sont dotés chacun des héros, que l’on découvre au fil des heures de jeu mais dont la mise en action se révèle bien trop basique pour réellement apporter un vent de fraîcheur à cette production LEGO. Et quand LEGO Ninjago tente de combiner ses particularités dans des puzzles toujours aussi faciles, il a tendance à user et abuser des mêmes mécaniques, oubliant celles utilisées quelques niveaux auparavant. Quant aux combats, heureusement qu’ils sont agrémentés d’un système de combos (à assimiler au multiplicateur de pièces) particulièrement amusant à mettre en œuvre. Envoyer valser un ennemi en l’air pour lui infliger une vingtaine de coups à la suite est certes inutile dans un tel jeu, mais c’est franchement jouissif.

On s’amuse tout de même avec le jeu donc, la licence restant idéale pour accueillir des sessions en coopération sur une même machine. On profite, en plus de cela, d’environnements ouverts où les activités sont nombreuses et multiples. Pas sûr que tout le monde s’intéresse vraiment aux défis et aux mini-jeux en multijoueur qui sont proposés dans ce LEGO Ninjago, mais ils ont mérite d’être là et de rendre la quête du 100% moins redondante qu’elle n’y paraît. Avec cet épisode, TT Games prouve qu’il maîtrise son sujet lorsqu’il est question de hub géant regroupant tout ce qu’il y a à faire et à voir dans le jeu. En revanche, on aurait souhaité que la partie technique ne soit pas aussi bâclée puisque LEGO Ninjago est tout bonnement le jeu LEGO le moins peaufiné de ces dernières années. Entre une IA qui n’arrivent pas toujours à nous suivre (vous imaginez aisément le problème lorsqu’il faut switcher de personnage pour activer un mécanisme et que ledit perso n’a pas bougé depuis 2 minutes…), des bugs à tout-va (scripts qui ne s’activent pas, problèmes d’affichage) et un frame-rate catastrophique sur certains passages, les prises de tête ont été nombreuses durant ce test. Pour un jeu aussi convivial à la base, c’est dommage.

LE VERDICT
NINJA GADIN
5
Jerem
Passionné de jeux vidéo depuis qu'il est en âge de tenir un pad, adepte de la news publiée 24h/24 et du test relu 10 fois. Râleur pro et gros consommateur du café.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here