Test de LEGO DC Super-Vilains (PC, PS4, Xbox One, Nintendo Switch)

Ce test a été réalisé à partir d’une version dématérialisée, fournie par l’éditeur, sur Xbox One.

Legion of Doom : bad guys, good feelings ?

Pour servir leur dose automnale de super-héros en version briques, LEGO et TT Games sont allés chercher l’inspiration de l’autre côté du miroir. C’est en effet le camp des méchants qui est à l’honneur dans cet épisode dont l’histoire racontée est inédite, chapeautée (et validée) par DC Comics. Et ça marche. Le fait d’appuyer l’aventure sur les actions du Joker, de sa fidèle Harley Quinn et des autres apporte une certaine fraîcheur à un scénario qui n’a pourtant pas de quoi surprendre. Des vilains oui, mais LEGO DC Super-Vilains leur donne un rôle d’anti-héros maladroits et attachants plutôt que de réels méchants puisque ce sont eux qui vont devoir sauver la terre d’une bande de faux justiciers venus d’un monde étrange.

Mais si LEGO DC Super-Vilains n’est évidemment pas avare en vilains jouables (avec le Joker et Harley Quinn donc mais aussi Lex Luthor, Deathstroke, Killer Frost, Sinestro, Solomon Grundy, le Professeur Zoom, Poison Ivy, Jinx, Eclipso, Gueule d’argile, Brainiac et plein d’autres pour un total de 174 personnages), c’est bel et bien un gugusse inédit qui est la vedette de cet épisode. Pour la première fois dans un titre LEGO, l’histoire est en effet articulée autour d’un personnage que le joueur est invité à créer dès les premières minutes de l’aventure.

Cet avatar aussi vilain que les autres prend ainsi les traits, le look, la voix (enfin les marmonnements) et les capacités que le joueur veut bien lui donner sachant qu’au fil des heures de jeu, les pouvoirs de notre avatar évoluent pour les besoins du scénario alors que de nouvelles options de personnalisation se débloquent également progressivement. Un avatar inédit oui, mais pas question pour autant de reléguer au second plan les vilains de DC Comics et l’ensemble s’articule avec une belle harmonie.

LEGO DC Super-déjà-vu ?

Au-delà de l’arrivée d’un avatar créé par le joueur comme personnage principal et d’un scénario dédié aux méchants, que propose LEGO DC Super-Vilains pour renouveler cette formule tant usée par TT Games ? Pas grand-chose il faut bien l’avouer. En plus des niveaux scénarisés à rejouer en mode libre pour y dégoter toutes les surprises cachées par les développeurs et débloquer tout ce qui peut l’être, on doit encore composer avec des zones ouvertes où se succèdent sans saveur particulière des objectifs jamais très élaborés et vite rébarbatifs.

Non vraiment, encore une fois, c’est au cœur de son aventure que LEGO DC Super-Vilains dévoile tout son charme, nous resservant avec soin et une certaine ingéniosité toutes les mécaniques déjà abordées dans les jeux d’avant tout en nous faisant profiter d’un cadre de jeu quant à lui inhabituel et rafraîchissant. C’est d’autant plus vrai qu’une fois de plus, TT Games soigne son programme et traite avec respect les différents univers représentés. C’est valable pour cette belle brochette de méchants mais aussi, attention spoiler à venir, pour les héros de la Justice League qui ont droit à quelques niveaux dédiés histoire de découvrir les événements du jeu sous un autre angle.

Enfin, si LEGO DC Super-Vilains ne surprendra pas grand-monde avec sa réalisation honnête, quelques jolis plans mais aussi une poignée de bugs (après tout, c’est un jeu LEGO non ?), on répétera comme à chaque test LEGO que la coopération reste un argument de poids pour ceux qui veulent profiter d’un jeu à deux dans la joie et la bonne humeur avec leur partenaire/leur enfant. Un petit mot aussi sur la version française intégrale du jeu, de bonne qualité impossible de le nier, même si le casting du doublage en VO a de quoi faire saliver.

LE VERDICT
MÉCHAMMENT EFFICACE
6
Jerem
Passionné de jeux vidéo depuis qu'il est en âge de tenir un pad, adepte de la news publiée 24h/24 et du test relu 10 fois. Râleur pro et gros consommateur du café.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here