Test de Help Will Come Tomorrow (PS4, PC, Xbox One, Switch)

CONCLUSION

Sans forcément côtoyer les ténors du genre, Help Will Come Tomorrow propose un gameplay suffisamment solide pour convaincre les fans de jeux de survie, couplé à une direction artistique vraiment réussie. On en attendait néanmoins plus, notamment en ce qui concerne l'ambiance politique lourde durant laquelle l'histoire se déroule (et qui reste finalement anecdotique) ou encore les éléments qu'il propose, trop peu variés pour occuper pendant des dizaines et des dizaines de parties, la répétitivité s'installant trop vite.

Déjà éditeur du très réjouissant We. The Revolution, le studio Klabater reste dans la joie de vivre en livrant Help Will Come Tomorrow, disponible sur tous les supports et développé par les polonais de chez Arclight Creations.

Snowpiercer

Russie, 1917. Le pays est déchiré par une guerre civile qui va peu à peu se transformer en révolution. Les passagers du transsibérien pensaient échapper à ce climat électrique… Et pourtant. Alors que le train roulait à vive allure au milieu des étendues gelées de la Sibérie, ce dernier est pris pour cible par des rebelles lourdement armés, notamment d’explosifs.

C’est dans ce contexte que démarre Help Will Come Tomorrow : après une courte cinématique mettant en place l’histoire, le joueur découvre un petit groupe hétéroclite de quatre survivants réfugiés au cœur de la forêt. Leur but sera de se faire un petit abri de fortune, de tenir le coup en allant se chercher à manger et à boire et d’éviter les coups de feu en espérant que de l’aide viendra les chercher le lendemain pour les sortir de ce cauchemar…

Les développeurs de chez Arclight Creations ont donc décidé de livrer avec Help Will Come Tomorrow un jeu de survie doté d’une jolie direction artistique et baignant dans une ambiance politique tendue. Une ambiance qu’ils ont voulu retranscrire au sein des dialogues que s’échangent les survivants durant la nuit et qui viennent modifier leurs relations.

help will come tomorrow screenshot testUn fervent socialiste révolutionnaire risquera par exemple de s’embrouiller plus facilement avec un sympathisant du régime en place, et il sera moins enclin à réaliser des actions avec lui, comme cuisiner ou construire de nouveaux outils. S’il est vrai que les relations influent un peu sur le gameplay de la production d’Arclight Creations, on ne peut hélas pas dire que tout ce qui est en rapport avec l’histoire soit réussi et c’est bien dommage.

Vodka Inferno

Chaque nuit, il est ainsi possible d’entamer deux dialogues en choisissant les thèmes de son choix parmi une petite liste : la présentation de tel ou tel personnage, l’idée de lancer une exploration vers le train, la révolution, les regrets, et ainsi de suite. Malheureusement, les échanges que ces choix entraînent sont très peu intéressants et l’Histoire n’est finalement qu’assez peu abordée.

Screenshot preview gamescom 2019 Help Will Come TomorrowSi l’on rajoute à ça le fait que les thèmes sont peu nombreux et qu’ils reviennent en boucle d’une partie à l’autre (alors que ce genre de jeu se base sur la rejouabilité), on se retrouve bien vite à passer ces dialogues afin de terminer la nuit le plus vite possible. Ce qui est aussi vrai concernant les événements qui surviennent parfois en exploration – et qui reviennent là encore en boucle : certains paragraphes sont de tels pavés que l’on n’est pas forcément motivé à les lire, d’autant plus si l’on n’est pas très à l’aise avec l’anglais, le français n’étant pas proposé pour l’heure.

Heureusement, Help Will Come Tomorrow se rattrape sur son gameplay qui, s’il n’invente rien dans le genre du jeu de survie, se montre très efficace. Le jour, le joueur doit ainsi s’occuper de son camp en construisant et améliorant des éléments de base, comme les lits, le feu de camp ou encore l’établi ; en créant des outils venant l’aider dans sa vie quotidienne (vêtements, pelle, canne à pêche, pansements, etc.) ; en cuisinant des plats chauds afin de tenter d’empêcher les survivants de geler – il faut aussi prendre garde à ne pas trop alimenter le feu de camp pour ne pas attirer les rebelles – ou encore en partant en excursion. Ces dernières permettent d’obtenir des matières premières, essentielles pour toutes les actions (bois, tissu, pierres, nourriture…), ou encore d’accomplir des quêtes secondaires, comme tenter de retrouver telle ou telle personne.

On apprend progressivement à prendre de meilleures décisions dans Help Will Come Tomorrow mais une fois la technique rodée, on finit rapidement par tourner en boucle.

Il neige en Enfer

help will come tomorrow screenshot testLes excursions représentent un point essentiel dans le titre d’Arclight Creations à plus d’un égard. En plus de permettre de ramener des objets vitaux, donc, elles jouent aussi un rôle important dans la survie des « héros ». Il est ainsi possible qu’ils se perdent, qu’ils rencontrent des rebelles armés ou encore qu’ils se retrouvent bloqués pour une raison ou pour une autre, les obligeant à passer la nuit exposés aux tempêtes de neige – ce qui peut par exemple entraîner des engelures – et aux animaux sauvages.

Il s’agit donc de faire bien attention à où on envoie les personnages, mais aussi et surtout de prendre garde à ce qu’il leur reste suffisamment de points d’action pour qu’ils ne se retrouvent pas bloqués loin du camp sans aucun point d’action restant. Un élément qui est vrai peu importe le mode de difficulté choisi, le mode facile proposant déjà un certain challenge.

help will come tomorrow screenshot testUn challenge qui provient aussi des caractères de chacun, qui entraînent des points forts et des points faibles avec lesquels il faut jouer pour garder les personnages en vie le plus longtemps possible. Certains tomberont malades plus facilement, certains ne parviendront pas à dormir, certains souffriront plus du froid, certains construiront des objets de meilleure qualité, certains auront besoin de moins de nourriture, et ainsi de suite.

Autant de points de base qu’il faut garder en tête et auxquels s’ajoutent petit à petit des malus. Par exemple, un personnage qui tombe malade pourra souffrir d’hallucinations et donc échouer dans la mission que le joueur lui aura donné. Bref, pas mal d’éléments sont à prendre en compte et tout ceci s’apprend petit à petit, afin de réussir de mieux en mieux à chaque nouveau run.

Help Will Come Tomorrow est un « petit » jeu et ça se ressent au bout de, justement, quelques runs. On apprend certes progressivement à prendre de meilleures décisions mais une fois la technique rodée, on finit rapidement par tourner en boucle. Il n’y a ainsi que cinq éléments essentiels à construire pour améliorer le camp (feu, abri, établi, clôture, zone de quarantaine), et chacun dispose d’assez peu d’améliorations. Certaines améliorations étant clairement plus importantes que d’autres, on finit par prendre une certaine routine en accomplissant encore et toujours les mêmes choses… Ce qui finit donc rapidement par lasser. À ce point, les seules variations surviennent avec les événements ponctuels et qui, là encore, finissent irrémédiablement par revenir en boucle… Dommage.

Ce test a été réalisé à partir d’une version dématérialisée, fournie par l’éditeur, sur PlayStation 4.

Avatar
Shauni
All your base are belong to us.

L'ACTUALITÉ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

5 × deux =