Test de FUSER (PC, PS4, Xbox One, Nintendo Switch)

CONCLUSION

On n’attendait pas vraiment FUSER, parce qu’on n’arrivait pas à le cerner. Ni jeu de composition, ni jeu de rythme, le dernier bébé de Harmonix Music Systems frappe fort et juste sur tout ce qu’il entreprend et s’impose sans peine comme la sensation musicale du moment. On aurait aimé l’intégration d’un mode multijoueur en local pour justifier de sortir le jeu lors de soirées arrosées. Mais en réalité, il vaut mieux laisser FUSER entre les mains d’un seul et unique DJ pour tout sonoriser. Parole de néophyte !

Considérer Harmonix Music Systems comme un acteur majeur du jeu musical est un euphémisme. Auteurs de Guitar Hero, Rock Band ou encore Dance Central, les développeurs américains ont rythmé les années 2000 comme nul autre, enchaînant les hits tout en minimisant les fausses notes. Hélas, l’ère des accessoires et du motion gaming étant en profond déclin, difficile pour eux de continuer à se la jouer instruments de musique et touches colorées pour soulever les foules. Il faudrait répondre à ce cette disparition en réinventant le genre musical, en le pensant non plus par le scoring, mais par la créativité. FUSER est cette réponse et force est de constater que Harmonix n’a pas fini de nous faire vibrer !

De DJ Zero à DJ Hero

FUSER screenshot annonceEn découvrant les premiers screens du jeu lors de son annonce, on craignait de ne retrouver dans FUSER qu’un pendant dématérialisé du jeu de société Dropmix, la précédente création du studio américain. L’idée de base est en effet la même : on extrait individuellement des “parties” de morceaux de musique, que l’on mélange afin d’obtenir une nouvelle création.

Dans le jeu de société, ces extraits prenaient la forme de cartes. Ici, il s’agit de 4 disques que l’on mixe ensemble à partir d’une pré-selection de morceaux que l’on peut adapter à chaque session. Mais le jeu de société s’arrêtait à ce concept, sans jamais le pousser très loin, limité par un format physique trop contraignant qu’il compense par sa convivialité (le jeu fait toujours son petit effet lors des soirées entre amis). FUSER aurait pu se contenter d’être un simple portage, mais la réalité est toute autre.

FUSER screenshot annonceÀ travers sa campagne en forme de tutorial géant, FUSER dévoile un éventail de possibilités tout simplement dantesque, parce qu’il ne s’agit pas que de poser des disques sur une table de mixage. Chaque disque peut être mis en sourdine, éjecté, joué seul, modifié à l’aide d’effets, etc. De plus, il est possible de superposer plusieurs voix, plusieurs mélodies ou encore de créer ses propres sonorités à l’aide d’instruments simples, que l’on peut “boucler” pour en faire une partie intégrante du mix.

Ainsi, en combinant tous ces éléments, appliqués à 75 morceaux différents (100 dans l’édition VIP), on obtient tout simplement l’un des outils les plus complets disponibles à l’heure actuelle sur nos consoles fétiches.

FUSER est complet, certes, mais jamais vraiment inaccessible et encore moins austère.

Free roam

Par ailleurs, FUSER devient si complet au fil de la campagne qu’il peut en devenir effrayant pour les novices ou les oreilles les moins aguerries (votre serviteur est directement visé). Même si le jeu rend harmonieux à peu près toutes les combinaisons possibles et imaginables, toutes ne sont pas forcément très judicieuses à associer. Dès lors, le joueur ne sera aidé que par son sens artistique, pour créer des choses qui “sonnent bien”. Et c’est là que repose le véritable cœur de FUSER, non pas dans sa campagne trop introductive, mais dans ses modes freestyle.

FUSER screenshot annonceLe scoring n’a pas vraiment sa place dans FUSER. Même si la campagne se compte en étoiles et qu’il y a bien un mode battle en multijoueur, tout est fait pour diriger les artistes en herbe vers les modes de création libre. C’est là qu’apparaît l’évidence même, le challenge ne vient pas du jeu, mais de l’envie du joueur de se surpasser, d’essayer les mix les plus fous pour les immortaliser et briller dans l’onglet social.

FUSER est un pur jeu de création, certes dépendant d’un catalogue “fini” de morceaux de musique (qui on l’espère sera enrichi pendant très longtemps), mais tellement riche qu’il en devient incontournable pour tout amateur de mixage. Complet, certes, mais jamais vraiment inaccessible et encore moins austère.

D’ailleurs, c’est peut-être là que se trouve la seule véritable limite de FUSER, dans son habillage. Les cinématiques de la campagne solo sont ringardes au possible, avec une tonalité “djeun’z” pas forcément du meilleur effet. Heureusement elles se limitent à ce mode, le reste n’est que bonhomie, style et personnalisation (avatar, scène, bac de morceaux, etc). Un pur plaisir.

FUSER full soundtrack

Ce test a été réalisé à partir d’une version dématérialisée, fournie par l’éditeur, sur Xbox One X.

Kuru
Kuru
Adulescent bienheureux, tantôt compagnon d'infortune de dieux Nordiques, tantôt jardinier attitré pour des Piñatas furieuses. Dans les deux cas, c'est avec le sourire et au trot !

L'ACTUALITÉ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

douze − quatre =