Test de Football, Tactics & Glory (PC)

Ce test a été réalisé à partir d’une version dématérialisée, fournie par l’éditeur, sur PC (Steam).

Bande d’amateurs

Autant le dire d’emblée, le jeu de Creoteam a réussi à nous surprendre dans le bon sens du terme. Oui, Football, Tactics & Glory ne s’embarrasse pas du côté gestion d’un Football Manager mais ne fait pour autant pas l’impasse sur le management. Ainsi, en prenant la tête d’une équipe amateur pour la faire progresser jusqu’à l’élite, il faut forcément gérer les contrats de son effectif, recruter, prolonger et vendre des joueurs, améliorer les infrastructures du club ou encore les perfectionner sur des aspects bien précis. Sauf qu’avec Creoteam, ces éléments-là se gèrent assez simplement sans devoir prendre en compte les états d’âme des joueurs, du président ou composer avec un marché des transferts exigeant. Vous avez l’argent pour recruter un gros joueur ? Pas de problème, il signera. Votre joueur clé approche de la retraite ? Débarrassez-vous en avant que sa valeur ne tombe à zéro, personne ne vous en voudra. Finalement, dans Football, Tactics & Glory, les joueurs sont une ressource que l’on manipule comme dans n’importe quel jeu de stratégie.

Une approche directe certes, le titre de Creoteam n’en reste pas moins subtil sur certains de ses points. Il suffit par exemple de penser à l’âge des joueurs, ce facteur ultra-important qui nous oblige non seulement à gérer les contrats des stars d’un certain âge mais aussi à recruter de jeune pouce pour les préparer à prendre la relève. Encore une fois, tout cela reste basique mais c’est une composante primordiale, sous peine de se retrouver avec une équipe trop peu performante au fil des saisons.

En fait, toutes les mécaniques de Football, Tactics & Glory repose sur un seul et même pilier : l’équilibre. Pour constituer son onze, il faut ainsi veiller à avoir des défenseurs, milieux et attaquants avec des capacités qui sont complémentaires ou, tout du moins, qui peuvent vous permettre de prendre l’avantage sur l’adversaire. Chaque joueur peut en effet développer une ou plusieurs compétences spécifiques à son poste, qu’on l’on choisit pour lui en fonction de ses affinités naturelles. Puisqu’il est possible de voir avant chaque rencontrer le profil de la formation adverse et les capacités dont sont dotés les joueurs de l’autre équipe, à nous d’aligner des avatars qui pourront avoir le dessus. Un constat surtout valable dans les ligues supérieurs, le soft étant plus souple quand il s’agit de débuter en amateur et dans les ligues inférieurs.

Football, Tactics & Glory est chronophage, son approche simple mais pas simpliste donne envie d’enchaîner les rencontres alors que, paradoxalement, c’est aussi sur le long terme que le soft montre ses limites.

Le 6-2-2, vous connaissez ?

Peu importe votre niveau, il s’agit donc de participer à des matchs au tour par tour avec, en mode normal, 24 actions au total à accomplir dans chaque mi-temps (12 par équipe). Sachant que chaque tour permet de réaliser trois actions et que les déplacements se font case par case (le terrain est astucieusement quadrillé) sans compétence spéciale, il faut très vite apprendre à bien gérer son jeu pour espérer approcher du but et marquer ou, dans le cas inverse, positionner ses défenseurs de manière à ne laisser aucune chance à l’adversaire. C’est en cela que la tactique de départ est importante, les plus efficaces étant sans aucun doute celles avec 5 voire 6(!) défenseurs de manière à gêner totalement la team d’en face. Pour le côté réaliste de la chose on repassera, mais une telle ligne arrière diminue les chances de réussites des actions des attaquants. De plus, des ailiers avec les bonnes compétences permettent d’atteindre rapidement les pointes offensives pour déclencher un tir. Un dégagement, une passe dans les derniers mettre puis un tir : trois actions, une grande chance de marquer, un maximum d’efficacité. Facile Football, Tactics & Glory ? Non parce que l’IA donne toujours l’impression d’avoir un coup d’avance, donnant lieu à des situations parfois bien frustrantes.

Pourtant, on retourne sans broncher sur les terrains de Football, Tactics & Glory. Le jeu de Creoteam est chronophage, son approche simple mais pas simpliste donne envie d’enchaîner les rencontres alors que, paradoxalement, c’est aussi sur le long terme que le soft montre ses limites. On se répète, surveiller l’âge des joueurs et préparer la relève est primordial pour ne pas se retrouver avec une équipe inoffensive. Sauf que faire progresser de jeunes pouces est un calvaire tant le système d’XP est lent. L’argent, les compétences, la tactique, tout est là, de manière plus ou moins complète, pour faire tourner convenablement le concept de Football, Tactics & Glory, mais ce problème d’expérience et la trop grande difficulté à avoir une équipe compétitive sur de longues saisons montrent que le soft a bel et bien des limites qu’il n’a pas les moyens de dépasser.

LE VERDICT
COUP DU CHAPEAU
6
Jerem
Passionné de jeux vidéo depuis qu'il est en âge de tenir un pad, adepte de la news publiée 24h/24 et du test relu 10 fois. Râleur pro et gros consommateur du café.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here