Test de Everybody’s Golf VR (PlayStation VR, PS4)

Ce test a été réalisé à partir d’une version dématérialisée, fournie par l’éditeur, sur PlayStation 4 avec le casque de réalité virtuelle PSVR.

Everybody’s VR

Si on le compare au dernier volet paru sur PS4, Everybody’s Golf VR paraît bien maigrichon. C’est en tout cas ce que remarqueront d’emblée les habitués à la série de Clap Hanz, déjà pas forcément très gâtés sur ce plan avec la dernière itération de 2017. Pour cette déclinaison en réalité virtuelle, il ne faut par exemple compter que sur trois parcours (avec la présence d’un mode miroir, tout de même) à jouer et rejouer en mode 3, 9 ou 18 trous. Et c’est tout. Pas de multijoueur (on pouvait s’en douter) ni de mini-jeux pour gonfler ce contenu, c’est bien dommage.

Tout son potentiel, Everybody’s Golf VR l’exprime avec les sensations qu’il procure. Le gameplay en est la principale raison et si les développeurs ont clairement mis l’accent sur l’accessibilité, résumant les paramètres à prendre en compte à la direction/l’intensité du vent, au type de club utilisé et à la force mis dans le coup, il ne faut également pas oublier tout ce qui permet au jeu de proposer la meilleure immersion possible avec des greens agréables à parcourir, un peu de vie qui s’invite dans les environnements et quelques autres détails visuels convaincants (dont les effets météos)

Pour en revenir à la jouabilité, se retrouver sur le green avec le club dans les mains et le regard qui se porte au loin, voilà qui fait son effet. Après une courte introduction sur un practice, on choisit de jouer assis ou debout, au pad ou avec le PS Move (la meilleure option, assurément), puis on joue au golf, tout simplement. En amplifiant plus ou moins son geste on ajuste la puissance, on oriente le tir pour choisir la direction et on peut même s’entraîner en mimant le coup sans toucher la balle avant de passer aux choses sérieuses. Bref il ne faut que quelques instants pour assimiler le gameplay et s’amuser avec Everybody’s Golf VR, une accessibilité aux dépens de la subtilité. Le choix est légitime avec un tel titre, les joueurs sont prévenus.

Tout son potentiel, Everybody’s Golf VR l’exprime avec les sensations qu’il procure.

Vis ma vie de caddie

Difficile de ne pas être charmé par l’immersion offerte par Everybody’s Golf VR donc, on est en revanche plus septique sur l’orientation « hôtesses nippones » que Clap Hanz a donné à ce volet en réalité virtuelle. Dans les faits, le joueur peut choisir entre deux caddies (ou trois avec un DLC) pour l’accompagner sur le green. Une assistante dont les conseils se révèlent parfois précieux mais sont bien trop répétitifs, quitte à nous agacer au plus haut point alors que l’on cherche un brin de concentration Le rôle de la demoiselle pourrait s’arrêter là, mais en fait non.

Dans Everybody’s Golf VR, le caddie est personnalisable avec des tenues à débloquer au fil des parcours terminés. L’intérêt ? Aucun, si ce n’est se retrouver dans des situations gênantes avec une accompagnatrice en tenue pas franchement appropriée pour le golf. Le malaise est encore plus flagrant lors de ces curieuses cinématiques qui mettent en avant un moment « intime » entre notre caddie et nous. Entendez par là des scènes qui n’ont rien à faire là, dans lesquelles on offre, par exemple, une boîte de chocolat que l’hôtesse, pardon le caddie, avale non sans une petite provocation. Tout en subtilité…

LE VERDICT
BIENVENUE AU CLUB
6
Jerem
Passionné de jeux vidéo depuis qu'il est en âge de tenir un pad, adepte de la news publiée 24h/24 et du test relu 10 fois mais avec coquilles quand même. Râleur pro et caféinoname.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

dix-sept + 1 =