Test de Doraemon Story of Seasons (PS4)

CONCLUSION

Doraemon Story of Seasons ne bouscule pas vraiment l'ordre établi, proposant une expérience solide et addictive relativement similaire aux autres épisodes et ne rajoutant finalement que de petites touches de nouveautés, qui restent néanmoins appréciables, comme le système de sieste. On aurait en revanche aimé que la licence Doraemon soit plus mise en avant, puisqu'elle est ici anecdotique, mais aussi que les développeurs voient un peu moins grand en ce qui concerne la map. Ceux qui n'ont jamais essayé la série Story of Seasons peuvent se lancer sans souci grâce à cet opus, mais les autres n'y verront peut-être pas grand intérêt, d'autant plus s'ils ont succombé à Friends of Mineral Town sorti il y a quelques semaines à peine.

Déjà disponible sur PC et Nintendo Switch depuis des mois, Doraemon Story of Seasons est désormais aussi de sortie sur PlayStation 4. Un épisode Story of Seasons un peu à part puisqu’il a pour protagonistes principaux les héros de Doraemon, manga bien connu au Japon mais un peu moins chez nous. Mais le chat-robot bleu et ses gadgets débarquent-ils avec suffisamment de nouveautés pour susciter l’intérêt des fans de la série de Marvelous ?

Plein les mirettes

Doraemon Story of Seasons screenshot PS4 (8)La première chose que l’on remarque dans Doraemon Story of Seasons, c’est sa direction artistique vraiment très jolie. Sans aucun doute épisode le plus beau de la série, ce crossover profite d’environnements dessinés à la main, aux teintes pastel et à l’aspect crayonné du plus bel effet. Chaque décor est une petite merveille pour la rétine et c’est un vrai plaisir de passer d’un tableau à l’autre, ce qui donne presque l’impression de se balader au sein d’une bande-dessinée interactive. Bref, une vraie belle réussite qui – techniquement parlant – place cet épisode au-dessus des autres, sauf en ce qui concerne les personnages et animaux qui sont bien plus mignons dans l’opus Friends of Mineral Town grâce à leur coté chibi. La bande son se montre en revanche moins travaillée, avec des musiques tournant trop rapidement en rond.

Doraemon Story of Seasons se démarque aussi des autres épisodes via son aspect extrêmement bavard (heureusement, le tout est intégralement traduit en français). Le début d’aventure, plus particulièrement, se montre interminable : on parle ici de trente bonnes minutes avant de pouvoir enfin contrôler le héros pour la première fois, et de trente minutes de plus avant d’être enfin lâché dans la nature !

Doraemon Story of Seasons screenshot PS4 (1)Une heure hyper laborieuse qui risque de taper sur les nerfs de même les plus patients, d’autant plus que le scénario ne se montre que très peu intéressant. Nobi, le personnage principal, Doraemon et leurs amis sont pris dans une tornade un peu particulière qui les propulse dans un village inconnu et ne disposant pas de tout le confort moderne. Afin d’être intégrés, les enfants devront se remonter les manches et aider les habitants, en attendant que le chat retrouve ses gadgets et puisse les renvoyer d’où ils viennent.

Go go gadget

Côté gameplay, en revanche, il n’y a pas énormément de changements et les habitués à Story of Seasons seront ici en terrain conquis. Le joueur rentre ainsi immédiatement dans une petite routine rassurante : levé à 6h, il doit labourer ses champs, planter des graines, les arroser et s’occuper de ses animaux. Il est évidemment toujours possible d’effectuer d’autres taches, comme pêcher, couper des arbres ou briser des roches, ce qui permet d’obtenir des matières premières.

Doraemon Story of Seasons screenshot PS4 (1)Le bois, la pierre ou encore les métaux comme le fer et l’argent – à extraire dans la mine – sont ensuite à utiliser pour améliorer les outils ou les bâtiments de la ferme. Les produits créés, comme les légumes ou la laine de mouton, s’exportent afin de renflouer les caisses du héros, qui ira ensuite acheter de nouvelles graines ou de nouveaux animaux, et ainsi de suite. En revanche, les histoires d’amour ne sont ici pas disponibles, même s’il est toujours conseillé de se lier d’amitié avec les différents PNJ.

Pour cet épisode, les développeurs n’ont rajouté que très peu de nouveautés, mais celles-ci font tout de même mouche tant elles viennent apporter un vrai plus au confort de jeu. On pense par exemple à la mécanique de sieste : il suffit d’appuyer sur un bouton pour que Nobi s’allonge où bon lui semble et dorme pendant une durée choisie par le joueur. Une bonne manière de regagner un peu d’endurance mais aussi (et surtout) de faire passer quelques heures en une poignée de secondes, ce qui permet par exemple de se retrouver pile à l’heure d’ouverture d’un magasin.

Le fait de ne pas pouvoir faire deux fois la même tâche permet de ne pas perdre d’énergie pour rien, ce qui est toujours agréable dans un jeu de ce genre, et les quêtes viennent un peu casser la routine qui s’installe forcément au bout d’un moment.

Très peu de nouveautés dans Doraemon Story of Seasons, mais celles-ci font mouche tant elles viennent apporter un vrai plus au confort de jeu.

Extra life

Il n’y a pas grand-chose à redire concernant le gameplay de ce Doraemon Story of Seasons, qui se montre très ergonomique et intuitif.

En revanche, on aurait aimé que le héros se déplace un peu plus rapidement. Nobi n’est vraiment pas rapide, et c’est un souci d’autant plus agaçant que la carte à explorer dans cet épisode est immense, se plaçant même sans doute en tant que plus grande de la série. Comme pour les tâches quotidiennes à assumer, il faut alors faire des choix puisque explorer l’entièreté de la map en une journée est tout simplement impossible, sauf si le joueur veut que son héros rentre tard chez lui et donc soit fatigué le lendemain matin. De ce côté, on aurait préféré que les développeurs voient un peu moins grand, cet aspect devenant vite assez frustrant.

Ce test a été réalisé à partir d’une version dématérialisée, achetée par nos soins, sur PlayStation 4.

Avatar
Shauni
All your base are belong to us.

L'ACTUALITÉ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

deux × 3 =