Ce test a été réalisé à partir d’une version dématérialisée, fournie par l’éditeur, sur PlayStation 4.

Kamuroshow

Dans Yakuza 3, Kiyru semblait avoir enfin trouvé la paix. Il s’occupait des enfants de son orphelinat situé à Okinawa, gérant les petits bobos de ses protégés affublé d’une chemise à fleurs. Mais la vie de yakuza ne s’éloigne jamais vraiment, et le Dragon de Dojima est finalement obligé de retourner à Kamurocho… Comme tous les autres épisodes de la série de SEGA, celui-ci propose une histoire plus que prenante, portée par des personnages bien écrits et des acteurs habités, avec de nombreuses ramifications, des retournements de situations ou encore des révélations en pagaille. S’il se montre peut-être moins émouvant que celui d’un Yakuza 0, le scénario de ce Yakuza 3 n’a pas à rougir de la comparaison avec les autres épisodes sortis depuis, preuve que le tout n’a pas vieilli d’un poil et que la qualité est toujours au rendez-vous.

Un fait qui ne peut hélas pas se dire des phases de dialogues hors-cinématiques, quasiment jamais doublées, ou encore du système de combat, qui a pris tout de même quelques rides. Si incarner Kiryu est toujours un plaisir brut et intense, l’âge fait son effet et le héros se montre plus lent et plus lourd que sur les derniers épisodes. Il était déjà possible d’améliorer le yakuza via différentes jauges (santé, attaque spéciale, etc.), mais ce système est assez peu poussé en comparaison des arbres de compétences apparus depuis.

Qui plus est, Kiryu ne dispose ici que d’un seul style de combat, contrairement aux opus plus récents qui permettaient de switcher entre plusieurs genres, histoire de s’adapter au joueur. Bref, le choc est un peu rude, mais c’est malgré tout toujours aussi grisant de casser les dents des pauvres hères qui cherchent la castagne, ou encore de briser des vélos sur les têtes des ‘’thugs” pour leur remettre les idées en place.

Okinawa, mon amour

S’il n’a pas bénéficié du même travail que sur un épisode Kiwami, Yakuza 3 Remastered propose tout de même quelques petites nouveautés qui pourraient faire (re)craquer les fans. La localisation, tout d’abord, a été revue, histoire de corriger les coquilles que l’on trouvait à l’époque, même si hélas la langue française passe une fois de plus à la trappe. Les graphismes ont également eu droit à un petit coup de jeune, mais là encore il est bien difficile de cacher l’âge de cet épisode, surtout lorsque l’on compare le Kamurocho d’alors avec celui du très récent Judgment.

Mais le plus intéressant reste l’ajout d’une vingtaine de quêtes annexes ainsi que de nouveaux mini-jeux, leur nombre étant l’un des points faibles de l’épisode, surtout avec les censures européennes. On retrouve ainsi avec plaisir les cabarets, les salons de massage ou encore le mahjong, qui viennent se greffer à ceux qui étaient déjà là. De quoi faire grimper une durée de vie déjà plus que solide…

À noter : Yakuza 4 Remastered sera disponible le 29 octobre 2019 et Yakuza 5 Remastered sortira le 11 février 2020.

LE VERDICT
BEST YAKUZA 3 EVER
7
Shauni
All your base are belong to us.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

3 × 3 =