Test de Shady Part of Me (PC, PS4, Xbox One, Nintendo Switch)

CONCLUSION

Sorti de nulle part, Shady Part of Me est une très belle surprise. Si son gameplay reste simple et connu, il n'en reste pas moins efficace et captivant. Doté d'une narration maitrisée de bout en bout et d'une direction artistique somptueuse, le jeu du jeune studio Douze Dixièmes est une véritable réussite, vidéoludique et artistique, qui nous a véritablement séduit.

Disponible dès son annonce aux Game Awards, Shady Part of Me c’est cette petite surprise que personne n’attendait mais qui a très vite piqué notre curiosité. Développé par Douze Dixièmes, un studio indépendant français, Shady Part of Me n’a eu besoin que d’un tout petit trailer pour nous séduire et nous donner envie de suivre son duo atypique à travers cette fable émotionnelle au style visuel particulièrement soigné.

Ombre et Lumières

Shady part of me screenshot testShady Part of Me nous met donc aux commandes de cette petite fille sans nom et sans visage, dont on ne sait rien si ce n’est qu’elle a développé une terrible phobie pour la lumière. Renfermée sur elle-même, elle semble ne communiquer qu’avec son ombre, que l’on peut également manipuler.

Si les deux petits personnages sont indépendants l’un de l’autre, leur progression ne pourra pourtant se faire qu’au prix d’une certaine coopération. La petite fille devra ainsi jouer avec les sources de lumières et les objets du décor pour façonner les ombres de sorte que son alter ego puisse avancer. A l’inverse, il arrive aussi parfois que l’ombre ait à interagir avec certains éléments afin d’aider la petite fille à avancer dans le monde réel. Seule deux contraintes sont imposées aux joueurs puisque la petite fille ne doit jamais se retrouver exposée à la lumière quand son ombre, elle, ne doit jamais être enveloppée dans l’obscurité.

 À découvrir : Notre vidéo des premières minutes de Shady Part of Me.

Le jeu repose ainsi sur des mécaniques simples, parfois déjà vues dans d’autres jeux, mais qui fonctionnent parfaitement. L’ensemble joue à merveille avec notre perception de la 3D tout en nous poussant à faire attention au moindre changement de perspective que l’on pourrait occasionner en jouant avec les éléments du décor. Et même si, on l’avoue, un ou deux puzzles nous ont semblé un peu tirés par les cheveux, sur l’ensemble de l’aventure on se régale à chaque instant.

Shady part of me screenshot testLes plus frileux protesteront probablement sur le manque de challenge offert par Shady Part of Me. Mais si effectivement les différents puzzles se résolvent facilement, le jeu se renouvelle suffisamment pour éviter l’ennui. Grace à l’ajout, au fur et à mesure que l’on progresse, de nouvelles fonctionnalités le studio parvient en effet à maintenir l’attention du joueur durant les cinq ou six heures nécessaires pour terminer le jeu en ligne droite. Et pour ceux qui veulent se creuser encore un peu plus les méninges il reste la possibilité de récolter tous les origamis, ce qui demandera un peu plus de réflexions pour y parvenir.

Si les différentes puzzles de Shady Part of Me se résolvent facilement, le jeu se renouvelle suffisamment pour éviter l’ennui.

Médecine douce

Simple et efficace, le gameplay sert avant tout le propos de cette fable poétique admirablement mise en scène. Difficile de rester de marbre face à cette direction artistique tout en aquarelle qui dégage une douceur remarquable. Pour autant, on ressent parfaitement cette noirceur qui entoure la petite fille et qui nourrit ses plus grandes peurs.

La narration, volontairement minimaliste, se fait à travers de courts dialogues entre la petite fille et son ombre, ainsi que par de rares interventions d’une mystérieuse voix off. La très juste interprétation d’Hannah Murray pour les voix permet par ailleurs d’instaurer une atmosphère tour à tour envoutante, anxiogène, rassurante ou optimiste. Un mélange que l’on retrouve également dans la bande son, composée par Nicolas Gueguen, qui joue de manière remarquable avec la dualité des personnages.

Au final, et même s’il ne cherche pas à nous tirer la larme à l’œil, Shady Part of Me est un jeu touchant, traitant de thématique pas nécessaire simple à appréhender dans la vie. En s’inspirant des rêves et cauchemars de notre enfance, le jeu de Douze Dixièmes réussit avec brio à nous rappeler au cas où on l’aurait oublié qu’être un enfant ce n’est, à bien des égards, pas toujours facile.

Ce test a été réalisée à partir d’une version dématérialisée, fournie par le distributeur, sur PC.

Avatar
Ludo
Rédacteur/Testeur/Râleur tendance sociopathe avec un sérieux penchant pour le troll méchant. A développé une sale dépendance à Rainbow Six Siege #CopperForEver

L'ACTUALITÉ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

dix − 7 =