Ce test a été réalisé à partir d’une version dématérialisée, fournie par l’éditeur, sur PC.

Vous reprendrez bien un peu d’humanité ?

Après cet intense et triste épisode 4, on retrouve donc Sean et Daniel au fin fond de l’Arizona, dans une petite communauté en marge de la société qui vit tout proche des magnifiques canyons de la région. Si Dontnod Entertainment se permet ici une ellipse de plusieurs semaines, on ressent toute malgré tout la quiétude et la tranquillité que les deux frangins ont retrouvé en accompagnant leur mère dans cet apparent havre de paix. L’occasion de rencontrer des gens qui, eux aussi, ont fui un passé douloureux ou une ancienne vie devenue trop pénible à supporter.

Malheureusement comme on peut s’y attendre, ce retour aux choses simples ne peut pas durer puisque les autorités, toujours à la recherche de nos fuyards, se rapprochent, aidées par les événements du précédent épisode. Et c’est à ce moment-là, au moment de quitter ce petit coin de paradis et ces personnages adorables, que Dontnod Entertainment enfonce le clou et place le joueur face à ses responsabilités. Est-ce que Sean a pris les bonnes décisions ? Les leçons enseignées à Daniel étaient-elles justes ? Fuir les États-Unis pour rejoindre un pays que tant de monde cherche à quitter est-ce vraiment une solution ? Les règles sont-elles justes et permettent-elles à chacun d’entre nous d’exister ?

Farewell Brothers

Au moment de franchir la ligne d’arrivée les doutes s’installent donc et le studio parisien, toujours aussi engagé, en profite pour nous balancer au visage toute l’absurdité des extrêmes de notre monde, en poussant le vice jusqu’à nous rappeler qu’il serait facile de corriger tout ceci dès lors que l’on est doté de pouvoirs surnaturels. Mais céder à cette tentation est-il une vraie solution aux problèmes ? Tout un sujet qui pourrait trouver écho dans l’actualité de notre monde en perdition.

Quoiqu’il en soit, au moment de choisir, chacun se verra rappeler les décisions passées. Certains choix bloqueront la fin du jeu sur une seule possibilité (on vous dit qu’il faut assumer !) quand d’autres pourront encore corriger le tir. Dans tous les cas on ne ressort pas totalement indemne de cette séquence finale et la cinématique qui suit derrière, peu importe laquelle parmi les sept disponibles, arrachera assurément des petites larmes chez les joueuses et joueurs les plus sensibles. Bravo et merci Dontnod Entertainment pour cette conclusion réussie !

LE VERDICT
Farewell
7
Avatar
Rédacteur/Testeur/Râleur tendance sociopathe avec un sérieux penchant pour le troll méchant. A développé une sale dépendance à Rainbow Six Siege #CopperForEver

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

17 − neuf =