Ce test a été réalisé à partir d’une version physique, fournie par l’éditeur, sur PlayStation 4.

Let’s Sing 2020 : la playlist

De Soprano à Kendji Girac en passant par Clara Luciani, Vegedream, Christine and the Queens, Maître Gims, Claudio Capéo, Bruno Mars, M. Pokora, les Spices Girls, J-J. Goldman, Queen, Aznavour, la quarantaine de morceaux (majoritairement) français et (un peu) internationaux de Let’s Sing 2020 en offre franchement pour tous les goûts. Comme d’habitude avec la série, la tracklist est éclectique, équilibrée et chacun y trouvera son compte.

Liste complète des chansons de Let's Sing 2020

Let’s get the party started

Avec des micros ou l’application Let’s Sing Mic, on se lance dans des modes qui n’ont rien d’inédit pour quiconque a déjà poussé la chansonnette sur Let’s Sing. Avec le traditionnel Classic, les duos de Feat., le jeu asynchrone en ligne de World Contest, le Jukebox et la version 2.0 de Mix Tape qui permet notamment de jouer sur des playlists générées aléatoirement (toujours avec des mix à base d’extraits de chansons), jusque-là on évolue en terrain connu dans cette édition 2020. C’était sans compter sur l’arrivée d’un mode inédit : Let’s Party.

Let’s Party se présente comme un mode où deux équipes de 4 joueurs maximum s’affrontent en accomplissant différents défis. Pas une simple opposition cela dit puisque ces défis prennent la forme de mini-jeux assez intéressants. Des épreuves basées sur la justesse du chant, parfois en éclipsant volontairement les indicateurs visuels voire les paroles elles-mêmes, d’autres fois avec une bombe qu’il faut empêcher d’exploser en chantant le plus juste, ou d’autres fois encore avec une simulation de course où il faut savoir s’arrêter de chanter à temps puis repartir sur le bon ton pour espérer battre son opposant. Une autre épreuve octroie même un certain nombre de vie aux joueurs, des vies que l’on perd si on chante en dehors des notes. Là encore, il faut être le dernier en piste pour battre son adversaire.

Let’s Sing 2020 a donc trouvé la bonne formule pour pimenter un peu plus nos soirées festives, la licence avait vraiment besoin de ça pour trouver un nouveau souffle. On ne parle pas de révolution, non, mais réussir à proposer des mini-jeux basés pour la plupart sur la justesse du chant est une belle idée. Bien sûr, cette justesse là reste toujours critiquable et certains se targueront d’arriver à « tromper » le jeu avec la technique du yaourt, mais il serait bien réducteur de s’arrêter à ça.

LE VERDICT
DE BON TON
7
Jerem
Passionné de jeux vidéo depuis qu'il est en âge de tenir un pad, adepte de la news publiée 24h/24 et du test relu 10 fois mais avec coquilles quand même. Râleur pro et caféinoname.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

quinze − treize =