Ce test a été réalisé à partir d’une version dématérialisée, fournie par l’éditeur, sur Xbox One X.

Who ya gonna (re)call ?

Bien que l’idée ici n’est pas de juger des qualités (et défauts) de ce jeu SOS Fantômes, un petit point s’impose pour ceux qui étaient alors trop jeunes pour découvrir le jeu en 2009 ou qui étaient tout bonnement passés à côté. Pour faire court, Terminal Reality avait livré une vision extrêment gratifiante de l’expérience SOS Fantômes. Scénario assuré par deux des acteurs/scénaristes des deux films cultes, atmosphère soignée, gameplay plutôt grisant et challenge bien présent, on avait passé du bon temps avec ce qui reste l’une des adaptations de licence cinématographique les plus réussies. Rien que ça.

Réussie oui, parfaite non. Loin de là. La copie rendue à l’époque par Terminal Reality avait beau touché en plein coeur n’importe quel adepte de SOS Fantômes, il était difficile de passer outre les problèmes techniques qui plombaient le jeu et cette IA désastreuse qui rendaient certaines séquences assez frustrantes. Devinez quoi ? Les choses ont peu évolué dans Ghostbusters : The Video Game Remastered.

Dix années plus tard, la version prise en charge par Saber Interactive n’arrive ainsi pas à corriger certains bugs gênant la progression. Dès le tutoriel, nous avons par exemple été confronté à un script qui ne s’est jamais déclenché. Sympa. Même topo quelques heures plus tard. Pour une version portant le sous-titre Remastered c’est moyen, même si aucun autre problème de ce genre ne s’est présenté durant le reste de notre aventure. Fort heureusement cela dit. Quant à l’IA, celle qui avait tant de mal à relever notre personnage à terre à l’époque (synonyme de game over si l’IA se retrouve aussi immobilisée en même temps que nous) et à capturer un fantôme toute seule, elle ne se montre pas plus reluisante dans cette version. Là encore, on aurait bien aimé que Saber Interactive fasse des efforts.

Pas bien boson

Si Ghostbusters : The Video Game Remastered n’a pas revue sa copie côté IA ni modifié les mécaniques de gameplay, que dire de l’aspect technique du jeu ? Pas grand chose en réalité. On cherche encore le véritable côté Remastered d’une version qui se contente d’un léger lifting pour rendre le titre un peu plus agréable sur les écrans actuels. Ce n’est pas vilain et a le mérite d’être fluide à tous les instants, mais c’est tout.

Enfin, on reste assez septique par l’absence totale de contenu inédit voire de bonus (autres que ceux déjà présents dans le jeu de base). On n’ira pas jusqu’à avouer qu’on espérait l’arrivée d’un mode coop pour l’histoire, mais bon. Pire le multijoueur de 2009, avec ses sessions en ligne à quatre joueurs dans un mode “chasse” dédié, a tout bonnement disparu. Saber Interactive parle d’une future mise à jour pour remettre au goût du jour ces sessions à plusieurs, on attend de voir. Quant à ceux qui ne jurent que par la VF, notez que les personnages incarnés par Dan Aykroyd, Harold Ramis, Bill Murray et Ernie Hudson ne parlent qu’en VO (avec sous-titres FR évidemment) dans cette édition Remastered.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

dix-sept − 1 =