Test de Control Ultimate Edition (PC, PS4, Xbox One)

CONCLUSION

Un an après sa sortie, Control se montre toujours aussi fun et grisant à jouer. Son aventure principale s'avère toujours aussi passionnante et les extensions font perdurer le plaisir malgré une dernière aventure en demi-teinte. Pas de quoi casser cette version Ultimate qui vaut clairement le détour si vous n'avez toujours pas mis les pieds dans les locaux du Bureau. Quant aux autres, le choix s'avère un peu plus discutable sans pour autant être rédhibitoire.

Sorti l’année dernière et probablement l’un des GOTY de 2019, Control arrive dans une version définitive cette année qui regroupe le DLC « Fundation / Fondation » et celui d’Alan Wake « AWE ». Est-ce que les joueurs n’ayant pas suivi les pérégrinations de Jesse ont le droit de craquer ? Réponse dans cet ultime avis.

Teasing

Obligé de recommencer le titre pour accéder aux nouveaux contenus, on doit bien avouer que ce second voyage dans les couloirs de la FBC n’a pas perdu de sa superbe. Reprendre l’héroïne en main pour nettoyer les locaux de l’invasion du Hiss s’avère toujours aussi bon, avec cette sensation de puissance toujours au rendez-vous, accompagné par une meilleure optimisation technique qui permet d’apprécier convenablement du titre avec le ray-tracing activé. Malheureusement, Control souffre encore de petits soucis comme, sur PC, cette version DX12 et ses retards assez horribles sur les chargements de texture qui oblige à rester en DX11 (avec une RTX 2060).

Si l’on est averti par ce petit problème, les quinze d’heures de jeu nécessaires pour terminer la campagne principale montreront toute la maestria du studio Remedy, toujours aussi doué lorsqu’il faut imposer des séquences intenses et une qualité d’écriture de premier ordre.

La Fondation et AWE, pour prolonger le plaisir ?

Control AWE screenshotDeux DLC complètent donc l’histoire d’origine. La Fondation est sans doute le plus réussi des deux avec un nouvel environnement plus « naturel » qui rappellera quelque peu le désert que l’on a pu rencontrer dans Gears 5 avec ce sable de couleur rouge. La proposition est plutôt satisfaisante au niveau du gameplay avec un nouveau type d’ennemi et deux capacités supplémentaires sympathiques mais qui s’avèrent limitées qu’à cet environnement. Le scénario rajoute une petite couche à l’histoire principale et permet de tenir facilement les cinq heures nécessaires pour boucler cette extension.

Quant à AWE, qui voit le retour du personnage d’Alan Wake, on en sort avec un sentiment plus que mitigé. On essaye à tout prix d’éviter les spoils mais il faut savoir qu’il n’y a que très peu d’interactions avec notre écrivain torturé et cela n’est finalement qu’un très gros prétexte pour intégrer ce fameux « Remedy Connected Universe ». L’expérience avec le retour de la brume n’est pas non plus des plus passionnantes avec quelques endroits à éclairer qui permettent de progresser et un Nemesis, connu des fans, qui se répète un peu trop dans ses rencontres. La seule évidence que l’on peut avoir, c’est que l’annonce d’un Alan Wake 2 n’est plus qu’un secret de polichinelle.

 À découvrir également : Notre vidéo de la fin complète de Control.

Ce test a été réalisé à partir d’une version dématérialisée, fournie par l’éditeur, sur PC (Steam).

Nonag
Nonag
Ex-achievement whore, redditor, petit trolleur et grand amateur de courses automobiles.

L'ACTUALITÉ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

neuf − sept =