Test de Atelier Ryza 2 (PS4, PS5, PC, Nintendo Switch)

CONCLUSION

Atelier Ryza 2 : Lost Legends & the Secret Fairy est le 22ème (!) épisode de la série, et pourtant les développeurs parviennent encore à trouver de nouvelles idées pour renouveler l'intérêt des fans. Ici, il s'agit de l'exploration des ruines qui se montre particulièrement intéressante grâce au mini-jeu de déduction proposé, ce qui donne un tout autre relief à cet aspect-là de l'aventure. Évidemment, l'alchimie et la récolte restent toujours aussi addictifs et l'on passera des heures à alterner entre l'un et l'autre, histoire de créer les meilleurs objets possibles. De quoi passer outre les défauts de cet épisode, comme son histoire assez niaise, sa réalisation d'un autre temps ou encore ses combats un peu moins intéressants que dans Atelier Ryza premier du nom. Encore un petit effort et la série pourra enfin quitter sa niche pour s'adresser à une communauté plus large de fans de J-RPG.

Atelier Ryza : Ever Darkness and the Secret Hideout ayant été un véritable carton (ce qui était plutôt mérité), ce n’était qu’une question de temps avant de voir débarquer une suite. Les développeurs de chez Gust ont travaillé d’arrache-pied pour finalement nous proposer un certain Atelier Ryza 2 : Lost Legends & the Secret Fairy, de sortie sur PS4, PS5, PC et Nintendo Switch moins d’un an et demi après son prédécesseur.

Back on track

Atelier Ryza 2 Lost Legends & the Secret Fairy october screenshotL’histoire de ce Atelier Ryza 2 : Lost Legends & the Secret Fairy se situe trois ans après celle du premier épisode. Désormais adulte mais ne maîtrisant pas encore tous les secrets de l’alchimie, l’héroïne – Reisalin Stout de son vrai nom – se rend à la capitale où elle y retrouve son ami Tao. Le jeune homme, toujours aussi sérieux dans ses études, va rapidement lui demander son aide dans sa quête de la découverte de très anciennes ruines se trouvant, selon ses recherches, à proximité. Y voyant là une bonne occasion de repartir à l’aventure, mais aussi de perfectionner son art, Ryza ne va pas hésiter une seule seconde. Et elle pourra profiter de l’aide de ses amis déjà présents dans le premier opus, mais aussi de nouveaux venus ainsi que d’une adorable petite créature qu’elle a baptisé Fi et qui semble reliée à ces fameuses ruines.

Tout comme le premier épisode, Atelier Ryza 2 : Lost Legends & the Secret Fairy ne brille pas par son scénario et ses personnages. On se retrouve donc une fois de plus avec une histoire globalement assez niaise, traitant essentiellement de l’importance de l’amitié, du fait d’être gentil avec son prochain et de l’aider autant que possible. Les différents personnages ne sont pas beaucoup plus complexes et se contentent en règle générale de débiter des lieux communs que l’on a déjà vus et revus des millions de fois dans des tas d’autres productions. L’assistante de Tao, par exemple, n’a absolument aucune personnalité si ce n’est que c’est une noble et qu’elle est en admiration totale devant l’ami de Ryza… Ceci étant dit, la bonne humeur générale se dégageant de ce titre fait passer la pilule, en tout cas la plupart du temps, d’autant plus que d’autres épisodes se sont déjà montrés bien plus affligeant à ce niveau (coucou Atelier Lydie & Suelle).

C’est pas gentil d’être méchant

Atelier Ryza 2 Lost Legends & the Secret Fairy october screenshotLa narration n’est pas non plus aidée par la réalisation, toujours d’un autre temps. Les animations sont rigides, les mouvements peu naturels et la mise en scène ne fait absolument aucun effort, même si tous ces soucis sont hélas récurrents pour la série des Atelier. En revanche, bonne nouvelle pour ceux qui ne parlent pas anglais, cet épisode est traduit en français, une première depuis bien des années. Impossible néanmoins de traiter de sa qualité à l’heure où sont écrites ces lignes puisque le patch ne sera disponible que lors de la sortie officielle du jeu (MAJ du 04/02/2021 : voir notre encadré sur la version PS5). Une localisation en tout cas bienvenue, d’autant plus que cet Atelier Ryza 2 : Lost Legends & the Secret Fairy se montre aussi bavard que ses aînés. De très nombreuses cut-scenes plus ou moins importantes sont de la partie, tout comme des cinématiques liées à l’histoire ou simplement de petites discussions émergeant au fil de l’exploration et des combats. De quoi parfois casser le rythme du jeu, même si là encore on a déjà vu pire dans la série (coucou… hé bien, Atelier Lydie & Suelle, ENCORE).

La localisation française est bienvenue, d’autant plus que cet Atelier Ryza 2 : Lost Legends & the Secret Fairy se montre aussi bavard que ses aînés.

Heureusement, le reste d’Atelier Ryza 2 : Lost Legends & the Secret Fairy se montre bien plus convaincant. A commencer par son système d’alchimie, le cœur de la licence, qui a su évoluer, changer, se perfectionner au fil des épisodes. Chaque nouvel opus propose une version plus aboutie que son prédécesseur, et cette suite ne fait pas exception à la règle. Même si certains défauts sont toujours présents, comme des menus un peu fouillis, on passe des heures devant le chaudron à essayer de créer l’objet ultime, à la qualité la plus élevée et disposant des meilleurs attributs, même si le jeu propose une option de création automatique pour les plus feignants (ce qui enlève toutefois tout intérêt au titre). Une quête de la perfection que se montre par ailleurs particulièrement importante quand on se lance dans la synthèse d’équipements ou d’objets à utiliser durant les combats.

Zoom sur la version PS5 et la localisation FR
La version PS5 d’Atelier Ryza 2 : Lost Legends & the Secret Fairy ne propose pas de changements drastiques par rapport à la mouture PS4, mais elle se montre tout de même plus confortable à découvrir. Côté graphismes, on note ainsi la disparition du flou de distance ainsi que la présence de lumières plus vives, rendant les environnements plus colorés et plus agréables à regarder. Les plus grosses modifications concernent en fait la fluidité, puisque l’on passe à 60 fps, et les temps de chargement qui deviennent inexistants pour la plupart, même si ceux du jeu sur PS4 étaient déjà relativement courts.

Cet épisode est entièrement traduit en français, ce qui n’était plus arrivé depuis bien des années pour la série des Atelier. Et si quelques termes semblent un peu éloignés de leurs homologues anglais, force est de constater qu’un joli travail a été fait et que le tout se montre très soigné. Un tour de force lorsque l’on sait à quel point cet épisode est bavard, mais surtout en ce qui concerne les ingrédients nécessaires à la synthèse, qui sont extrêmement nombreux.

Poudre de perlimpinpin

atelier ryza 2 ryzaEn jeu, la création d’un objet peut sembler complexe au premier abord, mais elle se montre néanmoins relativement simple lorsque l’on a compris le principe. On se retrouve ainsi avec différentes cases reliées les unes aux autres, chacune permettant de rajouter un type d’ingrédient. Plusieurs cases sont bloquées, ne se déverrouillant que lorsque certaines conditions sont remplies, poussant donc le joueur à faire les meilleurs choix. Des cases qui ne sont toutefois qu’optionnelles et servent essentiellement à rajouter des attributs ou des capacités à l’objet par la suite créé, ne se montrant donc pas forcément utiles en début de partie, mais révélant tout leur potentiel plus tard. Quoi qu’il en soit, l’ajout d’ingrédients affiche en temps réel la qualité et les effets qu’aura le futur objet, ce qui est toujours pratique et permet de se rattraper afin de lancer la synthèse. Et pas de panique si vous constatez qu’un objet que vous venez de créer aurait pu être mieux : une option particulièrement utile permet plus tard de les retravailler.

Mais pour pouvoir s’adonner à l’alchimie, il faut évidemment récolter des matériaux, la récolte étant l’autre pierre angulaire de la série. Pour ce faire, il n’y a pas de secret : il faut sortir de la ville et explorer les environs. Tout un tas de types de matériaux différents sont à découvrir, comme les plantes ou les minéraux. Certains ne sont pas accessibles tout de suite, obligeant Ryza a confectionner des outils lui permettant d’y accéder, par exemple un filet pour les insectes. Il faut néanmoins progresser dans l’histoire et débloquer les recettes via une sorte d’arbre des compétences se dévoilant au fur et à mesure en échange de points spéciaux. Un système qui peut se montrer agaçant pour les habitués mais qui permettra aux néophytes de ne pas partir dans tous les sens.

On cherche la bagarre ?

Atelier Ryza 2 Lost Legends & the Secret Fairy october screenshotCet arbre contient également des cases accordant des bonus passifs, comme par exemple la possibilité de récolter des ingrédients ayant une meilleure qualité, ce qui se montre évidemment de plus en plus essentiel à mesure que l’on progresse en jeu. Quoi qu’il en soit, récolter se montre toujours aussi addictif, d’autant plus que Ryza dispose désormais d’une palette de mouvements plus étendue lui permettant d’explorer davantage (escalader, nager, etc) et que les zones se montrent plus vastes que dans le premier épisode. Et ce même si les animations sont toujours aussi lourdes, l’héroïne se stoppant net pour ramasser, ce qui vient quelque peu casser la fluidité. En contrepartie, ce titre indique à l’avance sur chaque spot ce que l’on peut y ramasser, ce qui évite donc de perdre du temps à glaner au petit bonheur la chance dans l’espoir de récupérer un matériau spécifique.

Chaque nouvel Atelier propose une version plus aboutie du système d’alchimie que son prédécesseur, et Atelier Ryza 2 ne fait pas exception à la règle.

Évidemment, qui dit J-RPG dit combats, et ce Atelier Ryza 2 : Lost Legends & the Secret Fairy reprend les bases de son prédécesseur. Exit donc le tour par tour classique, on se retrouve ici avec un système proche d’une jauge ATB de Final Fantasy VII. Chaque personnage et ennemi disposent d’une jauge se remplissant plus ou moins vite, l’action ne pouvant être lancée que lorsque celle-ci est remplie. Le joueur peut alors attaquer, utiliser des skills en échange de points (AP) et, s’il se débrouille bien, réaliser des combos dévastateurs. Il est également possible d’utiliser des objets à condition d’avoir suffisamment de CC ou encore de switcher entre les combattants via une simple pression sur une touche histoire de rendre le tout encore plus dynamique, même si l’on peut donner des ordres à l’IA et qui sont globalement bien respectés. Bref, du plutôt classique et efficace, et qui profite par ailleurs d’une mise en scène, cette fois-ci, bien plus travaillée.

Tomb Alchimist

Atelier Ryza 2 Lost Legends & the Secret Fairy october screenshotLa caméra se montre ici plus nerveuse et ça explose dans tous les sens, quitte à parfois rogner un peu sur la lisibilité. D’autres petites doléances peuvent être relevées, comme par exemple l’impossibilité de demander aux alliés de venir s’acharner sur le même adversaire que nous, nous obligeant à changer de cible régulièrement. On regrette également que la fonction de contre ne fonctionne pas toujours très bien, que la jauge ATB ne se remplisse pas lorsque l’on se déplace d’un ennemi à l’autre (ce qui se fait automatiquement) ou encore que cet épisode recycle sans vergogne les monstres et les boss. Globalement, les combats sont donc un peu moins intéressants que ceux du premier épisode, mais ils restent malgré tout solides et nerveux. Et au vu du nombre de bestioles présentes sur la map et dans les ruines, c’est tout de même appréciable.

Les ruines, d’ailleurs, sont un vrai plus dans cet opus. Non pas qu’elles se montrent particulièrement fouillées ni même intéressantes à parcourir, mais les développeurs ont rajouté une sorte de mini-jeu de déduction plutôt bienvenu. Ainsi, grâce à un objet spécifique, il s’agit de récupérer au sein de chaque ruine (et donc de chaque donjon) des informations du passé, comme par exemple une petite note laissée par terre ou une conversation entre deux « fantômes ». Toutes ces informations sont regroupées dans un calepin et c’est au joueur de les combiner entre elles afin de faire toute la lumière sur la ruine visitée sur le moment. Évidemment, rien de bien compliqué ici puisque les mots importants sont affichés en surbrillance, mais l’effort reste louable et ce système se montre malgré tout intéressant. D’autant plus que des récompenses sont à obtenir lorsque l’on parvient à tout découvrir, comme par exemple de nouvelles recettes. De quoi donner un tout autre relief à l’exploration de ces donjons et qui permet de varier un peu.

atelier ryza 2 fee

Ce test a été réalisé à partir d’une version dématérialisée, fournie par l’éditeur, sur PS4 et PS5.

Avatar
Shauni
All your base are belong to us.

L'ACTUALITÉ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

7 + 9 =