On a joué à Yakuza : Like a Dragon, voici nos impressions

Ary and the Secret of Seasons packshot

Développeur : Ryu Ga Gotoku Studio

Éditeur : SEGA

Sortie : 10 novembre 2020

Supports : PC / PS4 / Xbox One / Xbox Series X|S

NOS IMPRESSIONS

Encore ! C'est le sentiment qui domine au moment d'abandonner cette version preview de Yakuza : Like a Dragon. Insouciant, rafraîchissant voire complètement barré par moments, quitte à pousser parfois le curseur du n'importe quoi assez loin, le jeu de Ryu Ga Gotoku Studio semble faire ce qu'il faut pour donner un nouvel élan à la licence. En lumière, un système de combat au tour par tour dont les mécaniques apparaissent aussi grisantes que visuellement exubérantes. Bref, on attend impatiemment la version finale pour conforter l'excellente impression laissées par ces quelques heures en compagnie de Yakuza : Like a Dragon.

Disponible dans un petit mois sur les machines actuelles mais aussi sur les consoles nouvelle génération (au lancement des Xbox Series X et Series S mais pas avant mars 2021 sur PS5), Yakuza : Like a Dragon s’est laissé approcher dans une version preview plutôt bien garnie. L’occasion de faire nos premières armes aux côtés d’Ichiban et de goûter à ce qui ressemble à une réinvention de la licence.

Les quatre fantastiques

yakuza like a dragon screenshot xbox series xUne page se tourne pour la série Yakuza . Kazuma Kiryu n’est plus, c’est un certain Ichiban Kasuga que l’on retrouve au cœur de l’intrigue de ce nouvel épisode. On prendra le temps de revenir sur ce personnage principal haut en couleur lorsque viendra le moment du test de la version finale de Yakuza : Like a Dragon, toujours est-il que c’est un protagoniste déjà bien en jambe que SEGA nous a permis de contrôler. Pour les besoins de la preview, nous avons en effet composé avec un Ichiban doté d’un certain niveau d’expérience, le même traitement ayant été réservé à ses trois compagnons. Oui, notre héros n’évolue pas seul dans cette aventure et le quatuor ici à l’honneur semble tout bonnement être l’un des points forts du jeu.

Sans connaître, pour le moment, les détails de la rencontre d’Ichiban avec chacun d’entre-eux, on a déjà pu goûter aux relations qu’ils entretiennent et aux répliques tantôt touchantes, tantôt cinglantes, qu’ils s’échangent. Nul doute qu’au fil des heures, le joueur développera une réelle sympathie pour ce petit groupe. En jeu, il est d’ailleurs possible d’unifier notre quatre amis en se pliant à des activités qui augmenteront leur niveau d’affinité mais aussi en les poussant au dialogue pour creuser le background de chacun. Yakuza : Like a Dragon semble bavard, très bavard, et les amateurs d’histoires a priori assez élaborées auront de quoi faire.

Dans les rues de Yokohama

yakuza-like-a-dragon-screenshot previewSi on met volontairement de côté la quête principale du jeu avec cet aperçu, que reste-il à dire du contenu qui nous a été offert dans cette preview de Yakuza : Like a Dragon ? C’est énorme, tout simplement. Attention, on ne parle pas forcément d’un nombre incalculable d’activités annexes, mais les mini-jeux sont nombreux (on s’est fait plaisir avec la salle d’arcade, le kart, le karaoké, le cinéma, le ramassage de canettes, l’école, les bars à hôtesses, etc.) et, surtout, les quêtes secondaires pullulent dans les rues de Yokohama.

Parfois sérieuses, souvent décalées et quelque fois émouvantes, les histoires secondaires proposées par l’équipe de Ryu Ga Gotoku Studio sont capables de soumettre des thématiques aussi fortes que le harcèlement que des choses bien plus légères comme les liens qui unissent un homme et son écrevisse domestique… On imagine que la version finale du jeu saura se montrer encore plus surprenante sur ce point, mais c’est déjà une expérience incroyablement variée et drôle que l’on a pu découvrir. Quitte à friser le ridicule parfois d’ailleurs, voire le sexisme un brin ringard avec des situations embarrassantes qui n’ont peut-être plus vraiment leur place dans une production de 2020, tout Yakuza qu’il soit. Quoiqu’il en soit, ces missions secondaires ne seront pas juste là pour le plaisir et serviront aussi à gagner de l’XP, à débloquer de nouvelles capacités pour nos persos et à obtenir des items.

Insouciant, rafraîchissant voire complètement barré par moments, Yakuza : Like a Dragon semble faire ce qu’il faut pour donner un nouvel élan à la licence.

Yakuza JRPG, Yakuza quand même

yakuza-like-a-dragon-screenshot previewAutre gros morceau très largement abordé dans cette preview : le nouveau système de combat de Yakuza : Like a Dragon avec ses mécaniques au tour par tour. Si l’idée d’abandonner les combats classiques de la licence pour un tel système peut surprendre après autant d’épisodes, force est de reconnaître que la formule fonctionne et ce, dès les premières rencontres hostiles.

De manière assez classique finalement, Ichiban et ses trois compagnons se retrouvent face à des groupes d’adversaires (au nombre variant) et attaquent les uns après les autres, quand il ne doivent pas se protéger des attaques ennemies. Coup simple, aptitude pour déclencher un coup spécial (en échange de PA), possibilité de parer, d’opter pour du soutien ou encore d’utiliser un objet, les combats se déroulent dans une certaine harmonie et avec une fluidité qui ravira les fans de JRPG. Ajoutez à cela la possibilité de faire appel à une aide extérieure (les séquences qui en découlent sont totalement exubérantes) et des animations vraiment barrées et vous obtenez un cocktail détonnant.

yakuza-like-a-dragon-screenshot previewProfitant de personnages aux skills assez élevés, rappelons-le, on s’est globalement baladé dans les affrontements de cette version preview. L’ennui ne nous a pas guetté pour autant, on ne s’est même pas privé de passer par la case des améliorations d’aptitudes de nos héros ainsi que celle de la personnalisation. Ichiban pourra en effet se rendre dans un atelier pour renforcer sa batte de baseball (et lui donner un look que le Negan de Walking Dead ne renierait pas) alors que la demoiselle du groupe, Saeko, devra se contenter d’un nouveau sac à main avec lequel elle se défend toutefois très ben. L’image un peu ringarde et dépassée de la femme, on y revient.

Dernière chose à mettre en avant avec cet aperçu, le changement de jobs. Puisqu’il s’oriente vers une formule JPRG, Yakuza : Like a Dragon n’oublie pas de permettre le changement de job. Concrètement, Ichiban et les siens se rendent dans une agence d’intérim et peuvent choisir (en fonction des quêtes secondaires accomplies et de l’évolution de l’histoire) chacun un nouveau job. Chaque job possède ses propres aptitudes et attaques spéciales, ainsi que son propre niveau d’évolution, on comprend qu’il faudra s’en essayer à plusieurs afin d’avoir le groupe le plus homogène possible selon la situation du moment. Ichiban peut par exemple passer de Héros à Garde du corps là où Saeko peut tronquer sa carrière de Serveuse contre un job d’Hôtesse ou d’Idol. On se répète mais les clichés, encore eux. À creuser en tout cas, mais le système est plutôt intéressant dans son ensemble.

yakuza-like-a-dragon-gif

Cet aperçu a été réalisé à partir d’une version preview fournie par l’éditeur sur PC (Steam).

Avatar
Jerem
Passionné de jeux vidéo depuis qu'il est en âge de tenir un pad, adepte de la news publiée 24h/24 et du test relu 10 fois mais avec coquilles quand même. Râleur pro et caféinoname.

L'ACTUALITÉ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

dix-huit − quatre =