Impressions sur The Sinking City (PC, PS4, Xbox One)

Cet aperçu a été rédigé après une présentation du jeu sur PC.

HP Lovecraft, pour vous servir

Passons aux choses qui fâchent d’emblée, The Sinking City est loin d’être convaincant sur le plan technique. Bien sûr, cette version présentée à la gamescom n’a absolument rien de définitif mais le jeu de Frogwares étant programmé pour mars prochain, on s’attendait à ce que la copie soit un peu plus propre. Techniquement perfectible certes, mais l’ambiance est quant à elle bien au rendez-vous. Pour un titre qui se targue de prendre place dans l’univers de HP Lovecraft, voilà une chose qui rassure. La ville d’Oakmont, qui sert de théâtre aux événements étranges du jeu, illustre plutôt bien le genre de situation que l’on est en droit d’attendre d’un univers lovecraftien et les quelques bizarreries que l’on trouve à chaque coin de rue (monolithe, créature marine morte, etc.), couplées à cet atmosphère volontairement sale et humide, permettent au titre de jouir d’une esthétique vraiment intéressante.

Cette inspiration de l’un des maîtres du genre, on la retrouve jusque dans les quêtes et sous-quêtes de The Sinking City. Dans notre exemple, la quête seconde Silence is Golden mettait en scène une certaine Joy, réfugiée dans une bibliothèque et incapable d’expliquer clairement ce qui lui arrive. Il faut dire que la demoiselle a la bouche cousue, littéralement, punie par une sorcière qui l’avait prévenue qu’elle parlait trop. Pour notre détective, il s’agit donc de découvrir ce qui est réellement arrivé à Joy tout en faisant la lumière sur de curieux faits qui se sont déroulés dans son appartement. Sans nous attarder sur le déroulé de la mission, on dira seulement que Frogwares ne compte vraiment pas prendre le joueur par la main. Par exemple, une fois l’adresse de Joy récupérée, n’espérer pas un marqueur qui vous indiquera où aller sur la grande map du jeu. Ce sera à vous, en fonction des infos récoltées, de fouiller la carte pour trouver la rue puis l’immeuble en question, en bon enquêteur que vous serez.

Sherlock W. Reed

Une fois sur place, The Sinking City dévoile une autre de ses mécaniques d’opening investigation game comme aime le qualifier le studio. Récoltant les indices et le remettant dans l’ordre à l’aide d’une sorte de sixième sens comme un bon nombre de jeux du genre utilise, le héros Charles W. Reed peut alors reconstituer la scène de crime et se faire une idée plus précise du déroulé des événements. Un aller-retour plus tard vers Joy pour essayer de lui sous-tirer de nouvelles infos, notre ami fait son retour dans l’immeuble et utilise une autre de ses capacités (faisant apparaître une sorte de fumée qui le dirige vers un endroit clé) pour s’orienter cette fois vers le sous-sol où l’attendant des créatures peu amicales. Frogwares présente alors ce qui sera la partie action du jeu, pas franchement très précise mais du coup assez stressante, avec notre détective qui défonce des ennemis avec un revolver et un fusil à pompe.

N’espérer pas un marqueur qui vous indiquera où aller pour suivre votre quête, ce sera à vous, en fonction des infos récoltées, de fouiller la carte pour trouver votre destination.

Cette quête secondaire (parmi la trentaine que proposera le jeu au final en plus des neuf affaires principales), qui se terminait avec une confrontation face à la sorcière à l’origine des maux de Joy, pouvait se conclure de différentes manières. Un exemple de ce que le jeu proposera pour l’ensemble de son histoire selon Frogwares. On pouvait par exemple faire de la vieille dame une alliée de choix ou la tuer, sachant que cela influence ensuite les liens de notre héros avec Joy mais également, de manière plus générale, le déroulé des événements de The Sinking City. Ce genre de décision, ainsi que le compas moral de Charles W. Reed en fonction de ses choix dans les dialogues, amènera donc à l’une de multiples fins du jeu. Sur le papier, l’aventure ne sera donc pas la même pour tous les joueurs.

ÉLÉMENTAIRE
De l’exploration en monde ouvert, une grosse partie investigation et un peu de combat, The Sinking City a posé les bases de ce que sera son aventure lovecraftienne. L’ambiance, justement, est déjà bien au rendez-vous dans le titre de Frogwares dont on apprécie la volonté de ne pas prendre le joueur par le main pour le laisser mener ses enquêtes comme bon lui semble, avec cette possibilité de déboucher sur plusieurs fins. Des décisions à prendre et des choix clés, il y en aura d’ailleurs un paquet selon les développeurs et l’on ne peut que souhaiter que la narration sera à la hauteur de toutes ces ambitions. Quant à l’aspect technique du titre, on va se dire que mars 2019 est encore loin…

2 Commentaires

  1. Toujours intrigué. Niveau technique, je pense qu’il ne faut pas trop se faire d’illusion et que ça risque, malheureusement, de faire un peu mal aux yeux quand ça va sortir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here