Impressions sur Team Sonic Racing (PC, PS4, Xbox One, Nintendo Switch)

Cet aperçu a été rédigé après une session jouable.

Un pour tous…

Market Street et Ice Mountain, ce sont les noms des nouvelles pistes présentées par SEGA à l’occasion de cette gamescom. Deux circuits jouables en mode libre par équipe, puisque c’est le seul aspect du jeu qui nous a été possible d’essayer. Après le choix de son personnage, Team Sonic Racing nous impose (aléatoirement) deux coéquipiers avec qui on va donc disputer les premières places face aux autres équipes de 3 personnages également. Le classement de sa petite personne ne suffit donc pas à remporter une course, ici il faut veiller à ce que chacun des trois membres de la team finisse le mieux placé possible pour être l’équipe qui sera désignée comme gagnante. Et pour arriver à terminer tout en haut du classement, il faut jouer en équipe.

Avec l’IA ou d’autres joueurs, Team Sonic Racing nous demande donc d’effectuer différentes actions qui reposent sur l’esprit d’équipe et octroient des bonus pour prendre l’avantage durant la course. Par exemple, le Turboraz est un boost supplémentaire dont on fait profiter un coéquipier en le frôlant de prêt alors que le Item Transfer permet de donner un bonus tout juste dégoter à l’un des membres de sa team qui en aurait davantage besoin. Le Rétroturbo, qui s’active en restant dans le sillage d’un ami, ou encore le Rival Takedown, l’utilisation d’un bonus sur un adversaire, sont aussi des actions importantes de Team Sonic Racing qui permettent au final de remplir sa jauge de Superturbo, le boost ultime du jeu. Un turbo qui s’active pour toute l’équipe et qui se révèle précieux tant il n’est pas simple de garder la tête de la course.

Le classement de sa petite personne ne suffit pas à remporter une course, il faut veiller à ce que chacun des trois membres de la team finisse le mieux placé possible.

En mode de difficulté classique, Team Sonic Racing semble en effet proposer un challenge assez relevé. Une impression peut-être accentuée par notre méconnaissance des tracés cela dit, ce n’est en tout cas pas le gameplay qui nous a dérouté. La jouabilité du titre ne risque en effet pas de bousculer les habitudes des adeptes du genre et l’on retrouve des éléments assez classiques : des dérapages, des figures sommaires à réaliser en plein saut pour obtenir un petit boost ou encore des circuits qui proposent des chemins secondaires pour essayer de grappiller quelques mètres d’avance. La relative largeur des circuits est elle-aussi à noter, ne favorisant clairement pas les talents de conduite des joueurs mais facilitant davantage les affrontements pour les meilleures places. Bref du classique manette dans les mains pour des sensations communes que seul l’aspect jeu d’équipe vient un peu titiller.

TOUS POUR UN
Difficile de dire si Team Sonic Racing arrivera à sortir du lot en fin d’année mais s’il y parvient, ce ne sera probablement pas grâce aux bases de son gameplay ni avec ses tracés. Du classique pour quiconque aime le genre, ce qui l’est un peu moins en revanche c’est la difficulté plutôt relevée et cet aspect team play qui se fait déjà bien sentir. Les mécaniques de jeu d’équipe sont là et on espère qu’elles prendront une dimension encore plus grandes lorsque l’on s’associera à d’autres joueurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here