Cet aperçu a été réalisé après une prise en main de 45 minutes sur PC.

Shenmue III, les constatations

Pour son voyage jusqu’à Cologne, Yu Suzuki s’est déplacé avec une démo jouable de Shenmue 3 à peine plus longue que celle proposée lors du dernier E3 et qui, vraisemblablement, sera la build proposée à une certaine catégorie des backers du jeu. Voilà pour la petite précision. Pour le reste, c’est avec une émotion à peine dissimulée que ces lignes sont écrites, non seulement parce qu’on a grandi avec Shenmue et que les deux premiers volets occuperont toujours une place toute particulière dans notre vie de gamer, mais aussi parce que ce que l’on a vu nous laisse avec encore pas mal d’interrogations.

Sur le plan technique tout d’abord, difficile de se montrer emballé par le jeu de Ys Net à l’heure actuelle. En dehors des décors pour lesquels on peut avoir un peu d’intérêt (pour leur côté dépaysant), on comprend rapidement qu’il faut composer avec des animations d’antan, certains détails visuels peu reluisants et des expressions faciales dépassées. C’est limite, voire très limite, pour un jeu censé sortir le 19 novembre prochain. Mais le problème c’est que ce constat s’applique à l’ensemble de la version jouable que l’on a découvert. Entre des déplacements rigides, des combats que l’on croirait sortis de l’ère Dreamcast et des dialogues qui reposent sur un rythme auquel nous ne sommes clairement plus habitués depuis des années, Shenmue 3 prend tout simplement des allures d’un jeu dont on a du mal à voir la place qu’il pourrait occuper dans le paysage vidéoludique actuel.

On s’en rend d’autant plus compte dans les mécaniques présentées, qui n’ont pas évolué depuis les épisodes d’avant. À la recherche d’un homme avec une cicatrice sur le visage, Ryo se rend dans le fameux Bailu Village pour y questionner ses habitants. Comme à l’époque, notre héros va poser inlassablement la même question à chaque personne qu’il croise jusqu’à obtenir l’information désirée pour ensuite la noter dans son précieux carnet. Et il a beau obtenir plusieurs fois la même info, cela ne l’empêche pas d’afficher le même effet de surprise à chaque fois.

Avant d’affronter cet adversaire tant recherché, il convient de s’entraîner un peu dans le dojo local ou, là encore, on découvre un gameplay qui n’a quasiment pas changé. Le feeling des combats n’est pas mauvais pour autant, non, mais la lenteur de la confrontation ne plaide pas en faveur de ces séquences. Même l’exploration et les quelques activités annexes proposées (dont l’improbable course de tortues où l’on matraque les boutons de la manette) font sérieusement écho à une époque vidéoludique passée.

La magie Shenmue. Et l’espoir ?

Alors comment défendre Shenmue 3 devant un tel tableau ? C’est finalement assez simple, Yu Suzuki et son équipe sont en train de réaliser le jeu que les adorateurs de la licence attendent depuis tant d’années. Oui, c’est un peu comme si la nouvelle aventure de Ryo déboulait seulement quelques années après la précédente, comme s’il n’y avait pas eu 18 d’attente. Et autant dire qu’on l’on a furieusement envie de prendre le jeu comme tel. Shenmue 3 a beau ressembler à ce qu’il est actuellement, c’est-à-dire un jeu dépassé sur bien des points, on n’a pas résisté longtemps au charme de son atmosphère une fois Ryo apparu à l’écran accompagné de Shenhua. Encore moins de résistance quand les premières notes de musique se sont fait entendre.

Est-ce la magie d’un instant uniquement ? Celui des retrouvailles avec un ami que l’on pensait avoir définitivement perdu de vue ? Peut-être. Reste que contrôler Ryo dans ce village et cette contrée bucolique, rencontrer cette population et ces personnages aux traits/manières si caractéristiques de la franchise, s’adonner à des mini-jeux totalement futiles mais bizarrement attirants et flâner dans des boutiques pour le plaisir de prendre en main des objets qui ne sont d’aucune utilité pour notre aventure, tout cela a étrangement du sens pour quiconque a déjà joué à Shenmue.

Ce sentiment est même amplifié lorsque, lors des combats, on se surprend à ressortir des techniques apprises dans Shenmue I et II (et récemment ressorties grâce aux remasters, évidemment). On ne parle même pas de ce sourire en coin que l’on a affiché en découvrant l’inventaire de Ryo où sont stockés les objets et les photos récoltés dans les épisodes Dreamcast. Quant aux possibilités de combiner des ingrédients pour concocter des potions, aux techniques de combat à faire évoluer ou encore à la nourriture à gérer pour garder Ryo éveillé, voilà des choses que l’on a aperçu sans pouvoir en creuser l’aspect.

Étrange fascination
Que dire après ce premier contact avec Shenmue III ? Nous sommes à la fois méfiants, curieux, un peu effrayés mais aussi, quelque part, étrangement enchantés. Voilà à peu près tous les sentiments par lesquels nous sommes passés en découvrant le jeu, en se laissant happer par son atmosphère unique, en faisant le constat technique de la démo proposée et en explorant les mécaniques en place, aussi dépassées que caractéristiques de la licence. Maintenant la question qui se pose est que si la sortie du jeu est confortée pour novembre, il se confrontera certainement à un problème de taille : la probable incapacité à séduire les nouveaux venus ou à contenter ceux dont l’attente a été tellement longue qu’elle ne peut, en l’état (et on insiste là-dessus), être satisfaite. Pour les autres, cette poignée de joueurs qui se sent capable d’aborder Shenmue 3 comme s’il était arrivé une quinzaine d’années plus tôt, le voyage que s’apprête à leur proposer Yu Suzuki pourrait bien les bouleverser et les replonger dans un univers à part, si tant est que les qualités scénaristiques du titre soient au rendez-vous.

3 Commentaires

  1. Oui, finalement le constat est simple et brutal : Shenmue va de nouveau enivrer les plus irréductibles des fans (dont je fais partie) mais risque de laisser sur le bord de la route les nouveaux venus….
    Une question me taraude : Le jeu est-il graphiquement au du niveau des trailers et cinématiques svp ?

    • Des cinématiques ? Non. Des trailers où l’on aperçoit des bouts de gameplay, oui davatange, même si la build jouée semblait un peu moins flatteuse que ce qu’on voit dans le dernier trailer par exemple.

  2. Merci. Justement cette fameuse dernière bande annonce à fait fait mouche et a redonné un bon coup de fouet à la communauté de fans et j’avais l’espoir que le jeu (phases de gameplay) pouvait se rapprocher nettement de cette qualité de finition. Le moteur étant le même je suppose dans tout le jeu, on puvait espérer un rendu propre et fluide.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

18 − 13 =