Cet aperçu a été rédigé après une présentation de 30 minutes du jeu par ses développeurs, à partir d’une build en version pré-alpha.

Virtuellement réel

Plus habituée aux productions en réalité virtuelle voire aux jeux d’objets cachés (!), l’équipe polonaise d’Anshar Studios semble bien décidée à passer au stade supérieur avec l’élaboration de leur premier RPG. Pas n’importe quel titre donc puisque Gamedec reprendra l’univers éponyme des livres de Marcin Przybyłek et du jeu de rôle papier pour en faire un RPG à fort accent narratif en vue isométrique. En quelques mots, Gamedec nous plongera dans un univers cyberpunk, dans le Varsovie du 22ème siècle, alors que les mondes virtuels pullulent avec ce que cela implique de criminalité. Des crimes qui n’ont rien de virtuels, eux, puisque les victimes sont bien réelles.

Comment combattre ces crimes ? En faisant appels aux Gamedecs, ces détectives dont le but est de traquer la vermine où qu’elle se cache, que ce soit dans les rues de Varsovie ou dans l’un des nombreux mondes virtuels à visiter. Et ils seront nombreux les univers de Gamedec puisque selon Anshar Studios, qui reste prudent sur le nombre exact de zones virtuelles que l’on pourra explorer, il sera question de dizaines d’univers nous transportant au far-west, dans des settings plus orientés fantasy ou encore dans des mondes aux activités spécifiques (plus classiques) comme cet univers fermier où il se trame des choses inquiétantes. C’est d’ailleurs autour de ce monde-là que s’articulait notre présentation.

Mon Gamedec chez les fermiers

Mais avant de jouer les enquêteurs au milieu des champs, il a fallu à notre Gamedec mener son investigation dans le monde réel. On a alors découvert la mécanique des déplacements, à la souris en cliquant dans le décor pour y diriger notre personnage, et surtout les dialogues dont les tenants et aboutissants dépendront de multiples facteurs. Il y aura bien évidemment les améliorations cybernétiques de notre héros mais aussi ses compétences, son passé ou encore son expérience récente, des critères parmi d’autres qui donneront le ton des dialogues avec chaque PNJ et ouvriront autant de voies pour résoudre les affaires.

Après avoir récolté l’information désirée dans un bar à la fréquentation douteuse, notre détective s’est retrouvé plongé dans un free-to-play sur les traces d’une personne disparue. Gamedec troque alors sa cité cyberpunk pour un monde fermier, un jeu dans le jeu qui donne un aperçu de ce que Anshar Studios sera en mesure de proposer avec sa recette où les apparences sont clairement trompeuses. Dans ce fameux F2P par exemple, les joueurs qui récoltent activement les ressources se révèlent en fait être prisonniers de ce monde, de véritables esclaves des temps modernes retenus de force par un “fermier” malveillant mais qui, de prime abord, vous accueille chaleureusement et vous récompense dès votre première récolte obtenue. À nous alors de dialoguer et de trouver suffisamment d’indices pour ensuite les associer dans un tableau de déductions, menant à une conclusion pas forcément heureuse.

Il n’y aura en effet pas de bons ou de mauvais moyens de mener et conclure une enquête dans Gamedec, le joueur pourra se contenter de raisonnements simplistes en fermant les yeux sur certains événements ou alors se décider à creuser l’affaire pour obtenir encore plus d’éléments accablants ouvrant sur d’autres interprétations finales. Voilà l’idée de “scénario adaptatif” mis en avant par Anshar Studios et de ce que l’on a vu, les opportunités qui en découlent sont diablement excitantes.

Même joueur veut jouer encore
Un grand potentiel narratif et un univers cyberpunk capable d’ouvrir la voie sur de nombreux mondes virtuels qui seront autant de cadres de jeu ayant leur identité propre, Gamedec a placé la barre assez haut à la gamescom. On ressort de cette première approche du RPG d’Anshar Studios avec beaucoup d’espoir, une pointe d’excitation et surtout l’envie d’en voir encore plus tant les promesses sont belles et les mécaniques aperçues prometteuses. En 2020, le cyberpunk polonais pourrait donc avoir doublement la cote.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

4 × 2 =