Cet aperçu a été rédigé après une brève présentation du jeu puis une prise en main, sur PC, d’une quarantaine de minutes.

Contra, retour en délicatesse ?

Dévoilé lors de l’E3 2019, Contra : Rogue Corps sonne le retour surprise d’une licence récemment mise à l’honneur dans une chouette compilation. Mais pour ce nouvel épisode, dont l’histoire prend place après les événements de The Alien Wars de 1992, l’équipe en charge du développement du jeu pour Konami est plutôt allée chercher son inspiration du côté du Neo Contra du début des années 2000 avec une vue de dessus et une orientation twin stick shooter. Pourquoi pas, sauf qu’en l’état on s’inquiète vraiment des lacunes techniques dont accuse le titre à quelques semaines seulement de sa sortie

Le direction artistique est discutable, certes, mais globalement ce n’est franchement pas très beau, les arènes visitées semblaient bien ternes et les effets visuels aperçus faisaient peine à voir. La lisibilité de l’action dans tout ça ? Passe encore, on a en tout cas rapidement pris nos marques dans cet épisode qui oublie son ADN Contra pour se présenter comme un run-and-gun générique au possible. On fait pleuvoir les balles, on esquive et on déclenche de super-attaques avec un niveau d’excitation qui n’est pas celui que l’on peut attendre d’un Contra.

N’occultons pas le possible caractère fun du jeu pour autant, surtout à quatre joueurs en coopération. Pour séduire différents profils de joueur, les personnages proposés répondent à différentes spécialités avec le polyvalent et solide Kaiser, la spécialiste du corps-à-corps Miss Harakiri, le puissant panda Grosse bête ou encore l’extraterrestre Gentleman. Chacun a sa panoplie de coups, tous sont personnalisables mais encore une fois on a un peu de mal à trouver du Contra dans ce casting-là.

Du Contra en PvP pour se changer les idées

Pas jouable à cette gamescom mais évoqué par nos interlocuteurs, le PvP sera au rendez-vous dans Contra : Rogue Corps avec différents modes de jeu.

De son côté, Carnage League prendra les traits d’un match de foot où le ballon est remplacé par des bugs sur lesquels il faut tirer pour marquer dans les cages adverses (ici, les cages ressemblent en réalité à des machines à broyer). Plus classique, le Team Deathmatch viendra contenter ceux qui veulent leur dose de frags en PvP. À voir, on est en revanche assez septique sur le Season Pass annoncé pour “l’accès à une grande variété de DLC” après le lancement du jeu. Encore faut-il avoir envie de prolonger l’expérience.

Le Contra sera-t-il rempli ?
Difficile de croire que Contra : Rogue Corps sortira dans un mois tant il est à la peine sur le plan technique. Au-delà de ça, on a du mal à cerner ce qu’il reste de Contra dans l’expérience proposée par Konami. Pour l’heure, on a seulement aperçu un twin stick shooter potentiellement fun à quatre joueurs mais avec des ingrédients classiques et de l’action pure, générique au possible, sans excitation particulière. Verdict le 26 septembre sur PC, PS4, Xbox One et Nintendo Switch.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

2 × 5 =