Ces impressions ont été rédigées après nos différentes prises en main sur le jeu tout au long de l’été, à Japan Expo puis à la gamescom. Le texte est entrecoupé de quelques citations issues de notre entretien avec Sebastien Chaudet, Lead Designer chez Gearbox Québec.

Pandora Tomorrowland

Il y a dix ans naissait sur PC, PS3 et Xbox 360 Borderlands premier du nom. Reconnaissable par son univers post-apocalyptique et sa direction artistique en cell-shading, la licence de Gearbox peut se vanter aujourd’hui d’avoir défini le shooter-looter, un genre qui ne cesse de fasciner une grande partie des joueurs. Entre suite, pré-séquel et un spin-off signé Telltales Game, la série compte à ce jour pas moins de cinq jeux, sans parler des éditions Game of the Year et des compilations remasterisées. Mais la famille ne va pas tarder à s’agrandir puisque le 13 septembre sortira Borderlands 3.

Manette en mains, la session que nous avons menée concernait la mission Ascension Bluff. Celle-ci mettait en scène une partie du nouveau casting sur une planète bien connue de la série, à savoir Pandora, pour une mission de nettoyage de zone fort rythmée. Du rythme, il ne fallait d’ailleurs pas en manquer durant cette démo car le territoire en question était occupé par un DJ fou du nom de Mouthpiece dont la base est équipée de haut-parleurs explosifs.

Le Bon, la Brute et le Cinglé

Si vous cherchez de l’action, ce Borderlands 3 en a pleinement à revendre. Nerveuses et intenses, les phases de gunfights s’enchaînent et ne manquent pas de varier les plaisirs. En plus d’être aussi complet que jouissif, notre arsenal peut à présent accueillir différents modules d’extension. En effet, chaque arme lootée (et il y en aura à la pelle) dispose désormais de deux modes de tirs ou deux effets élémentaires, permettant ainsi au joueur d’alterner entre plusieurs style de combat. En un clin d’oeil, il est possible de passer d’un fusil mitrailleur à deux canons rotatifs au lieu d’un seul, pour certes perdre en précision, mais gagner en cadence de tir et en dégât par la même occasion, ou de privilégier les tirs corrosifs à la place des explosifs. Les possibilités d’attaque se veulent pour ainsi dire plus grandes et donnent lieu à de spectaculaires combos, dès lors qu’on manie bien la gâchette.

Il y a des constructeurs en plus, des marques en plus pour ajouter de la variété […] et on a rajouté les modes de tir alternatifs pour les armes. Ca rajoute déjà beaucoup de profondeur de gameplay. […] Tout le pan “gunfights”, d’un point de vue armes, a été amélioré.

Sebastien Chaudet, Gearbox Québec (propos recueillis par nos soins à la gamescom 2019) 

Outre un gameplay plus fluide et mieux calibré, l’une des innovations marquantes de ce troisième épisode se situe dans son level design. Si avec The Pre-Sequel, les développeurs de chez Gearbox ont su proposer d’intéressantes idées de jeu, notamment en ce qui concerne les déplacements en faible gravité, Borderlands 3 marque un nouveau cap dans la série en donnant vie à ses environnements. En effet, les niveaux ne sont plus seulement de simples lieux de batailles, mais apparaissent à présent comme de véritables armes de combat qui peuvent aussi bien s’avérer être des alliés que des adversaires.

En d’autres termes, nos héros devront veiller à ce qu’ils ne mettent pas les pieds n’importe où. Ces terres hostiles recèlent de pièges en tout genre, en reprenant l’exemple des enceintes géantes à ondes de choc. Sans compter les tonneaux élémentaires disposés à des endroits stratégiques, qui depuis les dernières aventures, se sont trouvés une nouvelle utilité. En effet, il est dorénavant possible d’interagir avec ces bidons dévastateurs et de les envoyer directement sur nos ennemis en tapant dessus, histoire de faire de jolies étincelles. En somme, les combats de Borderlands ont pris une double dose de vitamines. Et que dire de nos chasseurs de l’arche qui présentent chacun une manière différente de prendre part aux conflits ?

Les Aventuriers de l’Arche Perdue

Toujours au nombre de quatre, nos héros bénéficient de trois arbres de compétences et par conséquent, de trois capacités spéciales à faire évoluer. Moze, l’artilleuse du groupe, a par exemple la possibilité de faire appel à un mécha, l’Ours de fer qui dévore tout ce qui bouge à coups de canons bien chauffés, pendant que l’agent spécial Zane prend plaisir à jouer avec ses assaillants en utilisant une tonne de gadgets révolutionnaires. Parmi eux on peut noter un drone tueur, un DigiClone de diversion, une barrière protectrice, ou encore un téléporteur. Après la technologie, faisons place à la magie avec Amara, alias la Sirène, dont la particularité est de pouvoir invoquer six bras amoureux de la castagne. Enfin, pour ceux qui préfèrent une compagnie plus animale, FL4K plus connu sous le titre du Roi des Bêtes, fera pleinement l’affaire. Prêt à partir en chasse à tout moment, notre robot de la bande compte sur ses fidèles créatures pour organiser de merveilleux massacres.

Haut en couleur, le nouveau casting est non seulement adroit de la gâchette et redoutable au corps-à-corps mais se veut aussi dorénavant très agile. Nos chasseurs peuvent aisément s’accrocher et accéder à des plateformes élevées ou passer par dessus une clôture. Mieux encore, les glissades sont possibles. Et histoire d’augmenter leur niveau de badassitude, nos héros peuvent à la fois glisser au sol et frapper ou tirer en même temps sur leurs cibles. Bien que cette partie n’ait pas été mise en avant lors de la démo, la conduite fait également partie de la liste d’aptitudes de notre équipe. Afin de mettre convenablement à profit cette compétence, le garage mis à disposition accueillera de nouveaux bolides. De plus, les possibilités de personnalisation des véhicules dans Borderlands 3 devraient être plus grandes. Style de pneus, couleurs, armes et autres éléments pourront être modifié, à condition d’avoir soigneusement récupérés les pièces nécessaires sur un véhicule ennemi, ce qui rappel la dernière adaptation de l’une des influences de la franchise de 2K, à savoir Mad Max.

Des mondes plus verticaux, un gameplay plus dynamique et de l’action plus spectaculaire, la série de Randy Pitchford semble avoir tiré en plein dans le mille en ce qui concerne les attentes des joueurs. D’autant plus que l’aventure reste jouable à plusieurs, en coopération jusqu’à 4. Le loot lors des parties en multi aura au passage droit à un meilleur équilibrage que par le passé. Lors des virées à plusieurs, il n’y aura pas de jaloux puisque le butin trouvé sera automatiquement dupliqué et partagé au nombre exacte de joueur présent.

Dès le début, on s’est dit “Il faut que nos mouvements soient plus dynamiques”. Il y a beaucoup d’arènes dans Borderlands, il y a beaucoup de placement. On voulait rendre ça plus intéressant que “Je sprinte, je suis derrière un cover, je tire, puis je sprinte, etc”. Donc on a rajouté la glissade et le vaulting, pour s’agripper sur les rebords. […] Grâce à ça, on a pu rajouter beaucoup de vericalité dans les niveaux.

Sebastien Chaudet, Gearbox Québec (propos recueillis par nos soins à la gamescom 2019) 

Outre cela, que l’on soit en solo ou en équipe, le voyage ne se fera pas toujours seul. Il ne sera pas rare qu’un ou deux camarades des Crimson Raiders viennent apporter leur soutien le temps d’une mission. Ils pourront notamment se montrer très salvateurs durant des fusillades trop agitées. En effet, si les choses deviennent trop sérieuses, au point d’être à l’article de la mort, ces alliés envoyés par Lilith, ancien chevalier de l’Arche du premier opus, viendront nous porter secours et nous aideront à nous relever.

“Jack a dit”

Accompagné de ces légendaires guerriers, la mission sera d’empêcher la secte des Enfants de l’Arche, dirigée par les jumeaux Calypso (Tyreen et Troy), de mettre leurs machiavéliques projets à exécution. Et vu leur manière d’opérer, il est préférable de ne pas tergiverser face à l’assistance d’un compagnon d’armes. Les ennemies se veulent plus nombreux, le bestiaire davantage varié mais aussi plus aliéné et le mot est faible. Pour exemple, la communauté Calypso compte au sein de ses rangs Gigamind, un cerveau géant transplanté dans un corps robotique et dont l’intelligence surpasse le commun des mortels. Au-delà de son apparence qui peut faire penser à Krang des Tortues Ninja ou dans une moindre mesure, au super-vilain MODOK de chez Marvel, ce boss dispose d’un arsenal tout aussi étrange que lui, à savoir des explosifs qui s’organisent en forme de Smiley avant de se jeter sur leur cible.

On ne voulait pas ramener Handsome Jack, encore. On voulait un départ frais. C’est un jeu qui peut s’aborder sans connaître la franchise, donc on ne voulait pas un héritage lourd. […] Il faut simplement voir les nouveaux méchants comme, avant tout, actuels. Être influenceur, des choses comme ça, c’est quelque chose qu’on a souhaité mettre au goût du jour. Puis, malgré tout, dans le spectre de l’univers de Borderlands, ils sont beaucoup plus dangereux que Handsome Jack.

Sebastien Chaudet, Gearbox Québec (propos recueillis par nos soins à la gamescom 2019) 

Si côté gameplay et ambiance, ce Borderlands 3 a tout l’air d’être dans la bonne direction avec son esthétique cell-shadée des plus classe, il reste tout de même à voir la narration et le contenu de ses missions. Souvent critiqué pour le côté répétitif de ses objectifs, la licence de 2K doit encore faire ses preuves sur ce point. La séquence jouée demandait de faire, tout le long, plus ou moins la même chose, c’est-à-dire nettoyer une zone de ses hostiles occupants. L’autre point notable se situe sur le plan technique. Sans être la claque visuelle de l’année, le jeu reste beau, propre et original d’un point de vue artistique. Cependant, le framerate ne se montrait pas toujours au point dans la démo jouée à Japan Expo (build E3 du jeu, ndlr), plus particulièrement lorsque la partie adverse commence à inviter beaucoup d’amis au combat. En revanche, la partie en Proving Grounds essayée à la gamescom était bien plus convaincante, sans aucun ralentissement à noter.

Furiosa
Montrant le bout de son nez après sept ans de gestation par rapport au dernier épisode canonique (et tout de même quatre ans avec le filler spatial), Borderlands 3 a t-il les armes nécessaires pour affronter la génération actuelle ? Si pour l’instant des zones d’ombres restent encore à éclaircir, ce premier tour de manège est de très bon augure. Plus encore de simplement offrir son lot de sensations fortes, la succession semble assurée avec ce troisième opus qui non seulement coche la case de “bon Borderlands” mais va encore plus loin dans sa folie. Comme si George Miller avait écrit Mad Max sous double dose d’amphétamine et annonçait au casting un déjanté Jim Carrey ou un incontrôlable Jack Nicholson, cette suite tant attendue joue de ses propres codes pour un humour et un plaisir de jeu encore plus intense. En plus d’avoir agrandi le terrain de jeu, l’équipe de Gearbox Software a étendu le champ des possibles avec notamment des héros plus athlétiques et un catalogue d’armes stars de cette attraction.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

deux × un =