Trois très courts niveaux constituaient cette petite démo en présence d’un développeur de Paper Cult Games.

“Sang une” façons de tuer…

Bloodroots s’inscrit dans la lignée de ces jeux courts et nerveux qui consistent à massacrer tout le monde. Une sorte de Hotline Miami sans les fulgurances Lynchiennes, plus portée sur le steak d’ours que la pizza. Les armes à feu et les couteaux sont remplacés par des éléments du décor. Tout ou presque est exploitable. Sauter sur une charrette et elle se mettra à rouler sur vos adversaires. Saisissez une échelle et faites-la tourner à toute vitesse pour faucher les ennemis à portée. Forcément, les développeurs de Paper Cult Games en ont profité pour se faire plaisir et glisser quelques armes originales.

On se prendra ainsi pour Ordralfabétix en assénant quelques coups de truite par-ci par-là, ou pour l’Agent 47 en jouant avec un canard de bain. L’idée est de se servir de chaque objet de manière à pouvoir enchaîner les interactions et ainsi progresser le plus vite possible. Chaque arme dispose de 3 utilisations avant de se détruire, ce qui laisse à chaque fois un peu de temps pour analyser quelle sera la meilleure option pour la suite. Ce qui au départ est un simple délire meurtrier se transforme rapidement en contre-la-montre, pour un résultat qui on l’imagine sera très prisé des speedrunners.

Dans ce genre de jeu, la lisibilité est primordiale. En optant pour un style minimaliste, Bloodroots évite tout problème de ce côté-là. D’ailleurs, on appréciera le travail réalisé sur les animations, toutes exagérées, ainsi que la stylisation des quelques cutscenes.

Saignant
Mélange improbable entre la “action comedy” à la Jackie Chan et l’outrance sanguinolente d’un Tarantino, Bloodroots dispose d’un capital sympathie indéniable. Ses seules limites sont finalement celles de son concept, dont on voit mal comment il pourrait surpasser son inévitable redondance sur la durée. On ne demande qu’à être surpris lors de la sortie prochaine du jeu sur PC, PS4 et Nintendo Switch.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

16 − 9 =