Nos impressions sur la démo jouable d’Outriders

Développeur : People Can Fly

Éditeur : Square Enix

Sortie : 1er avril 2021

Supports : PC / PS4 / PS5 / Xbox One / Xbox Series X|S / Stadia

NOS IMPRESSIONS

Malgré tout ce que l'on peut reprocher à cette démo jouable d'Outriders, on se laisse embarquer par le jeu. Les compétences d’Altérés apportent un peu de peps à l'ensemble et le loot paraît plutôt varié. Reste à voir si l'évolution du personnage et la narration apporteront une réponse suffisamment satisfaisante aux manques constatés dans cette version d'essai. Ou si Outriders sera un Anthem de plus dans la longue liste des jeux services. Réponse d'ici un gros mois !

Attendu le 1er avril prochain sur PC, Xbox One et Series, PS4 et PS5 et même Google Stadia, le prometteur Outriders a choisi de passer par la case démo pour permettre aux joueurs de s’essayer à son prologue et à son premier acte en vue d’une potentielle précommande. Ça a aussi été l’occasion pour nous de poser pour la première fois nos petites mimines sur un des gros blockbusters de ce premier semestre de 2021, dans l’espoir d’y trouver un TPS de haut vol, capable de surnager au milieu du flot de looter shooters que l’on se coltine depuis quelques années. Malheureusement, si le reste du jeu se révèle être à la hauteur de ces premières minutes, la tâche sera plus ardue qu’escompté !

outriders screenshotS’il y a bien une chose que Outriders réussit à merveille au travers de cette démo, comprenant un bref prologue et quelques quêtes à accomplir, c’est l’introduction de son univers. Le lore du titre semble avoir bénéficié d’un soin tout particulier, entre Outriders, Altérés, Insurgés et anomalies environnementales. C’est suffisamment bien écrit pour pousser à la curiosité et à la lecture des nombreuses pages qui remplissent la base de données du jeu. En revanche, pour tous les autres aspects, ça coince, et pas qu’un peu.

Techniquement, le jeu est une véritable déception. Ni très fin, ni très clinquant, Outriders est indigne de la next-gen et semble se pointer avec quelques années de retard au compteur. Artistiquement en revanche, c’est autre chose. Pas vraiment dépaysant, puisque la planète Enoch est censée “remplacer” la Terre, Outriders présente quand même quelques jolis designs et un certain goût pour les tranchées boueuses. Ce n’est qu’un premier environnement mais il est plutôt encourageant pour la suite de l’aventure.

C’est plutôt sur son gameplay que Outriders déçoit le plus. Cover shooter pur jus, comme peuvent l’être Gears of War et The Division (avec lequel il partage de nombreux points communs), le jeu de People Can Fly a du mal à dynamiser ses premiers affrontements, la faute à un manque d’intensité et de dynamisme dans la structure des arènes. Les ennemis sont mous, les couloirs peu engageants et, pire que tout, les armes manquent un peu de punch. Un comble quand on pense que le développeur était à l’origine de Painkiller il y a plus de 15 ans.

Cet aperçu a été réalisé à partir d’une démo jouable du jeu, accessible à toutes et à tous.

Kurutchin
Kurutchin
Adulescent bienheureux, tantôt compagnon d'infortune de dieux Nordiques, tantôt jardinier attitré pour des Piñatas furieuses. Dans les deux cas, c'est avec le sourire et au trot !

L'ACTUALITÉ

Laisser un commentaire...