Impressions sur Assassin’s Creed Origins (PC, PS4, Xbox One)

Cet aperçu a été rédigé après une session jouable, à la manette, sur PC.

Le changement ce n’est pas maintenant ?

Passons d’emblée sur la technique qui, depuis Assassin’s Creed Origins, n’a pas changé. Le jeu offrira sans nul doute une immersion impeccable dans le Grèce antique. C’est beau et on a envie de tout explorer et de tout voir, tout de suite. Y compris de grimper sur la moindre statue ou le moindre monument. Passons également sur les batailles navales qui sont peu ou prou (très drôle je sais) les mêmes que dans le précédent opus et concentrons-nous plutôt sur le système de conquête.

Ce système de conquête s’approche en fait d’une capture de territoire dans la mesure où remporter la victoire offrira du loot, des ressources de craft et la maîtrise de l’île/terre conquise. Dans cette démo d’Assassin’s Creed Odyssey, la terriblement jolie et meurtrière Kassandra devait se battre sur une plage contre des armées d’Athéniens. Manette en main, c’est un peu la confusion sur le terrain et l’impression d’être au cœur de la bataille se fait sentir : on se promène en effet au milieu de PNJ qui se castagnent et attaquent aléatoirement notre héroïne à son passage.

Des soldats meurent des deux côtés et une barre qui diminue montre les forces restantes de chacun des deux camps. Pour gagner, des objectifs sont assignés au joueur : allez protéger tel soldat important, éliminer telle escouade ou attaquer tel chef de troupe. La zone n’était pas extrêmement grande mais suffisante pour donner une sensation de liberté et pouvoir plonger ou s’extraire des affrontements. De temps à autre, un objectif consistant à éliminer un héros athénien est assigné : l’affrontement est alors plus rude et pour s’en sortir il faut maîtriser le nouveau système de combat.

C’est beau et on a envie de tout explorer et de tout voir, tout de suite !

Sandalettes et mandales

Car cet Assassin’s Creed Odyssey introduit quelques changements. Rien de révolutionnaire mais suffisant pour offrir plusieurs combinaisons variables : la base des combats reste tout d’abord la même que celle introduite dans Origins. On peut équiper des armes différentes, manier deux épées ou préférer un bouclier pour se défendre par exemple. Là où réside le changement c’est dans la possibilité maintenant d’équiper des capacités spéciales qui vont dépendre du style de jeu et de l’arbre de compétences choisi : assassin, archer ou guerrier. Pour cette démonstration, les points étaient répartis en guerrier et Kassandra, une fois une jauge d’adrénaline remplie en cassant du péon en sandalettes, pouvait alors faire voler d’un coup de pied l’adversaire ou encore lui arracher le bouclier des mains pour lui renvoyer dans la tronche. Pas très subtile mais diablement efficace !

Kratos-sphère
Si cet Assassin’s Creed Odyssey ne sera sans doute pas une révolution, il fait souffler un vent épique encore plus prononcé que dans Origins. Il faut dire que la période s’y prête bien et qu’elle regorge qui plus est de mythes et légendes en tout genre. Largement de quoi remplir tout un jeu et de nombreux DLC. En bref, vivement le 5 octobre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here