C’est probablement l’annonce qui a fait le plus de bruit hier soir et que personne n’avait vu venir. À travers un communiqué de presse on a appris en effet que Sony et Microsoft avaient passé un accord concernant le Cloud Gaming et, aussi, un peu d’IA.

Sony, la vie en bleu d’azur

Alors contrairement à ce que certains essayent de faire croire il n’est aucunement question d’un rapprochement entre PlayStation et Xbox. La guerre des consoles continuera bel et bien puisque c’est simplement de services et d’infrastructures orientés Cloud Gaming dont il est question là.

Un domaine dans lequel on trouve déjà de gros concurrents comme Google avec sa Google Cloud Platform, Amazon et son Amazon Web Services, et bien évidemment Microsoft avec Azure qui portera, à termes, le Project xCloud.

La guerre des consoles continuera bel et bien puisque c’est simplement de services et d’infrastructures orientés Cloud Gaming dont il est question là.

Sony de son côté, même s’il possède déjà un semblant d’infrastructure, est loin, très loin de ces trois là. Les deux solutions qui s’offraient à eux étaient donc simples. Investir des milliards à travers le monde pour rattraper leur retard et déployer leur propre infrastructure, ou profiter des services déjà existants.

C’est donc la seconde solution qui a été choisie avec Microsoft et Azure qui ont été sélectionnés, le tout aboutissant à cette poignée de main entre Kenichiro Yoshida et Satya Nadella. Le PlayStation Now va donc (bientôt ?) tourner sous Windows Azure et on peut même se demander si ce n’est pas la totalité du PlayStation Network qui finira par migrer également.

Grands services entre amis

Qu’on le veuille ou non le Cloud Gaming est, chaque jour, de plus en plus une réalité et il est impensable d’imaginer Sony laisser tout le gâteau aux autres acteurs du marché. Qui plus est, dans l’absolu, ce partenariat représente une sacrée opposition à Google et son Stadia.

Enfin, le communiqué en parle également brièvement, le deal permettra à Microsoft de profiter des technologies de capteur d’image et de semi-conducteurs de Sony. Le géant de Redmond sécurise un peu plus ici l’avenir de son HoloLens 2 et de son Azure Kinect (utilisant en partie Azure AI), tous deux présentés en février dernier (voir les vidéos ci-dessous).

Une annonce qui a logiquement fait beaucoup de bruit donc, mais pas forcément pour les raisons énoncées ici ou là sur la toile. Voilà quelque chose qui, en tout cas, donne clairement la couleur sur la tournure que prendra le jeu avec les prochaines générations.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here