Dans le monde merveilleux du jeu sur PC si tout le monde y va de son petit launcher Steam continue de marcher sur tout le monde en proposant le catalogue le plus riche de tous. Pour Valve il reste cependant un problème : les AAA, ces gros jeux que les joueurs pré-commandent sans même savoir ce que ça vaut et qui génèrent beaucoup d’argent ne sont que rarement disponibles sur Steam, les éditeurs préférant les garder pour leur propre boutique en ligne (Uplay et Origin en tête).

Pour lutter contre ce problème Valve a donc annoncé, le 1er décembre dernier, un changement au niveau des tranches de répartition des revenus. Ainsi sur qui un jeu génère moins de 10 millions de CA Valve ponctionnera toujours 30%. Pour la fourchette de 10 à 50 millions de dollars, Valve baissera sa ponction à 25%. Au delà des 50 millions (les AAA donc), on descend à 20%.

En d’autres termes, Steam fait les yeux doux aux gros éditeurs pour qu’ils arrêtent de sortir leurs grosses productions sur leur propre store, tout en ponctionnant les petits développeurs indés qui ont très peu de chance de passer la barre des 10 millions de dollars de CA. Profit quand tu nous tiens.

Pour ces petits développeurs indépendants une nouvelle solution semble pourtant pointer le bout de son nez. En effet Epic a annoncé le lancement, en 2019, de l’Epic Games Store qui se démarquera de la plateforme de Valve a plusieurs niveaux aussi bien pour les développeurs que pour les joueurs.

Pour les studios, la différence la plus importante c’est qu’Epic ne prendra que 12% de commissions sur les ventes. Mieux encore, si le jeu utilise l’Unreal Engine 4, les développeurs pourront se passer de payer les 5% de commission liés à l’utilisation du moteur. Toujours pour les développeurs, il sera possible d’activer une option permettant de rémunérer les youtubers/publicitaires créateurs de contenu multimédia qui feront de la publicité pour leur jeu et la politique des DRM restera définie par les studios eux-mêmes.

Pour les joueurs, Epic promet de produire un flux d’activité uniquement basé sur les jeux possédés, sans publicité vers des jeux concurrents. Enfin, et contrairement à Steam, l’Epic Games Store sera aussi disponible pour Androïd et fera ami-ami avec l’Humble Store puisque si un jeu acheté sur cette plateforme existe sous Androïd, il sera alors possible de la télécharger via l’Epic Games Store.

Difficile de ne pas applaudir l’initiative des deux mains, car à l’heure actuelle il faut reconnaître que le monopole de Steam n’est pas forcément une bonne chose. Mais Epic a cependant encore beaucoup de travail pour arriver à chatouiller Steam. Premièrement parce que les joueurs n’ont, en général, pas un grand intérêt pour les problèmes financiers des studios et que seul le prix du jeu les intéresse. Savoir qu’une boutique rémunère plus les studios qu’une autre est loin d’être une préoccupation quotidienne. Pour Epic il va aussi falloir convaincre les joueurs d’utiliser, encore une fois, un nouveau launcher. Une étape compliquée surtout qu’à l’heure actuelle le launcher de l’Epic Games Store est tout juste catastrophique.

Epic part donc de loin, de très très loin. Mais les bases sont bonnes et la prise en compte des préoccupations actuelles pourraient peut-être aider le studio à réussir là ou Gog et Humble Store galèrent depuis de nombreuses années. Pour convaincre les joueurs Epic a même annoncé, lors d’une interview chez Gamesindustry.biz, qu’un jeu serait offert toutes les deux semaines. Tout ceci grâce aux revenus générés par Fortnite.

Among other things, the store will also feature one free game every two weeks throughout 2019. Epic is funding these free releases so players can experience the wide range of creative works that will be available.

Notez enfin qu’Epic profitera des Game Awards vendredi 6 décembre prochain pour annoncer les premiers jeux disponibles dans sa boutique et probablement donner plus de détails sur les choses à venir en 2019 pour ce projet que l’on suivra avec attention.

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here