Test de Halo Wars 2 : L’Éveil du Cauchemar (PC, Xbox One)

Ce test a été réalisé à partir d’une version dématérialisée sur PC et Xbox One.

Vous avez dit cauchemar ?

On va avouer quelque chose d’inavouable : on a aimé Halo Wars premier du nom. C’était peut-être le Adibou du STR pour certains, mais c’était pour nous un chant du cygne réussi de la part d’Ensemble Studios. Beaucoup se sont pris les pieds dans le tapis en développant un jeu de stratégie sur consoles, mais l’ancien développeur d’Age of Empires avait réussi à créer un RTS maniable, possédant un solo vraiment honnête pouvant se jouer à deux et un multijoueur plutôt amusant (on a encore en souvenir des nuits blanches avec notre prophète, narguant la team adverse sur son siège). Plusieurs années plus tard, une suite est annoncée et est développée par l’un des meilleurs développeurs actuels de jeux de stratégie : Creative Assembly. Une excellente nouvelle. Une fois Halo Wars 2 entre nos mains, patatras ! On s’aperçoit que le soft est encore moins profond que la première itération et qu’aucune prise de risque n’a été opérée pour développer deux manières différentes de construire sa base en fonction de la race sélectionnée. Puis que dire du mode solo, avare en cinématiques, avec un rythme narratif proche de celui de Metal Gear Solid V et qui se termine en queue de poisson en mode « to be continued ». Ouais mais non.

Dans Halo Wars 2 : L’Éveil du Cauchemar (Awakening the Nightmare en VO), on replonge dans cette aventure avec cinq missions durant lesquelles on va contrôler les Pariah, toujours coincés sur l’Arche. Ils vont avoir la très bonne idée d’aller fouiller Grande Bonté, l’ancien vaisseau mère Covenants, malgré la résistance des sentinelles et la possible présence du flood. Et bien évidemment, ça ne loupe pas. Les missions s’avèrent classiques avec toujours des objectifs d’attaque, de défense, de petits passages en infiltration ou de contrôle de carte. Bref, ce n’est clairement pas sur cette extension que le développeur a tenté une petite originalité dans la conception d’une mission, préférant respecter le cahier des charges imposé par Microsoft. Tout juste notera-t-on des cinématiques en CGI bien plus nombreuses entre les missions (3 cinématiques pour cinq missions), qui élèvent légèrement le rythme scénaristique (enfin) et qui s’avèrent toujours aussi belles à regarder. Dommage, une fois encore, que cela soit une parenthèse à la suite de l’histoire.

Outre cette campagne, il y a également l’ajout du Baptême du feu qui rappellera certains souvenirs aux joueurs de Halo 3: ODST voire de Halo : Reach. L’objectif est le même et est juste transposé dans le genre RTS : survivre aux vagues ennemis tout en défendant un terminal. On pourra alors poser quelques petites défenses et barricades pour défendre convenablement la zone mais absolument rien d’original à se mettre sous la dent. Enfin dernier point avec l’ajout de deux nouveaux chefs en multijoueur qui varieront quelque peu le plaisir en multi. Pas de quoi justifier le prix de cette extension affichée à 20€, qui pique un peu au regard d’un contenu bien maigre.

LE VERDICT
WAR IS OVER
5
PARTAGER
Article précédentLife is Strange : Before the Storm, l’épisode 2 en vidéo
Article suivantTotal War : Warhammer 2

Laisser un commentaire