Test de Fragments of Him (PC, PS4, Xbox One)

Le test a été réalisé à partir d’une version dématérialisée sur Xbox One.

Fragments of Will

Ce matin Will s’est levé avec une drôle de sensation. Vous savez, ce curieux sentiment qui nous habite parfois et qui nous fait nous rendre compte de la chance qu’on a, avec cette furieuse envie de profiter à fond de la vie. C’est décidé, ce soir il demandera en mariage son compagnon, Harry. Mais ce que n’avait pas prévu Will, c’est qu’un accident de la route allait mettre brutalement fin à son existence, laissant Harry et d’autres de ses proches dans une détresse immense. C’est cette situation que SassyBot nous invite à « vivre » avec la dernière matinée de Will, le témoignage de sa grand-mère Mary, celui de son premier amour Sarah et enfin le terrible moment post-accident du point de vue de Harry.

Pas d’exploration libre des scènes ni de puzzles à résoudre ou de véritables actions à mener, ici les différents narrateurs (qui correspondent à chaque personnage mentionné) se succèdent avec, comme métronome pour rythmer l’histoire, un curseur que l’on va activer sur un objet ou une personne pour déclencher une pensée, un souvenir, une anecdote, et ainsi faire avancer les choses. Pas de variation possible (ou très peu), chaque scène jouée doit absolument l’être, chaque réplique est forcément lâchée et les quelques interactions proposées pour le joueur servent donc à le rendre plus attentif à tout ce qui se raconte. Si le joueur occupe donc plutôt un rôle d’observateur sans vraiment avoir de contrôle sur le déroulement de l’histoire, impossible de rester insensible aux événements racontés par Fragments of Him. En faisant témoigner la grand-mère du « héros », l’équipe de SassyBot nous permet ainsi d’en savoir un peu plus sur l’enfance de celui qui s’est progressivement construit une forte personnalité, quitte à s’éloigner de celle qui a largement participé à son éducation. C’est également par le biais de cette même grand-mère que l’on découvre le moment où Will a révélé son homosexualité, la vielle Mary racontant alors tout le mal qu’elle a pu ressentir en découvrant l’horrible vérité et les conséquences que cela a eu sur les relations avec son petit-fils. La mort de Will n’est en effet pas le seul thème abordé, l’homosexualité et l’amour, au sens large, étant constamment présents. Le témoignage de Sarah, la première petite-amie de Will, se révèle lui-aussi bien émouvant alors que l’aventure se conclut sur les maux de Harry et son incapacité à passer à autre chose. C’est d’ailleurs dans cette dernière ligne droite, après deux bonnes heures de jeu seulement, que Fragments of Him est le plus poignant.

Si l’émotion est aussi bien véhiculée, c’est que la narration est assurée comme il se doit avec une direction artistique parfaitement en accord avec l’expérience souhaitée par SassyBot. Ce qui doit être vu l’est et les éléments sans importance, ceux qui ne jouent qu’un rôle mineur dans les souvenirs évoqués, apparaissent dans un style volontairement minimaliste. On note quelques chutes de frame-rate avec la version Xbox One du titre, heureusement sans importance sur notre capacité à apprécier l’histoire, mais il faut bien avouer que le style visuel de Fragments of Him sied bien à la gravité du thème aborder. Enfin, dernière chose à souligner, et pas des moindres, aucune traduction n’est proposée. Pas de voix ni de sous-titres en français donc, les allergiques à la langue de Shakespeare y verront un gros obstacle alors que ceux que la VO ne dérange pas, et qui sont à l’aise avec l’anglais, pourront toujours afficher les sous-titres originaux pour être certains de ne rien manquer.

LE VERDICT
TRUE STORY
6
PARTAGER
Article précédentAlienation
Article suivantDOOM
Passionné de jeux vidéo depuis qu'il est en âge de tenir un pad, adepte de la news publiée 24h/24 et du test relu 10 fois avant publication. Également râleur pro et (trop) gros consommateur du café.

Laisser un commentaire