Preview de NBA Live 18 (PS4, Xbox One)

Cet aperçu a été réalisé à partir de la démo jouable du jeu dans sa version Xbox One.

MIP ?

Elle est compliquée l’histoire de NBA Live depuis quelques années. Alors qu’elle cède sa place en 2010 pour un NBA Elite 11 qui ne verra finalement jamais le jour, la licence connaît un nouveau coup dur avec l’annulation de sa cuvée 2012-2013. Pas découragé, Electronic Arts profite du lancement de la génération PS4/Xbox One fin 2013 pour sortir un NBA Live 14 tellement mauvais que les producteurs du jeu se sentent obligés de s’excuser publiquement… Les volets 15 et 16 ne font quant à eux pas grand bruit, l’impasse est faite sur NBA Live 17 et il faut attendre fin mai pour apprendre qu’un Live 18 est prévu pour la rentrée prochaine sur nos consoles. Depuis bien longtemps, nous sommes particulièrement impatient de mettre la main sur cet épisode même s’il aura probablement le packshot le plus moche du moment.

Avec sa quinzaine de Go, la démo jouable de NBA Live 18 calque son contenu sur ce que NBA 2K propose depuis l’année passée, à savoir un prologue du mode carrière que l’on pourra continuer dans le jeu complet. Baptisée L’Élu (The One en VO), cette carrière made in EA Tiburon semble sérieusement s’inspirer de ce qui se fait chez la concurrence en nous plaçant dans les baskets d’un jeune prodige de la fac qui, après une grave blessure, va devoir prouver qu’il a sa place en NBA en repartant de zéro, ou plutôt des playgrounds. Système de progression (et monnaie virtuelle…) pour améliorer des compétences multiples et personnaliser son apparence, conversations par SMS pour déclencher des événements, véritable faux show télévisé pour savoir où en est notre cote de popularité, NBA Live 18 s’inspire de 2K et ne se le cache pas vraiment. Au final c’est le joueur qui sortira, peut-être, grand gagnant puisque cet aperçu de la carrière du jeu d’Electronic Arts nous laisse croire qu’il pourrait avoir tout ce qu’il faut pour nous offrir un mode principal digne de ce nom.

Mais ce qui nous intéresse vraiment, c’est évidemment la jouabilité. De ce point de vue-là, les efforts depuis les dernières échéances sont réels et NBA Live 18 semble avoir bien des choses à montrer. On retient notamment des phases défensives plaisantes où tous les marqueurs sur le terrain permettent au joueur de gêner au mieux son vis-à-vis, sans oublier des coéquipiers qui s’adaptent à notre défense et peuvent même combler nos errements. Une bonne chose, à confirmer par la suite. On note cependant une tendance qu’ont les intérieurs à coller des contre à tout-va, un signe du caractère plus abordable que veut se donner la licence ? Là encore, seule la version finale pourra nous dire où se situe vraiment le style de gameplay du nouveau NBA Live. En attaque, les séquences se jouent naturellement et on se surprend même, avec nos réflexes de vieux adeptes de 2K, à arriver à mettre en place des schémas dans le titre d’EA Tiburon. Globalement encourageante, notre première approche est toutefois calmée par une esthétique pas franchement au poil avec des modélisations douteuses (concernant le gabarit et le visage des joueurs) et des animations un peu trop raides.

Si on attend de pied ferme, comme chaque année, le nouveau NBA 2K, cela faisait bien longtemps que l’on était pas aussi enjoué à l’idée de découvrir un NBA Live. Sans pour autant affirmer que le jeu d’EA Tiburon aura de quoi jouer des coudes avec celui de Visual Concepts, il est certain que la licence offrira là son titre le plus intéressant de ces dernières années. Pas bien difficile nous direz-vous, mais ce retour encourageant ne peut être qu’une bonne chose pour tous les fans de basket virtuel.

Laisser un commentaire