Impressions sur Metal Gear Survive (PC, PS4, Xbox One)

Cet aperçu a été réalisé après une présentation du jeu puis une prise en main sur Xbox One X.

Ton univers (alternatif) impitoyable

Présenté dès le début comme un spin-off de MGSV, prenant place dans une réalité alternative, Metal Gear Survive prend les traits d’un jeu de survie dont le concept tourne autour des ressources, du crafting et de la construction. Rien d’original donc, il ne faut pas non plus chercher de l’extraordinaire dans les ennemis qui nous ont été présentés puisque avec des noms comme Armored ou Bomber, et une ressemblance avec l’infecté moyen du jeu vidéo, on comprend rapidement à quel type de menace on fait face. Ce sont donc des créatures zombifiées et hostiles qui peuplent le monde de Survive, un univers dont on reconnaît la patte Metal Gear immédiatement, autant sur l’esthétique que du côté du gameplay. Entre les animations des personnages, les décors, la gestion des déplacements, les menus, la musique, les objets/éléments à disposition (coucou D-Walker) et bien d’autres choses encore, tout est fait pour mettre le joueur dans un cocon. Du fan service avant tout, donc. Mais que fait-on dans cet épisode pas comme les autres ?

On peut tout d’abord jouer en solo, se lancer seul face à cette mystérieuse menace et devenir le parfait survivant en territoire hostile avec l’idée de découvrir ce qui se cache derrière ces événements. Jouer l’infiltration pour économiser de précieuses ressources se révélera être une judicieuse décision nous promet-on, même s’il sera possible de profiter de l’arsenal du jeu (à améliorer, évidemment) et d’un équipement caractéristique de la série pour aller de manière un peu plus franche sur le terrain. Peu importe notre approche, il conviendra de se créer un beau petit nid d’amour avec une base que l’on va agrandir, améliorer et fortifier au fil de nos découvertes et du loot récupéré (des ressources comme de la technologie). Lorsque les choses se compliqueront, le joueur pourra défendre son camp préalablement préparé à une telle éventualité ou alors créer à la volée des barrières, pièges et autres tourelles pour protéger son chez lui. Mieux encore, la base pourra accueillir des bâtiments qui favoriseront la production de munitions ou de nourriture par exemple. Un pilier de l’expérience Metal Gear Survive donc, au même titre que les compétences à sélectionner en fonction de notre profil de joueur. L’apparence est elle-aussi personnalisable, on n’en attendait pas moins.

Team Work Solid

Si le solo de Metal Gear Survive se montre encore assez mystérieux sur le fond, on commence en revanche à mieux cerner son multijoueur. Là encore, il ne faut pas chercher de l’inédit dans ce qui est proposé mais plutôt des parties adaptées à l’univers du jeu de Konami. Dans notre cas, il a donc été question de la bonne vieille défense de zone/base avec, comme point de départ, un hub où chacun peut s’amuser à tester ses skills et ses armes en s’en mettant plein la tronche (à ne répéter une fois la partie lancée à cause du friendly fire…). C’est rigolo, ça créé des liens et ça nous occupe quelques minutes, mais il faut surtout se servir de ce moment pour vérifier que chacun des avatars est complémentaire et que le travail en équipe pourra être optimal sur le terrain. Lorsque tout le monde est prêt et que la mission sélectionnée, il est temps de passer à l’action. Lors de notre prise en main de la bête, il nous a donc été proposé de coopérer avec 3 autres personnes le temps d’une partie qui a rapidement pris la forme d’un Defend the Generator malgré la pseudo-infiltration en début de session pour éliminer quelques forces en présence. Une fois dans la zone cible et un générateur activé, ce sont des vagues d’ennemis qui se sont succédées en montant progressivement en agressivité.

Il faut reconnaître à Metal Gear Survive le goût du challenge grâce à une difficulté bien présente, surtout avec 4 joueurs qui sont encore peu familiers avec les particularités de leur avatar. On comprend alors l’importance d’avoir un minimum de coordination et la nécessité de poser des éléments défensifs pour protéger la zone en question. L’autre intérêt d’évoluer en coopération est de récupérer un maximum de loot, des éléments qui comptent autant pour le multi que pour la progression solo. Le jeu propose en effet des liens étroits entre son solo et son multijoueur, un aspect qui demande là encore à être creusé.

Konami qui s’appuie sur une licence bien connue pour proposer son propre jeu de survie, c’est un peu l’idée que l’on se fait en découvrant Metal Gear Survive. Un titre qui possède des qualités et propose de solides éléments mais dont l’habillage Metal Gear semble être le seul aspect se différenciant de ce qui se fait déjà ailleurs. Cela ne veut pas dire que le jeu ne se montrera pas capable de briller sur le créneau du survival game, mais on attend d’en voir davantage pour vérifier que tout n’est pas que fan service dans cette production.

Laisser un commentaire