Aperçu de Dishonored : La mort de l’Outsider (PC, PS4, Xbox One)

Nos impressions ont été rédigées après une prise en main sur PC.

Billie Lurk, c’est ton moment

Le rôle de seconde lame, c’est de l’histoire ancienne pour Billie Lurk. Dans Dishonored : La mort de l’Outsider, elle occupe sans aucun problème le devant de la scène le temps d’une mission de taille : tuer l’Outsider. Pour l’heure c’est une quête bien plus modeste qu’il nous a été possible d’essayer, retrouvant ainsi Billie dans une ville de Karnaca où elle n’est clairement pas la bienvenue. On découvre alors les capacités de notre héroïne, notamment Semblance qui nous permet de littéralement voler l’apparence d’un PNJ pour ne pas éveiller les soupçons des gardes et de la populace. Très efficace, ce sort a un effet bien évidemment limité et chaque déplacement sous Semblance a un coût assez élevé en énergie. Rester immobile ne consomme rien mais ne recharge pour autant pas le sort, impossible d’en abuser donc. De son côté, Displace permet de projeter « l’ombre » de Billie vers un endroit un peu plus éloigné puis de se téléporter sur la marque en question. Idéal, pourquoi pas, pour atteindre des endroits en hauteur et pour attaquer rapidement une cible. Question de level design, Displace ne permet pas forcément de se projeter de l’autre côté d’un portail.

Enfin, Foresight est à utiliser pour observer un lieu et marquer des ennemis/des éléments. Le temps est alors arrêté, facilitant le repérage même si la courte durée du sort limite là encore les abus. Notons qu’il est tout à fait possible, et vivement encouragé, de combiner Foresight à Displace pour pouvoir téléporter Billie dans un endroit encore plus éloigné. Vous l’aurez compris, avec ce trio de capacités, Dishonored : La mort de l’Outsider a de quoi offrir de beaux challenges côté gameplay que les joueurs décident d’opter pour une approche plutôt qu’une autre.

Quant à la nature même des objectifs que nous avons pu remplir durant cette session, il faut bien avouer qu’ils n’avaient rien de spécialement palpitant en se contentant de nous trimballer d’un endroit à l’autre pour voler des documents et assassiner des individus, jusqu’à atteindre notre cible principale. Arkane Studios promet toute de même des scènes bien plus réjouissantes dans le reste de l’aventure, on est tenté de les croire. Pour l’heure on a seulement pu apprécier les contrats d’assassinat placardés sur les murs de Karnaca, des situations de jeu inédites qui ont pour idée de nous inviter à découvrir un maximum de lieu de la cité tout en nous confrontant à des ennemis de plus en plus robustes.

On attend de Dishonored : La mort de l’Outsider qu’il soit un bon standalone, capable de proposer une expérience à part entière dans l’univers de Dishonored, c’est franchement bien parti pour. Outre la promesse de faire la lumière sur différents éléments de la franchise, le jeu d’Arkane Studios nous a donné l’impression d’être taillé pour proposer de nouvelles choses tout en s’appuyant sur des bases solides. Du tout bon, en théorie.

Laisser un commentaire